Un thé pour Yumiko (Dimanche Manga)

Un thé pour Yumiko

Titre : Un thé pour Yumiko
Auteur : Fumio Obata
Editeur VO : Random House Group Ltd.
Editeur VF : Gallimard
Collection VF : Bayou
Date de publication VF : Mars 2014

 

De superbes aquarelles, une réflexion sur le Japon, je sais depuis les premières chroniques publiées sur la blogosphère, que je veux lire Un thé pour Yumiko. Tout le potentiel était là pour me plaire. Et coup de chance, les bibliothèques rennaises ont acheté ce livre très rapidement. Et j’ai pu l’emprunter avec gourmandise cet été pendant mes vacances.

 

Yumiko est japonaise, graphiste, et résidente britannique. Elle a quitté sa terre natale il y a presque dix ans pour s’ouvrir une carrière professionnelle. Elle va d’ailleurs y faire sa vie. Mais un coup de fil la rappelle auprès des siens. Son père est mort d’un accident d’alpinisme. Yumiko va devoir faire face à différents sentiments qu’elle avait occultés depuis son départ.

 

Attention, ce n’est pas une œuvre facile, qu’Un thé pour Yumiko. A mon sens, elle demande plusieurs lectures et une certaine appétence pour la philosophie japonaise, afin d’être pleinement appréhendée. Moi-même qui pense correspondre aux deux critères, je n’ai pas l’impression d’avoir embrassé la totalité des questionnements de l’auteur. C’est tout particulièrement le cas quant à sa réflexion sur l’attitude sociale des japonais. La courtoisie, le paraître, sont très importants dans ce pays. Yumiko, en partie transformée par sa vie en dehors du pays, en vient à s’interroger sur ces rites sociaux, sur leur pertinence. C’est du moins ainsi que je comprends la référence au théâtre Nô qui parsème le récit. Et même si je vois où l’auteur souhaite en venir, ses nuances me sont encore inaccessibles. Ce n’est pas un reproche que je formule, juste une prise de conscience. Dans notre univers mondialisé, il y a encore des comportements propres à certaines cultures « civilisées » qui ne nous sont pas directement accessible. Et ça me plaît plutôt.
Mais cet album, c’est aussi une réflexion sur le rapport aux parents, sur la réussite individuelle. Et là, on revient sur quelque chose de plus compréhensible, même si c’est traité avec autant de finesse que le reste des thèmes.

Côté dessin, on sent le métissage culturel de Fumio Obata, qui vit en Grande-Bretagne comme son personnage, et qui a même été en résidence artistique à Angoulême. Il mêle à la fois l’efficacité du trait propre aux japonais, dans l’économie, et la douceur et l’expressivité de l’aquarelle, plus propre à nos contrées. La rencontre entre ces deux mondes est un pur plaisir.

 

Voilà donc un album qui vous en donne pour votre argent. Il vous fait réfléchir, vous fait douter, vous pose des questions. Avec un superbe dessin par-dessus, comment peut-on passer à côté ?

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

Au milieu des livres
Mille et unes frasques

Un thé pour Yumiko_ planche

Logo top bd17.75/20

6 réflexions sur “Un thé pour Yumiko (Dimanche Manga)

  1. J’aime beaucoup ton billet qui me donne à m’interroger sur ma lecture forcément incomplète de cet ouvrage. Merci pour le lien 😉

  2. Je garde un souvenir très fort de cette lecture (et de mes relectures…) Moi qui désire fortement aller au Japon, j’entretiens cette envie au fil des œuvres que je lis et évidemment, il me tarde de prendre mes billets pour aller voir tout ça de mes propres yeux…
    Merci pour le lien Monsieur Yaneck.

  3. Pingback: « Un thé pour Yumiko  Fumio Obata | «Suspends ton vol

  4. Pingback: Un thé pour Yumiko | Les lectures de Caro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s