Lucky Luke tome 12- Les cousins Dalton (Samedi Classique)

Lucky Luke tome 12

Série: Lucky Luke
Tome: 12
Titre: Les cousins Dalton
Scénariste: René Goscinny
Dessinateur: Morris
Editeur: Lucky Comics
Date de publication: Janvier 1958

J’ai finalement décidé, pour certaines séries classiques, de ne pas suivre l’ordre de publication, mais de vous proposer au fil des mois les albums qui me plaisent le plus, ceux qui me semblent marquants dans l’histoire des personnages. La semaine dernière, ce fût le cas avec Spirou, cette semaine, c’est Lucky Luke qui subit le même traitement. En même temps, la première apparition des Dalton que nous connaissons tous, ça vaut le coup non? Comment ça ils ne sont pas apparus dans le sixième tome, Hors la loi? Venez découvrir la nuance.

 

Ils vivent dans le culte de leurs cousins, descendus par Lucky Luke quelques années auparavant. Ils sont les cousins des Daltons. Ils sont quatre comme les premiers, se ressemblent comme quatre gouttes d’eau, mais si les premiers étaient des criminels craints de tous, ceux là n’effraient même pas un gamin. Pourtant, ils comptent bien faire payer Luke pour ses crimes.

 

René Goscinny, qui est arrivé au scénario de Lucky Luke à partir du neuvième tome, a bien compris le potentiel graphique et scénaristique des Daltons, ces personnages qui sont parmi les rares criminels que Luke a abattu (du moins dans la version initiale, la scène a été corrigée depuis). Alors le scénariste ne s’embête pas et propose leur copie conforme qu’il fait passer pour des cousins. Mais là où les véritables Daltons (qui étaient des bandits ayant réellement existé) étaient dangereux, Goscinny fait des cousins une brochette d’andouille aux capacités de nuisance limitées. A ce stade, seul Joe prend réellement un peu de personnalité. Il est déjà le leader colérique qu’il sera par la suite. Jack et William ne seront jamais les plus développés des personnages, mais Averell, lui, n’est pas encore la grande saucisse naïve qu’on connait depuis. Il faut attendre la dernière case pour que sorte son célèbre « quand est-ce qu’on mange » qui fera sa marque de fabrique. Mais cette première aventure s’avère assez sympathique. Le quatuor dispose d’un crédit sympathie évident, et les ruses de Luke sont toutes plus savoureuses les unes que les autres.

Le dessin de Morris n’est toujours pas celui qu’on adore, mais bon, il n’y a vraiment pas de quoi lui en tenir rigueur. La lecture est tellement agréable…

 

Album culte de l’histoire de Lucky Luke donc, qui introduit les adversaires les plus célèbres du cow-boy solitaire. Incontournable. Juste incontournable.

Lucky Luke tome 12_ plancheLogo top bd16.5/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s