Say I love you tome 1 (Dimanche Manga)(La Chronique de Snoopy)

Say I love you tome 1

Say I Love You tome 1
Série : Say I Love You
Nombre de tomes : 1 (Série en cours au Japon (13 tomes))
Scénariste : Hazuki Kanae
Dessinateur : Hazuki Kanae
Editeur VF : Pika
Editeur VO : Kôdansha
Date de publication : 03 Septembre 2014

 

« Mei, jeune fille de 16 ans, est le souffre-douleur de son lycée.
Régulièrement harcelée par ses camarades de classe, elle n’a aucun ami jusqu’au jour où elle frappe par erreur Yamato, l’élève le plus populaire du lycée.
Sidéré du manque d’intérêt qu’elle lui porte, Yamato décide de se rapprocher de cette fille singulière.
Malgré les moqueries de ses camarades, il la salue, lui parle et l’invite, sans se soucier d’être ignoré par une Mei bien étonnée qu’on lui témoigne tant d’attentions.
C’est le début d’une relation entre deux êtres que tout oppose. »

(source : manganews.com)

 

Eh oui, je suis de retour avec un nouveau shojo manga. Je pense que vous avez compris depuis le temps que j’avais le cœur d’une midinette. La découverte d’un nouveau manga « à l’eau de rose » ne peut donc que me ravir.

 

Dans Say I Love You, c’est un concours de circonstance qui va rapprocher nos deux personnages principaux. D’un côté, on a une jeune fille mise à l’écart, moquée par ses camarades et tête de turc en chef de sa classe. De l’autre, on a le beau gosse de l’école, ultra populaire avec tout le monde. Il faut reconnaître que c’est cliché à mort, mais les japonais savent très bien se servir de ces clichés pour faire quelque chose d’intéressant. Car oui, Say I Love You est un tome très intéressant à lire. Alors oui, on va retrouver le genre d’histoire qu’on a pu lire des dizaines de fois. Oui, il y a du cliché et du déjà vu. Mais la force de ce manga est clairement la caractérisation des personnages. Cette caractérisation rend d’ailleurs cette histoire bien plus passionnante à suivre. Mei est l’exemple même de la jeune japonaise introvertie, qui n’a jamais su se faire d’amis et qui doute de tout dès lors que quelqu’un s’intéresse à elle. On retrouve notamment cet effet de meute typique de cette culture pour mettre de côté les éléments «hors norme » de côté. Vous me direz qu’on retrouve partout ces groupes de jeunes qui font exprès d’aliéner leurs camarades. C’est vrai. Mais dans la culture japonaise, cet aspect me semble bien plus « important ». Yamato, l’autre personnage principal, va briser ce principe de mise à l’écart en se moquant de l’avis des autres. J’ai trouvé cela très intéressant. Ce personnage n’est d’ailleurs pas creux. L’auteure n’en a pas fait un beau gosse inintéressant. Je ne vous révélerai pas tout mais sa caractérisation est très bonne. Hazuki Kanae lui a construit un passé intéressant qui le rend fort sympathique. Cette rencontre entre un personnage introvertie et un autre extravertie ne pouvait donc qu’être passionnant. A côté de ces deux personnages principaux, l’auteure commence à dessiner une galerie de personnages secondaires plutôt bons. Côté garçon, nous avons le meilleur ami un peu moqueur mais avec un bon fond. Chez les filles, en dehors de toutes les filles amoureuses de Yamato, deux filles sortent du lot : une ex petite amie de Yamato qui, je n’en doute pas, sera un personnage récurrent dans le futur ; et une autre fille moquée et un peu rejetée par les autres à cause de sa poitrine généreuse (mais chose intéressante, elle ne réagit pas comme Mei).

 

Côté histoire, comme je le disais, c’est assez classique. On suit la rencontre de deux personnes qui vont apprendre à se connaître et qui sait peut être s’aimer. L’écriture est solide et bien maitrisée. Ce qui m’a le plus intéressé est la manière dont l’auteure utilise Mei. Notre « héroïne » est une sorte de catalyseur. Grâce à elle, de nouvelles rencontres se font. Malgré son côté réservée, elle intervient dans la vie des gens presqu’à son insu. J’ai vraiment aimé lire ce genre de chose. Côté dessin, on retrouve un style assez classique pour du shojo manga « moderne ». Les personnages sont peut être un peu plus élancés que dans d’autres titres. Les hommes sont plutôt androgynes et les filles assez minces. Tous les personnages semblent « souffrir » de l’effet fil de fer. C’est un style visuel qui me plaît assez. L’action est clair. Les émotions bien représentées. Bref, c’est pour moi du bon travail.

 

Je pense que vous l’aurez donc compris, Say I Love You est pour moi une très bonne découverte. Tout amateur de shojo manga devrait apprécier ce début d’histoire. L’intrigue est bonne. Les personnages intéressants. Nous sommes bien partis pour avoir un titre à suivre avec plaisir. C’est mon cas. J’ai hâte de découvrir la suite.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s