Excalibur Chroniques tome 3- Luchar (Mardi Chronique)

Excalibur Chroniques tome 3

Série: Excalibur Chroniques
Tome: 3
Titre: Luchar
Scénariste: Jean-Luc Istin
Dessinateur: Alain Brion
Editeur: Soleil
Collection: Soleil Celtic
Date de publication: Juin 2014

Oula, je suis en retard sur ce bouquin. Je l’ai raté à sa sortie et j’ai mis un peu de temps à trouver l’occasion de l’acheter. Et pourtant, j’ai beaucoup aimé les deux tomes. C’est juste la faute à pas de chance. Maintenant, j’ai rattrapé mon retard, et pris encore beaucoup de plaisir à la lecture de cette série.

 

Merlin a été fait prisonnier par Cernnunos et laissé en garde au géant Gangorn. Il peut ainsi s’occuper de Morgane qu’il entend former dans ses voies, tout en la trompant sur son ancien protecteur. De l’autre côté de l’île, Patricius le chrétien doute depuis qu’il n’a plus de visions du Christ. Serait-il maudit? Enfin, un roi est de retour chez lui. Luchar est retourné auprès des siens. Mais son fils Natre n’est pas ce qu’il souhaiterait. Il décide donc de le faire former par son meilleur maître d’armes.

 

Plusieurs points de vue dans cet album, pour une histoire toujours aussi riche, et toujours parfaitement maîtrisée par Jean-Luc Istin. La force de ce récit repose toujours sur le subtil équilibre, parfaitement préservé sur ce tome 3, entre politique et fantastique, entre mythe arthurien et réalisme d’enjeux d’époque. C’est une superbe galerie de portraits qui se dévoile sous nos yeux. Aucun personnage n’est de trop, n’est délaissé. On s’attache à eux tous autant qu’ils sont. Même Luchar la brute devient intéressant à la fin de cet opus, c’est dire. L’autre force de ce récit, c’est de réussir à mêler les éléments connus de l’histoire, avec par exemple l’introduction de Lancelot, tout en développant des personnages moins connus, Luchar, Urien, Patricius ou même Cernunnos, dont on ne sait rien et qui nourrissent largement le mystère de l’intrigue globale.

Alain Brion, c’était pour lui que j’étais venu découvrir cette série, je ne le regrette pas le moins du monde. Il conserve son style si particuliers, ces jeux de peintures numériques. J’apprécie vraiment beaucoup son art. Si vous l’avez aimé sur les deux tomes précédents, il n’y a aucune raison que vous ne l’appréciez pas sur celui-ci.

 

Ce qui est fort, avec Excalibur Chroniques, c’est que l’on sent qu’Istin en a sous le coude. Il peut tenir là une série au long cours, développant son histoire sur de nombreux albums. Pensez, Arthur n’est encore qu’un petit enfant. Il y en a des choses à raconter, pour arriver à son couronnement et à la geste qui s’ensuit. Espérons que les lecteurs demeurent présents pour permettre une si jolie perspective.

Excalibur Chroniques tome 3_ plancheLogo top bd17/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s