Intégrale Nick Fury tome 1- 1965-1967 (Samedi Classique)

NickFuryInt_65-67_f_sovra.indd

Série: Intégrale Nick Fury
Tome: 1
Titre: 1965-1967
Scénariste: Stan Lee
Dessinateur: Jack Kirby, Don Heck,
Editeur VO: Marvel Comics
Editeur VF: Panini Comics
Date de publication VF: Octobre 2014

Stan Lee et Jack Kirby, un duo mythique de la bd US qui justifie totalement à mes yeux à vous offrir cette chronique sur un samedi classique. Et comme Panini Comics nous offre en ce mois d’octobre une toute nouvelle série d’intégrale, un personnage qu’ils n’avaient pas encore mis en avant, c’était une occasion à ne pas rater.

 

Il s’appelle Nick Fury, il est colonel de l’armée des Etats-Unis d’Amérique. Un vétéran de la seconde guerre mondiale, qui pensait avoir fait son temps. Mais la Maison-Blanche ne pense pas comme lui. Le président des USA a une mission pour lui. Diriger une organisation, le SHIELD, destinée à combattre les organisations terroristes à l’échelle de la planète entière. Et plus particulièrement l’Hydra, une organisation d’assassins cachés sous des masques verts pour préserver leur identité, et menée par un mystérieux Hydra Suprême aux moyens impressionnants. Ce n’est pas l’heure de la retraite, Colonel Fury.

 

Pas de super-héros à proprement parler dans ces deux premières années de publication pour Nick Fury. Tout juste Tony Stark est-il présent, mais en tant que fournisseur d’armes du SHIELD, pas en tant qu’Iron Man. C’est donc bel et bien une série d’espionnage, mâtinée de science-fiction, que nous offrent Stan Lee et Jack Kirby. De la belle SF des années 60, encore complètement empreinte de naïveté sur les développement potentiels de la science. Stan Lee n’est pas un visionnaire à la Jules Vernes. Ce qui compte pour lui, c’est l’effet divertissant. C’est un « entertainer », seul l’effet compte, qu’importe la justification qu’il pourra trouver ensuite. Il démarre très vite avec une technologie devenue classique du personnage ensuite, celle du LMD, Life Model Decoy. Un androïde représentant parfaitement l’être humain. Il apparaît dès la page 1, et Fury n’aura de cesse de s’en servir par la suite (ou les scénaristes en mal de deus ex machina facile). Dans le même registre, on a l’échoppe de barbier qui sert de passage secret vers la base du SHIELD. Un grand classique souvent réutilisé. Tout cela pour dire que Stan Lee pose les références incontournables du personnage. Il insère Dum Dum Dugan le fidèle lieutenant, Jasper Sitwell le bureaucrate ambivalent, et les deux organisations terroristes les plus importantes de l’univers Marvel, l’Hydra et l’AIM. Ces épisodes sont des références je vous dis. Jusqu’au dernier, qui met en scène Fury avec les Quatre Fantastiques contre le Maître de la Haine, dont l’identité aura beaucoup fait causer à travers les années…

Graphiquement, par contre, c’est assez inégal. Jack Kirby n’est pas au mieux de sa forme quand il tient seul les commandes. Certains encreurs semblent même massacrer son travail. Don Heck, son « suppléant » attitré, tient lui bien sa barre, coaché par les story-board de son patron. Sans être époustouflant, son travail assure une certaine cohérence graphique avec celui de Kirby.

 

Alors certes, Panini nous offre un énorme volume, près de 280 pages. C’est peut-être (et encore, à voir), le seul défaut de cette intégrale. Les dessins de Kirby sont si chargés, qu’une petite respiration n’aurait pas nuit. Mais l’éditeur européen préfère peut-être limiter les risques et assurer de bonnes ventes sur UN album, plutôt que des moyennes sur deux.

Intégrale Nick Fury tome 1_ plancheLogo top bd15.75/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s