Charly 9 (La BD du Mercredi)(Semaine Rois et Reines)

Charly 9

Titre : Charly 9

Auteur : Richard Guérineau

Editeur : Delcourt

Collection : Mirage

Date de publication : Octobre 2013

D’après l’œuvre de Jean Teulé

Deuxième de mes albums cadeau de Noël que voilà. J’ai eu envie de faire confiance à Jean Teulé et à Richard Guérineau. Quelques avis plutôt positifs ont achevé de me convaincre que j’avais raison d’en faire la demande. Je place ce livre dans le haut du panier de 2013. Noël arrive juste trop tard dans l’année pour que je vous propose ce livre dans les temps.

Charles 9 est pressé par sa mère et ses plus proches conseillés : L’Amiral de Colligny, un des chefs du parti des huguenots, représentant les Protestants en France. Le roi refuse, de par ses sentiments pour l’amiral. Mais on le presse. Car il n’y a pas que Colligny, il y en a d’autres dont il serait bon de se séparer. Un, puis deux puis… la nuit de la Saint Barthélémy. Le massacre des Protestants de Paris par le parti catholique. Charles 9 fini par donner l’ordre, et marqua du pire sceaux tout son règne. Mais bon, il faut dire qu’il joue quelque peu de malchance, aussi, ce pauvre roi…

Disons le tout de go, si ce qu’avance Teulé est vrai, alors Charles 9 mérite une place à un dîner de cons royal. Comment vous dire que toute sa vie semble parsemée d’évènements tous plus effarants que les autres. Outre le massacre dont il sera pour l’Histoire le grand responsable, il a fait mourir des milliers de paysans en déplaçant le début d’année en Janvier (avec des paysans ressortant leurs tenues de l’an précédent pour célébrer l’évènement. Habillés comme un été en hiver, ça ne pardonne pas). Après avoir fait incinérer tous les protestants tués, et disperser leurs cendres, il fit offrir au peuple de Paris du Muguet, pour leur porter bonheur. Mais en période de disette, nombreux furent ceux qui mangèrent le dit muguet offert par leur souverain qui lui, buvait l’eau des fleurs. Encore des morts à foison. A tel point qu’il semblerait que le poisson d’avril ait été créé en protestation à son égard. Vous vous rendez compte de ce que laisse cet homme derrière lui ? Un vrai diner de cons, je vous dis. Le texte de Teulé est un véritable régal, et ce roi désarmant devient véritablement passionnant à suivre. Voir un homme sombrer dans la folie, ce n’est pas courant. On désacralise violemment le mythe royal, dans ces pages. Surtout lors de la chasse au cerf nu dans la cour du Louvre… Haute en couleur, cette vie, sa mise en mots est une belle réussite.

Et sa mise en trait l’est tout autant. J’étais resté aux Stryges, moi, concernant Guérineau. Mais il a fort bien évolué et il semble s’amuser comme un petit fou à changer régulièrement de style au fil des chapitres. Son trait s’est affirmé, a gagner en typicité, pour sortir du style sommes toute assez classique très réaliste des Stryges. Mais il faut dire qu’en plus, il s’autorise quelques petites références étonnantes, que ce soit Charles 9 en Lucky Luke, ou ces planches du Roi en mode Peyo. J’avoue que j’ai du mal à saisir ce qui a motivé ces choix, et je m’en vais de ce pas quérir une interview qui le ferait parler de cette question. Aucun chapitre n’est identique, le dessin change à chaque fois, ou la mise en couleur suivant les effets voulus par l’artiste. Et pourtant, jamais ça ne vient troubler la lecture, nous sortir de l’album. C’est de l’expérimentation parfaitement maîtrisée.

Une histoire folle et forte, un dessin qui s’amuse des codes et les transgresse, pour ma part, cela me convient tout particulièrement. C’est sans doute l’adaptation de Teulé que j’ai préféré. On sent le plaisir du bédéiste à se réapproprier le texte pour le proposer sous une nouvelle forme.  Et ce plaisir est parfaitement contagieux.

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

Culture Guu

Le Grenier à Livre

Sin City

Un amour de BD

Charly 9_ plancheLogo BD Mango orangetopbd_201318.5/20

11 réflexions sur “Charly 9 (La BD du Mercredi)(Semaine Rois et Reines)

  1. J’espère aussi. Mais le personnage est tellement énorme, que je doute qu’il ne parvienne pas à te toucher à un moment où à un autre.

  2. Vu en librairie avant Noël, mais je n’ai pas osé l’acheter.. Le libraire m’a montré les planches « étranges », et avait l’air complètement enthousiaste, mais je préfère attendre qu’il soit à la bibliothèque. On ne peut pas tout acheter !

  3. Pingback: Le top bd des blogueurs de Février 2014 | Les Chroniques de l'invisible

  4. Pingback: Charly 9 | Les lectures de Caro

  5. Pingback: Henriquet l’homme-reine, Richard Guérineau, Delcourt | Les Chroniques de l'invisible

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s