Rayons pour Sidar tome 1- Lorrain (Mardi Chronique)

Rayons pour Sidar tome 1

Série: Rayons pour Sidar

Tome: 1

Titre: Lorrain

Scénariste: Valérie Mangin

Dessinateur: Emmanuel Civiello

Editeur: Ankama

Collection: Les univers de Stefan Wul

Date de publication: Mai 2014

D’après l’oeuvre de Stefan Wul

 

Lorsque j’ai vu annoncé chez Ankama la sortie d’un album réalisé par Valérie Mangin et Emmanuel Civiello, je n’ai pas vu comment passer à côté. Mangin est une scénariste de talent, que j’ai beaucoup aimé dans ses adaptations de l’Odyssée et autres mythes antiques. Civiello, c’est juste un artiste au talent incroyable, que j’avais toujours vu sur de la fantasy et que j’avais vraiment envie de lire sur de la Science-Fiction. Un duo prometteur pour une collection très intéressante.

 

Lorrain 1613 AC s’est donné une mission. Il peut sauver la planète Sidar. Il sait, ce que les autres ignores. Mais pour ce faire, il a besoin de retrouver son robot, construit à son image, Lionel. Sauf que Sidar est une planète couverte d’une nature hostile et remplie d’autochtones à peine civilisés. Et que Lionel s’est enfoncé dans le pire endroit de la planète. Tâche difficile pour Lorrain, d’autant plus que la Terre quitte la planète pour laisser la place à une autre espèce colonisatrice. Le temps lui est compté.

 

Pas mal du tout, mais un peu insatisfaisant.

Le travail de Civiello n’est pas en cause du tout. Son talent de peintre rejaillit à chaque planche, et le changement d’univers lui réussi fort bien. Alors certes, une large part de l’album est consacré à ce monde primaire et primal qu’est Sidar, lui permettant de mettre en scène une faune et une flore très fantastique, jamais vue auparavant. Mais je vois mal comment faire la fine bouche devant le travail de l’artiste. La moindre de ses cases est impressionnante. Ce choix là s’avère un pari réussi pour l’éditeur.

Je suis un peu moins convaincu par l’histoire. En fait, je trouve qu’elle aurait mérité un album unique et double. Au bout de 48 pages, on ignore tout des objectifs de Lorrain, de l’objet de son inquiétude. On a assisté à un incroyable voyage, découvert un personnage qui navigue sans cesse entre le puant et l’attachant, mais on ne sait pas pourquoi il court, ce Lorrain. Et c’est fort dommage, il me semble que la scénariste aurait gagné en suspens à nous en faire comprendre un petit peu. On a presque l’impression de lire une grande introduction, c’est dommage. Mais ce sont là des considérations éditoriales, la nécessité de s’intégrer à la pagination d’une collection… Il manque quelque chose à cet album, scénaristiquement parlant, qui nous donne envie de vraiment poursuivre vers la fin de ce voyage. Même si j’ai envie de connaître la suite, et donc de la lire, trop de suspens tue le suspens. De même, on perd un peu des objectifs annoncés de Valérie Mangin, que de vouloir écrire un contrepoint au regard colonisateur de Lorrain, vu que l’on n’a pas grand chose du point de vue de Lionel.

 

Je ne suis pas connaisseur de Stefan Wul. Je ne peux donc juger de l’adaptation. Je peux juste dire qu’on doit pouvoir attendre encore mieux du deuxième tome, et que l’on a déjà affaire à un très joli tome 1. Emmanuel Civiello se fait plaisir, et cela emporte tout.

Rayons pour Sidar tome 1_ plancheLogo top bd16/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s