Notre-Mère la Guerre- Chroniques (11 Novembre)

Notre-Mère la guerre Chroniques

Titre: Notre-Mère la Guerre- Chroniques
Scénariste: Kris
Dessinateurs: Mael, Vincent Bailly, Damien Cuvillier, Edith, Hardoc, Jeff Pourquié
Editeurs: Futuropolis, Editions de la Gouttière
Date de publication: Novembre 2014

 

Kris et Mael, les deux auteurs de la série Notre-Mère la Guerre, ont eu du mal à lâcher leurs personnages, leur histoire. A quitter cet univers qui les anime depuis tant de temps. Alors ils s’offrent un dernier tour de piste, pour le centenaire de la guerre de 14/18. Une ballade dans les histoires qui les inspirèrent, en compagnie d’artistes qu’ils apprécient. Une autre façon de se dire au revoir.

 

Pas d’histoire à vous résumer à proprement parler. Ce sont des parcours individuels qui sont mis en avant. Plus que tout, c’est surtout l’histoire d’une œuvre qui se tisse sous nos yeux. Mael et Kris sont autant des personnages de cet album que Charles Péguy ou Louis Barthas. On découvre quelles sources ont inspiré le scénariste notamment. Et on passe un agréable moment, alors même que le sujet est difficile, il ne peut en être autrement sur la Première Guerre Mondiale. On se sent bien. On grimace devant le militarisme naïf de Charles Péguy, on s’attriste devant cette bande de jeunes délinquants qu’on envoie tuer du boche pour mieux redevenir de bons citoyens, on admire la tenacité de Louis Barthas. On vibre à l’unisson de ces différents destins. Et on se prend d’amitié pour Kris et Mael, tant leurs doutes, leurs envies, nous sont partagées dans ces différentes histoires.

Les deux auteurs se sont adjoints les services d’auteurs de qualité. On parlera des Souliers Rouges, d’un Sac de billes, de Békame, entre autre… Des œuvres que j’ai déjà aimé. Une association étonnante d’artiste, tant on trouvera par exemple Edith et Cuvillier à deux styles très différents de dessin. Mais pourtant, l’alchimie fonctionne. Mael sert de trait d’union entre les différentes histoires, et introduit et conclue le récit.

 

On a un ouvrage collectif qui se tient de bout en bout, qui nous procure du plaisir à passer à nouveau un moment dans un univers touchant. Une petite touche en plus dans la série Notre-Mère la guerre, qui n’a pas à rougir à côté de la série principale.

Cet article vient un 11 Novembre. Je ne me voyais pas le publier un autre jour. Cette guerre a une fin. Notre mémoire ne doit pas en avoir.

Notre-Mère la guerre Chroniques_ planche

Logo top bd17.5/20

4 réflexions sur “Notre-Mère la Guerre- Chroniques (11 Novembre)

  1. Dans la continuité l’album Entre les lignes toujours par Maël vient de sortir. Un espèce d’Ovni qui trouve comme point de départ le carnet d’un instituteur qui dissèque systèmes d’armes, tactiques… Très original et émouvant. Pour les Parisiens, les illustrations sont visibles dans une galerie du 6ème.

  2. Pingback: Notre Amérique, premier mouvement- Quitter l’hiver, Kris, Maël, Futuropolis | Les Chroniques de l'invisible

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s