Toxic Boy (Dimanche Manga)

Toxic Boy tome 1

Série: Toxic Boy
Tome: 1
Titre: Siska
Auteur: Xavier
Editeur: Sandawe
Date de publication: Octobre 2014

 

Un livre issu du site de financement participatif Sandawe, ce n’est pas une première ici mais pas loin. Je crois qu’il n’y en a qu’un seul autre, et je ne suis même pas certain de l’avoir transféré de l’ancien blog au nouveau. Il faut bien dire que je ne suis pas franchement convaincu par la formule. Pas tant pour la bd que pour le financement participatif. Comme ce mode de financement 2.0 n’est pas le sujet, je ne m’étends pas sur la question. Mais bon, en pleine réflexion sur l’avenir de la bande dessinée et de ceux qui la réalisent, ainsi qu’une rencontre avec l’attaché de presse de Sandawe, m’ont laissé convaincre de tester une des sorties récentes financées par les « édinautes ».

 

Il s’appelle Poko. Sur cette planète complètement pollué par les toxines, il est un être à part. S’il subit des mutations comme tous les autres humains, au contact des agents polluants en question, il ne reste jamais marqué comme les autres. Plus encore, il est capable de ressentir la présence des dites toxines. Un peu naïf, très utile dans un tel monde et étrangement puissant, le parcours de Poko ne peut être semé d’autre chose que de multiples embuches.

 

Alors, cet ouvrage édité en passant par les fourches caudines de Sandawe et du financement des édinautes, il donne quoi?
Je suis partagé. Je lui vois plein de défauts, et en même temps, j’ai terminé ma lecture avec plaisir et j’ai eu envie de vous parler de ce livre. D’une certaine façon, je vais vous laisser juge de la valeur de ce travail.

Qu’est-ce qui m’a plu? L’univers, sans aucun doute. L’idée d’un monde ravagé par la pollution, qui devient une force presque magique, j’aime ça. C’est sombre, c’est acide, mais c’est bienvenu. Autre point de vue qui me plaît, cette idée pervertit la belle noblesse des super-héros américains des années 60. Ces humains transformés qui par les radiations gamma, qui par les rayons cosmiques. La naïveté de cette époque, qui pensait que ces énergies incomprises pouvaient êtres prises positivement, Xavier les prend pour ce qu’on sait qu’elles sont aujourd’hui: des agents cancérigènes, des forces qui détruisent sans faire progresser leurs victimes. Ainsi donc, certains humains sont transformés en animaux, d’autres semblent avoir fusionné avec des machines. De toutes les façons, ils sont ostracisés, voir bannis. La mutation fait réellement peur, surtout qu’elle est réellement effrayante. L’humanité est pervertie.
Et donc, là dedans, il y a Poko. Un personnage qui donne une impression assez classique de Shonen manga, ce petit jeune qui se découvre une destinée hors du commun. Mais l’auteur lui donne un côté trash qui le rend beaucoup plus intéressant. Fondamentalement, Poko est un drogué, un addict en manque régulière de sa dose de toxine. On est assez loin de l’élastique Luffy de One Piece, au final. Et cela concoure aussi à l’originalité de cet univers. Poko, bien que jemenfoutiste et allumé, s’avère un personnage plaisant à suivre. Il nous donne envie de suivre ses aventures.

Du coup, qu’est-ce qui ne m’a pas plu? Jusque là, je suis assez positif, me semble-t-il…
Côté scénario, il y a à mon sens un petit problème de découpage entre la séquence longue de la mine et celle se déroulant à Siska. Je n’ai pas perçu le lien entre ces deux parties du scénario, et il me semble que ce n’est qu’à partir de Siska que l’intrigue devient réellement un peu intéressante et complexe. Du coup, le début pêche un peu. On aurait presque eu envie de deux tomes différents, approfondissant chaque histoire.
Autre bémol, c’est le dessin. Inspiré du manga là aussi, il me semble manquer un peu de maîtrise et d’expérience. Comme si le style de Xavier n’était pas encore pleinement affirmé. Il est à la fois très nerveux dans le trait, et un peu simple dans l’exécution. Je ne suis jamais très bon pour parler du dessin, que l’auteur veuille bien m’en excuser. Il me semble qu’il a besoin de faire plus de pages encore pour devenir plus solide. Pour l’instant, ce n’est pas encore tout à fait au point. Mais je pense vraiment qu’il y a du potentiel d’évolution.

 

Voilà, j’espère vous avoir fait découvrir un album, et vous avoir intrigué à son sujet. Il me semble avoir de l’intérêt, et il serait intéressant que l’auteur puisse produire un tome 2. Il a un bon univers, je pense vraiment que la série peut vraiment occuper un créneau particulier du french manga et s’y faire une place. A vous de juger.

Toxic Boy tome 1_ plancheLogo top bd16/20

Une réflexion sur “Toxic Boy (Dimanche Manga)

  1. Pingback: Sticky Pants goes on!, Tony Emeriau, Xav, Monsieur Pop Corn | Les Chroniques de l'invisible

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s