Les mystères de la Ve République tome 2- Octobre noir (Mardi Chronique)

Les mystères de la Ve République tome 2

Série: Les mystères de la Ve République
Tome: 2
Titre: Octobre noir
Scénariste: Philippe Richelle
Dessinateur: François Ravard
Coloriste: Claudia Boccato
Editeur: Glénat
Date de publication: Mai 2014

 

Connaître personnellement un auteur de bande dessinée, ça peut compliquer les choses, quand on est chroniqueur bd. Il faut savoir oser formuler les critiques avec autant d’honnêteté que lorsque l’on traite d’auteurs que l’on ne connaît pas. Mais ça peut avoir aussi quelques avantages, comme celui d’accéder plus facilement à leur production. Ce qui est un sacré avantage quand on est bdphile et qu’on a du mal à tout suivre.

 

Un couvre-feu est décrété à l’encontre des algériens présents en France. Si ce n’est dans la forme, il l’est dans les faits. Une situation qui ne convient pas du tout aux personnes visées, qui se préparent à manifester pour le faire savoir. Une manifestation durement réprimée par le préfet de police Maurice Papon, où plusieurs morts sont recensés. De nombreux morts. Dont un ami du commissaire Vernes. Est-ce la police qui l’a tué parmi tant d’autres, comme le proclament les journaux de gauche? Où aurait-il fait de mauvaises rencontres? Aucune enquête ne sera ouverte. Alors Vernes décide de faire le travail lui-même.

 

Ce tome 2 me semble bien meilleur que le premier opus. Une sorte d’alchimie se crée, apportant une plus grande cohérence au travail des deux artistes.

Je préfère le rythme proposé par le scénariste sur cette histoire, qui ressemble drôlement aux épisodes de séries télé policières. On suit la résolution d’une enquête, on découvre différents témoins, suspects potentiels, et la résolution intervient en fin d’album. Tout en laissant le contexte politico-historique avancer et enrichir la toile de fond. Les différents personnages récurrents prennent de l’épaisseur. Notamment Berlier, qui s’avère un personnage tout en nuances de gris, sous ses apparences de gros bourrin. J’apprécie certaines qualités qui lui sont données, et le tandem qu’il forme avec Izzo est très intéressant. On pourrait croire que ce trio ne fonctionne pas, pourtant Richelle parvient à le rendre crédible. On ajoute à cela une intrigue pertinente, complexe, et on obtient une histoire de qualité qui met bien en avant la complexité de cette période de l’Histoire de France.

Autre évolution positive, celle du dessin de François Ravard. J’avais regretté, sur le tome 1, un encrage un peu trop épais, trop présents, et l’artiste modifie cela dès le tome suivant (je n’y suis pour rien, je vous rassure). Comme quoi j’avais vu juste. Le noir se fait moins écrasant, et les personnages y gagnent en lumière. Lumière créée par les superbes couleurs de Claudia Boccato, dont la justesse est rarement mise à défaut.

 

De la bonne bd franco-belge du XXIe siècle, voilà ce qu’est cette série. J’ai hâte de lire les tomes suivant pour voir comment la trame globale évolue, en dehors de l’Histoire elle-même.

Les mystères de la Ve République tome 2_ planche

Logo top bd17/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s