Le journal d’un remplaçant (Lundi One-Shot)

Le journal d'un remplaçant

Titre: Le journal d’un remplaçant

Auteur: Martin Vidberg

Editeur: Delcourt

Collection: Shampooing

Date de publication: Janvier 2007

 

On l’oublie trop souvent, mais Martin Vidberg, connu désormais pour son Actu en patates sur les blogs du Monde.fr, est avant tout un instit. Il a livré plusieurs livres sur son expérience professionnelle, mais je n’avais pas pu trouver jusque là son ouvrage principal que voici. J’avais très envie de le découvrir, car je savais qu’il avait pu disposer de plus de pages que dans Les instits n’aiment pas l’école, pour faire partager sa vision de l’Education Nationale.

 

Martin Vidberg est instituteur remplaçant. Lorsqu’arrive la rentrée de Septembre, il n’a aucune idée de la classe qu’il rejoindra, de la tranche d’âge, du lieu. Et finalement, c’est pire que ce qu’il imaginait. Il est affecté à un Institut de Redressement, un centre éducatif spécialisé pour enfants ultra-violents. Il n’a rien demandé, il est affecté là-bas de force, et il n’a reçu aucune formation pour s’occuper de tels enfants. Mais pourtant, il va sans doute devoir y faire l’année. Si tant est qu’il tienne face à la violence de ces enfants assez peu gâtés par la vie et les adultes.

 

Autant vous le dire tout de suite, si vous voulez lire un témoignage sur l’enseignement en milieu spécialisé, vous avez là LE document qu’il faut vous procurer. Ayant vécu récemment un certain nombre des situations vécues par Vidberg (mais du côté éducatif, moi), je peux vous garantir la justesse du propos et des actions vécues. C’est un établissement, une classe, mais Vidberg met en avant les points les plus essentiels d’une telle expérience. Ces enfants déstabilisants, il les met en valeur comme rarement ils le sont. Oui, ils sont violents, insultants, irrespectueux. Mais il y a une raison à cela, et Vidberg le comprend, le met en scène. Oui, il est impossible de leur faire ingurgiter un programme scolaire classique et oui, il faut proposer des exercices différents qui tiennent compte de leur niveau réel. Et oui, il n’y a aucune garantie que cela tienne, ou que l’on perçoive nous des progrès chez ces gamins. Il décrit tout aussi bien les processus d’attachement mutuel, ces liens qui se créent malgré les déficiences, malgré les pathologies. Je pourrai vous écrire des lignes et des lignes sur ce thème, c’est mon secteur de métier, je l’ai choisi et je sais pourquoi je l’ai fait. Vidberg concentre tout en un album de bd. Nos rares certitudes, nos nombreux doutes. Et il le dit avec simplicité.

Pour la partie graphique, je ne m’étends pas. Si vous connaissez déjà l’auteur, vous connaissez donc ses personnages patates, qu’il arrive pourtant à doté d’émotions et à nous rendre attachant. Si ce n’est pas le dessin le plus élaboré du monde de la bd, c’est assurément un trait empathique.

 

Oui, je vous recommande au plus haut point cet album, qui vous fera vous interroger, sur ces gamins violents, sur le système qui ne les traite pas forcément mieux, sur l’Education Nationale en général. Tout ça sous couvert de bonhommes patates. Il est doué ce Vidberg, indéniablement…

 

Le journal d'un remplaçant_ plancheLogo top bd16.75/20

Une réflexion sur “Le journal d’un remplaçant (Lundi One-Shot)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s