Ascension tome 12 (Dimanche Manga)

Ascension tome 12

Série: Ascension
Tome: 12
Auteur: Shin’Ichi Sakamoto
Editeur VO: Shueisha Inc.
Editeur VF: Delcourt
Date de publication VF: Mars 2013
D’après l’oeuvre de Jiro Nitta

Le dernier tome d’Ascension chroniqué ici date du mois de Juin dernier. Je ne voulais pas trop vous ennuyer en vous imposant cette série régulièrement, je crois que mon souhait s’est réalisé. Mais j’ai attendu bien trop longtemps, je vais vous perdre. Hors, cette série vaut la peine qu’on la suive, ce serait dommage de vous priver d’une telle lecture.

 

Buntaro Mori n’est plus, Appelez-le Buntaro Kato. Il a changé de nom, mais on le retrouve toujours au même endroit, en pleine montagne. Cette fois-ci, il s’attaque à une énorme difficulté: un sommet himalayen de plus de 8000 mètres, en solitaire. Buntaro, désormais appelé le « solitaire immortel », se doit de réussir. Il est attendu peu après… pour son mariage. Oui, Buntaro se marrie. Encore plus incroyable que ses succès dans les cimes…

 

Il est bienvenu, ce tome 12, parce qu’il fait vraiment évoluer le personnage principal, ce qui manquait un peu dans les derniers tomes. On assiste donc à deux temporalités, l’ascension du Nanga Parbat au Pakistan, et les suites de la rencontre entre Buntaro et Hana, qui va mener jusqu’à leur mariage. Car oui, l’asocial qui tremble devant la moindre femme prédatrice depuis onze tomes, a enfin trouvé une femme auprès de laquelle il puisse se sentir bien. Simplicité, gentillesse, compréhension, Buntaro trouve ce qu’il lui faut et fini même par en rayonner. C’est dire si c’est un bond de géant pour le personnage. Si l’ascension est aussi bien menée que le reste, c’est sans nul doute grâce au talent graphique de Sakamoto, sur lequel je reviens immédiatement.

Impossible de ne pas parler des différentes expérimentations de Shin’Ichi Sakamoto en matière graphique. On sent que l’auteur chercher à penser son dessin pour donner de nouvelles dimensions à son histoire. Il utilise encore plus de métaphores graphiques, comme cette façon de dessiner Buntaro en Godzilla au milieu du campus japonais. Cela dit tout sur son caractère, et sur ses inquiétudes en même temps. Les parois du Nanga Parbat, en version quadrillage, sont aussi un bon moyen de représenter la façon dont Buntaro perçoit les choses autour de lui. On est en totale immersion avec lui, grâce aux choix du dessinateur.

 

Intérêt complètement relancé avec ce douzième tome, pour ma part.
Je le redis et insiste. Ascension est une excellente série, tant pour les amateurs de montagne que de relations humaines crédibles. J’ai déjà hâte de lire la suite, que j’espère vous proposer bien plus tôt.

Logo top bd17/20

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s