Princesse Sakura tome 1 (Semaine Rois et Reines)(La chronique de Snoopy)

Princesse-Sakura-1

Princesse Sakura tome 1

Série : Princesse Sakura

Nombre de tomes : 12 (Série terminée au Japon )

Scénariste : Tanemura Arina

Dessinatrice : Tanemura Arina

Editeur VF : Glénat

Editeur VO : Shûeisha

Date de publication : 7 Septembre 2011

Pour cette semaine à thème, il n’a pas été facile de choisir un manga qui colle plus ou moins bien à la thématique. Après quelques recherches, je suis tombé sur Princesse Sakura, un shojo manga édité par Glénat en France. C’est une série dont je n’avais jamais entendu parler. Je me suis donc sacrifié pour vous.

Princesse Sakura se déroule dans un Japon médiéval, à l’époque Heian (période qui va de l’année 794 à l’année 1185).  Sakura est une jeune fille de 14 ans. Elle est orpheline depuis sa plus tendre enfance. Elle a été recueillie et élevée (dans un lieu reculé dans les montagnes) par la famille Ora, la famille régnant sur le Japon. Un jour, alors que la jeune princesse est proche de fêter ses 14 ans, un messager vient la chercher pour l’emmener chez le prince Aoba, son futur époux (et accessoirement un des prétendants au titre d’Empereur du Japon). Sakura, refusant l’idée de ce mariage forcée, s’enfuit par une nuit de pleine lune. C’est alors que survient le plus étrange des phénomènes : un démon semble en vouloir à la vie de la jeune princesse…

Princesse Sakura est typiquement le genre de shojo manga que j’aurais évité a priori si j’avais été conscient de son existence. Pourquoi ? Tout simplement parce que la couverture m’aurait fait reposer le manga sans le feuilleter. En effet, ce style graphique représente tout ce que je n’aime pas en matière de shojo manga : les grands yeux pleins d’étoiles (ou pas), le côté kawai qui ne m’attire pas des masses, la manière dont sont dessinés les persos… L’intérieur du livre est du même tonneau (ce qui est normal me direz-vous). On retrouve donc tous les codes du shojo manga (et les fameuses trames toute mignonne utilisées à outrance). Bref, ça partait assez mal. Et pourtant, sans être extraordinaire, l’histoire peut valoir le détour.

Ce manga nous raconte une romance sur fond de fantastique. Puisque je ne pense pas qu’il y ait un d’entre vous qui va lire ce titre après avoir vu cette chronique, je vais me permettre de raconter l’histoire un peu plus en profondeur. L’histoire est donc une romance entre une jeune fille qui a vécu  recluse pendant toute son enfance et qui est promise à un jeune homme qu’elle n’a jamais vue et qui par dessus tout va peut être devenir Empereur. Ce postulat de départ m’a un peu surpris. En effet, Sakura est présentée comme une orpheline, sans lien de parenté apparent avec une quelconque royauté. Je n’arrive pas à imaginer une telle situation. Mais après tout, c’est un manga. Donc pourquoi pas. Le voile sera levé un peu plus tard dans l’histoire quand on apprendra que Sakura est la petite fille de la Princesse Kaguya, une descendante du peuple de la Lune. On découvre la chose en même temps que le personnage principal. Cet événement va éveiller mon intérêt pour ce manga. En effet, jusque là, nous avions à faire à une banale histoire romantique où on sentait que le couple allait finalement se former. Bref, ça allait être chiant. Là cette révélation donne de la consistance. Car Sakura non seulement n’est pas humaine, mais en plus elle semble attirer les démons qui veulent l’éliminer. Le manga passe de shojo romantique à shojo fantastique avec des éléments de combat (car la princesse hérite d’une épée de sa grand mère)/ Et ce qui m’a le plus plu finalement, c’est l’énorme retournement de situation où le prince Aoba révèle ses véritables couleurs. Il n’a jamais eu l’intention d’épouser Sakura. Il voulait l’éliminer. Car un monstre qui peut faire du mal aux humains n’a pas sa place sur Terre. L’héroïne parvient à s’échapper de justesse. Mais elle est gravement blessée. Elle prend conscience petit à petit de sa véritable nature. Elle prend une décision importante : elle va être une princesse exemplaire et va tout faire pour protéger les êtres humains des démons…

Je m’aperçois que j’ai finalement résumé le gros du volume. Ca vous donne une idée de la chose. L’histoire en elle-même n’est pas si mal que ça finalement. Assez classique pour du manga. Mais pas mal quand même. La caractérisation de l’héroïne est plutôt bien faite. On passe d’une jeune fille au comportement un peu puérile à une jeune femme plus déterminée dès qu’il y a du danger. Les quelques retournements de situation sont plutôt bien amenés et, ma foi, ils sont surprenants. Ce qui est une bonne chose. Les éléments fantastiques de cette histoire sont bien gérés. Maintenant, ai-je envie de lire la suite ? Pas nécessairement. Comme je le disais, je n’ai pas ressenti ce petit truc qui me ferait vibrer. On est dans une histoire classique comme on pourrait en lire des dizaines. De plus, même si je m’y suis habitué le temps de la lecture, le dessin ne m’attire pas (il faut tout de même que je salue la qualité des décors de ce manga. Ils sont très bons). Avec un style graphique faisant un peu moins shojo, j’aurais pu continuer la lecture. Mais là, je pense que je vais juste passer mon chemin.

Princesse Sakura aura donc été une lecture plus intéressante que prévu. Pas au point de lire toute la série.

Princesse-Sakura-1_ politique

3 réflexions sur “Princesse Sakura tome 1 (Semaine Rois et Reines)(La chronique de Snoopy)

  1. Haha! C’est vrai que quand on a pas lu beaucoup de shojo, ce terme peut paraître abscon. J’entends par « trame toute mignonne » l’abus de trame style « pointillé, « petites étoiles »… qui remplace littérallement le décor et qui donne (ou sont sensés donner) un effet mignon à la case dans laquelle ces trames sont utilisées.

    Par exemple, dans l’extrait qui tu as choisi pour illustrer ma chronique, on l’utilisation de trame « fleur » aurait pu être une représentation parfaite de ce que je fis. Là, le dessinateur a été soft sur l’utilisation de la trame pour ne pas gêner le message de la trame que j’appellerai « joie » (ces rectangles qui forment un cercle dans le premier panel). Sans ça, tu peux être certain que le gros plan sur la princesse aurait été inondé de trame fleur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s