Un sac de billes tome 2 (Vendredi Chronique)

Un sac de billes tome 2

Série : Un sac de billes

Tome : 2

Scénariste : Kris

Dessinateur : Vincent Bailly

Editeur : Futuropolis

Date de publication : Novembre 2012

D’après l’œuvre de Joseph Joffo

 

 

Les romans, en ce moment, je les lis surtout en adaptation bd. La faute au manque de temps, on ne peut pas tout faire. Et lire suffisamment de bandes dessinées pour proposer sept chroniques par semaine, avec les ratés, les catégories à respecter, ça ne laisse pas tellement de temps pour autre chose. Alors faute de mieux, je découvre certaines grandes œuvres par l’entremise de ce média que j’affectionne tant. Et quand elles sont bien mises en images, c’est un vrai plaisir.

 

Les deux petits Joffo, Joseph et Maurice, ont donc réussi à passer la zone de démarcation et à rejoindre la France Libre et la ville de Menton, où leurs grands frères se trouvaient déjà. Rapidement, ils ont trouvé leur place, un petit boulot pour aider la famille. Mais une nouvelle fini par tomber : leurs parents ont été faits prisonniers lors d’une rafle et ont été enfermés dans un camp dans l’attente d’êtres envoyés en Allemagne. Henri Joffo décide de s’y rendre pour essayer de les faire libérer.

 

Passionnante histoire, qui l’est d’autant plus qu’elle est vraie. Quelle vie, malheureusement, pour Joseph et sa famille… Faite de hauts, de bas, de fuites, de mensonges, de caches. Tout ça pour essayer de survivre aux nazis. Une famille de juif tentant d’échapper au cruel destin dont ils ne savent rien. On tremble pour eux, on sourit dans leurs rares moments de bonheur, et on s’impressionne des talents mis en œuvre pour se tirer des pires dangers. Et j’aime la façon dont Kris met en scène le pire. Il ne dit rien, il amène Vincent Bailly à dessiner certains détails, des portraits, il met en scène certains rassemblements, pour nous dire l’indicible, pour témoigner de l’horreur sans diminuer la force qu’il a fallu aux survivants dont Joseph, pour s’en sortir. Je trouve cela très fort.

Et il faut dire que Vincent Bailly a su parfaitement choisir ses couleurs pour soutenir ce parti pris, pour mettre en image cette force vitale qui s’est emparée de la famille Joffo. Ses planches respirent la vie, malgré tout.

 

Un vrai plaisir, donc, que de découvrir cette œuvre dans de telles circonstances. Je ne doute pas que le livre original soit aussi passionnant. Avec une telle vie, Joseph Joffo disposait d’une matière première en or. Sans occulter les responsabilités, il propose un monde en nuances de gris. Empli d’un souffle de vie qui permet de tout dépasser.

SACBILLEST2.indd

Logo top bd17.5/20

Une réflexion sur “Un sac de billes tome 2 (Vendredi Chronique)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s