Jamestown (Mercredi Chronique)

Jamestown

Titre: Jamestown
Auteur: Christopher Hittinger
Editeur: The Hoochie Coochie
Date de publication: 4e trimestre 2007

Un éditeur peu connu, voir pas du tout, un auteur au diapason, indéniablement nous sommes en présence d’un album de bd dite indépendante. A ce « secteur » de l’édition bd, on peut reconnaître souvent un formidable travail d’expérimentation, de recherche, que ne mènent pas nécessairement les grands éditeurs. Les « petits éditeurs » osent, comme The Hoochie Coochie en l’occurrence avec Jamestown.

 

Jamestown est la première colonie anglaise à avoir réussie à s’implanter dans le nouveau monde en 1607, sur le territoire de l’actuelle Virginie. Trois navires quittèrent l’Angleterre avec la ferme intention de s’établir enfin dans une terre inexplorée et dominée par la Couronne d’Espagne. Trois navires remplis de vivre, de matériel et de colons. Parmi eux, John Smith, aventurier, mercenaire, explorateur et futur grand héros. Mais une telle expédition, si loin de toute vie connue, n’avait que peu de chances de se faire sans coups du sort et autres embuches. Telle est l’histoire de Jamestown, une ville qui n’existe plus aujourd’hui, mais qui fait partie de l’histoire grandiose de la naissance des Etats-Unis d’Amérique.

 

Si je parlais d’expérimentation, en début d’article, c’est parce que Christopher Hittinger propose des choix graphiques déroutants au premier abord. Chaque personne est stylisé, déshumanisé, touchant presque au logo conceptuel. Bonshommes bâton, patate, boules de poil, Hittinger leur donne à chacun une identité graphique propre et inattendue. D’une certaine façon, seul John Smith se rapproche de l’humain habituel, tous les autres étant… autre chose. J’imagine que l’auteur a mis du sens, dans ses choix graphiques. A identifier ainsi des individualités, à regrouper certains par genre, on se dit qu’il y a nécessairement une réflexion dans cette approche graphique. A chacun d’aller se faire une idée, de construire ses propres raisonnement, car ni l’auteur ni l’éditeur ne livrent dans cet ouvrage des clés de compréhension.

Mais, me direz-vous, ce choix graphique est-il nuisible à la lecture, gêne-t-il la compréhension et l’immersion dans l’histoire? Pas du tout. Hittinger propose un page très intéressante de l’Histoire Anglo-américaine, souvent peu connue en dehors des pays anglo-saxons. Les péripéties, réelles, rythment les pages très efficacement et les interactions entre individus sont tellement fortes que la réalité se suffit à elle-même.

 

Jamestown est donc une œuvre intéressante qui appelle une certaine réflexion graphique que les amateurs sauront apprécier. Pour autant, l’auteur réalise une œuvre très abordable et fort intéressante, qui enrichira la culture générale de tous les lecteurs. Et puis sortir de la vision de Pocahontas made in Disney (oui, c’est le même John Smith que dans le Dessin Animé), ça ne peut pas faire de mal.

 Jamestown_ extraitLogo top bd17.5/20

2 réflexions sur “Jamestown (Mercredi Chronique)

  1. En effet, aujourd’hui, ça doit être la croix et la bannière pour le trouver. Mais l’éditeur est toujours actif, il était à Quai des Bulles en Octobre dernier

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s