Cesare tome 1 (Dimanche Manga)

Cesare tome 1

Série: Cesare

Tome: 1

Auteur: Fuyumi Soryo

Editeur VO: Kodansha Ltd

Editeur VF: Ki-Oon Editions

Date de publication VF: Mars 2013

Quand j’ai envie de vous proposer de nouvelles séries manga sur le blog, je dois bien reconnaître que je me tourne souvent vers Ki-Oon. Cet éditeur a une politique de publication qui me convient assez bien, et il est rare que je ressorte franchement déçu d’un de leurs manga. C’est donc avec confiance que j’ai pris ce premier tome en bibliothèque.

 

Novembre 1491 à Pise. Angelo, petit-fils de tailleur de pierre, a bénéficié de l’attention de Lorenzo de Medicis qui lui a ouvert les portes de l’Université, ce lieu d’exception où les plus grands esprits nobles du siècle se retrouvent. Peu au fait des us et coutumes du lieu, Angelo va rapidement se faire un nom, à ses dépends. Mais il va aussi faire la rencontre d’un homme intrigant, séduisant, Cesare Borgia.

 

Ce premier tome sert visiblement à introduire le lecteur japonais dans l’univers de l’Europe de la Renaissance. Angelo, par sa naïveté, son inexpérience, permet d’expliquer tous les codes sociaux en vigueurs et les grandes oppositions entre étudiants. On découvre donc l’opposition Borgia/ Médicis, les fondements du royaume de France, la ville de Pise. Mais du coup, ce premier tome est un peu lourd pour nous autres français, presque ennuyeux. Et certaines fautes sautent au nez, comme la désignation comme lance de la Francisque, alors même que c’est une hache. Un mélange malvenu entre l’arme des francs et les lourdes lances de la chevalerie française. Quand on prétend être supervisé par un universitaire japonais spécialisé dans l’Histoire Européenne, ça pose question. Et c’est dommage, parce qu’il y a sans doute quelque chose à tirer de cette histoire. Je me suis déjà fait prendre au piège par des tomes 1 moins emballant que les 2: Ascension, Vinland saga, pour ne citer qu’eux. Ce regard sur notre civilisation, venu du Japon, aura sans doute quelque chose d’intéressant.

Pour ce qui est du dessin, Fuyumi Soryo se classe dans une veine assez classique du manga contemporain. On est dans le même élan que Kaoru Mori, l’auteure de Bride Stories. Un trait fin, élégant, de jolis décors. Même si Soryo est un brin moins talentueuse que sa consoeur.

 

Un avis mitigé, donc, sur ce premier volet, mais j’irai lire le tome 2. Il est bien possible que la série s’épanouisse avec un peu de temps. Sur le fond, j’ai hâte de lire ce que pense l’auteur de la misère de cette époque. Elle commence à le faire, et ce sera sûrement très intéressant.

Logo top bd15.5/20

4 réflexions sur “Cesare tome 1 (Dimanche Manga)

  1. D’accord, c’est bon à savoir, merci.
    Quand vous dites que le 5 est trop guerrier, ça veut dire que les autres tomes sont sur quelle tonalité?

  2. Content de lire sur cette série : elle me fait envie, depuis que j’ai vu la télé-série les Borgia. Le dessin me plait bien, j’étais tenté… Maintenant, grâce à toi, je sais que je devrai pas trop en attendre du premier tome!

    J’aime aussi ton allusion au regard porté par les Japonais sur votre société, avec les petites erreurs ou confusions qui peuvent en résulter. Elle me rappelle les nombreuses fois où vous appliquez le même régime à nos réalités de Nord-Américains francophones, comme quand vous cherchez à nous imposer tout le vocabulaire spécifique au hockey, alors qu’on possède déjà tout le vocabulaire français qu’il faut : sur la glace d’une patinoire, ça n’existe pas, un «palet» : c’est une rondelle!!! Et ce n’est là qu’un exemple sur des centaines!

    Même chose pour «Halloween» : on ne fête pas __Halloween, on fête L’Halloween. Contrairement aux autres fêtes, on conserve l’article depuis que l’Halloween existe, et qu’on la célèbre!! Pourquoi toujours vouloir l’élider, en nous imposant vos traductions «pour _ Halloween»? En Europe, depuis combien de temps célébrez-vous cette fête, au juste??

    Tout ça pour te dire que je comprends tout à fait ton agacement face à la Lance/Hache : je vis ce genre de chose régulièrement depuis que je suis tout petit (et ça, ça fait longtemps!!) ;^)

  3. Mon cher professeur Luneau, pardonnez que je me porte en faux: votre argument n’a strictement rien à voir avec le reproche que je porte précisément sur la francisque. Ce n’est pas un problème de traduction, l’éditeur français aurait alors été à blâmer, mais une lourde erreur de sens HISTORIQUE.
    La francisque, outre qu’elle donna son nom au peuple qui la maniait et incidemment au pays qu’ils occupèrent, a une histoire importante qui se fit connaître jusqu’à la seconde guerre mondiale et avec le régime de Vichy.

    Puisque tu veux qu’on parle des québécois ;op la comparaison aurait été plutôt la suivante: confondre le commerce des peaux qui anima longuement les rives du Saint Laurent et qui me semble-t-il amena à la création des principales villes du Québec, avec celui du bois d’érable.

    Evidemment, les nobles français maniaient la lance au moyen-âge, au moyen de chevaux lourdement caparaçonnés. La joute en était l’illustration. Mais la Francisque est à situer au 5e siècle environ, et la lance au 12e.

    Tu vois donc vos erreurs? ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s