La faute aux chinois (Mardi Chronique)

La faute aux chinois

Titre: La faute aux chinois
Scénariste: Aurélien Ducoudray
Dessinateur: François Ravard
Editeur: Futuropolis
Date de publication: Juin 2011

Le premier scénario d’Aurélien Ducoudray, auteur avec lequel nos rapports sont un peu plus que de lecteur à auteur… Il m’avait dit qu’il fallait que je le lise, mais les bibliothèques rennaises ne l’avaient pas. Enfin, jusqu’à ce que je le trouve une fois, et qu’il fleurisse partout. Allez comprendre. C’est donc cet album qui lui a permis de lancer sa carrière. Décortiquons cela…

Louis Meunier bosse dans l’équarrissage de poulets. Pas que ça soit réellement son truc, mais bon, c’était ça ou autre chose. S’il ne faut pas compter sur le boulot pour s’épanouir, on peut y trouver l’âme sœur, Suzanne, en l’occurrence, une des secrétaires de la boîte. Elle a un frère, Jean-Claude, qui y bosse aussi. Ces rencontres pourraient bien faire évoluer la carrière professionnelle de Louis et lui donner un tour inattendu…

A la façon dont Aurélien m’avait vendu l’album, je m’étais dit qu’il avait toutes les chances de me plaire. Ca parlait de sentiment de classe, de délocalisation, tout ça. J’étais ravi de lire un point de vue orienté sur ce genre de questions, d’autant qu’avec ce scénariste, je partais plutôt confiant. Mais je dois bien reconnaître que cet album est bien plus que cela, et que je me suis fait cueillir comme un benêt. Je vais essayer de vous conserver cet état d’esprit, tout en vous donnant pourtant envie de le lire.
J’ai beaucoup aimé la relation familiale qui est posée entre Louis, Suzanne, Jean-Claude et la petite Pauline. C’est totalement malsain, mais malheureusement criant de vérité. La relation entre le frère et la sœur me semble très problématique et du coup très intéressante. Une proximité gênante, qui va presque trop loin. Lorsque Suzanne, sur une planche, se fait masser dans son bain par un homme derrière elle, lui aussi dans l’eau, on croit que c’est Louis. Erreur, c’est le frère. A plus de trente ans, un frère et une sœur nus dans le même bain, ça interroge. Et du coup, ces questionnements, c’est finalement par la petite Pauline que Ducoudray les fait ressortir, par ses troubles alimentaires. Il pose une thèse, que les troubles en questions soient en fait la résurgence de conflits pas réglés par la mère et par les parents ensemble. Un point de vue intéressant, qui fait débat dans le milieu d’ailleurs, sur l’autisme par exemple. Le point de vue psychanalytique ne fait pas l’unanimité. Dans le cas présent, le problème ne fait pas de doutes et c’est un choix fort intéressant dans le cadre de cet album.
Je n’ai qu’un seul bémol, en fait, sur cette histoire surprenante et bien menée. C’est la révélation faite par Jean-Claude. Je ne la comprends pas, je la trouve un peu sortie d’un chapeau, manquant d’éléments permettant de voir d’où elle vient.

Autre intérêt de cet album, replonger dans le passé proche de François Ravard, un dessinateur que j’apprécie de même. Un voisin brétilien. J’ai beaucoup aimé ses Clichés de Bosnie, toujours avec Aurélien, et cette lecture à rebours permet de bien mesurer ses progrès. Le dessin manque un peu d’assurance, de corps. Ca tremble un peu dans les coups de crayons. Mais il n’a pas son pareil pour mettre en scène les personnages à gueules. Et tous ses personnages nous restent en mémoire. A noter que ses albums suivants connaissent un progrès très régulier vers toujours plus d’assurance.

 

Un ouvrage acide, surprenant, dans une tonalité pas habituelle… Il faut acheter et lire lire La faute aux chinois. Ca fait vivre deux supers auteurs, et ça vous fera passer un très bon moment de lecture. Rappelez-vous, je vous ai caché le gros de l’album…

La faute aux chinois_ plancheLogo top bd17/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s