The Grocery tome 2 (Vendredi Chronique)

The Grocery tome 2

Série: The Grocery
Tome: 2
Scénariste: Aurélien Ducoudray
Dessinateur: Guillaume Singelin
Editeur: Ankama
Date de publication: Février 2013

 

The Grocery est une série très à part, je trouve, dans la bd franco-belge. Pas vraiment dans le reportage, mais pas franchement dans la fiction non-plus, usant de personnages animaux anthropomorphes, sur un ton franchement très acide. Et pourtant, il y a une addiction qui se crée…

 

Le père d’Eliott est en prison pour avoir tiré par erreur sur un Rabbin venu dans son épicerie, pensant être braqué. Eliott est seul, ou du moins, presque. Parce que le caïd Ellis One veille sur lui. Il a de grands projets pour l’épicerie en question, et pour le développement de son business. Mais à trop vouloir s’étendre et à détruire la concurrence, Ellis One risque fort de s’attirer de gros problèmes. Et pendant ce temps, Washington l’ancien marines essaye toujours de venir en aide aux gens qui ont perdu leur maison.

 

Le pire possible de l’Amérique, c’est toujours ça, The Grocery, comme avec le tome 1. Les subprimes, la guerre des gangs, la fracture entre riches et pauvres, on retrouve tous les ingrédients, mais Ducoudray enfonce le clou un peu plus fort. Et l’alliance entre le capitalisme le plus sauvage et la délinquance, qui est le moteur de l’ascension d’Ellis One. Petit plus, un passage en prison avec le père d’Eliott, qui permet au scénariste de nous proposer un petit reportage en immersion dans la cellule de recrutement des gangs. Cette prison qui punit mais ne réinsère pas, et laisse se développer des solidarités malsaines. Une vision de la Justice qui nourrit le crime au lieu de le faire se résorber.
Il y a quand même une pointe d’espoir, dans cet album. C’est Washington qui la porte, lui qui essaye de redonner le goût de la lutte aux sans-maisons. Je crains toutefois, au vu du ton général de la série, que le destin de cette lutte ne soit encore funeste. Nous verrons dans le tome 3 si je me trompe, ou si le scénariste continue de développer cette petite lumière positive au milieu de la marée désespérante qu’il étend.

Guillaume Singelin, au dessin, est tout à fait dans la veine du premier album. On ne distingue pas d’évolution particulière, ni en bien ni en mal. Ce qui veut dire que son dessin est toujours aussi efficace, toujours aussi adapté au côté malsain de l’histoire.

 

Lire The Grocery, c’est comme plonger dans une piscine d’excréments. Le talent des auteurs, c’est de nous faire aimer ça et en redemander. On est pas masochistes, nous autres lecteurs?

 The Grocery tome 2_ plancheLogo top bd18/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s