Block 109- S.H.A.R.K. (Lundi One-shot)

Block 109_ SHARKTitre: S.H.A.R.K.

Collection: Block 109

Scénariste: Vincent Brugeas

Dessinateur: Ryan Lovelock

Coloriste: Giusy Gallizia

Story-board: Ronan Toulhoat

Editeur: Akiléos

Date de publication: 20 Février 2014

Un nouveau Block 109, enfin! J’aime vraiment beaucoup cette série qui n’en est pas une. J’aime ce que les deux auteurs, Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat, ont créé au fil des albums. J’ai aimé les voir progresser ensemble peu à peu. Mais Ronan a eu envie de faire autre chose, comme il avait pu nous le dire l’an dernier en interview. Chaos Team est né. Pourtant, il y avait encore des histoires à raconter sur cette uchronie. Ainsi donc, un nouveau dessinateur a-t-il été recruté afin que l’aventure continue. Ronan est tout de même resté impliqué, gardant un oeil sur son bébé.

Après que l’Amérique eut été détruite par le feu nucléaire en 1945, une partie de son armée s’est réfugiée en Australie, pays qui continue la guerre contre les forces de l’Axe. Son territoire accueille plusieurs prisons accueillant des soldats de la Whermacht vaincus sur le front africain.  Or, le pays est directement sous la menace de l’armée impériale du Japon. Un parti fasciste est donc né, appelant à faire la paix avec l’Allemagne, afin de se concentrer contre les japonais qui eux, menacent directement le sol du pays continent. C’est le S.H.A.R.K. Un parti rapidement interdit et donc les membres ont rejoint les allemands dans les camps de prisonniers. Un de ceux-ci, la Rabbit Flat, accueille un prisonnier un peu particuliers depuis peu…

Cela faisait un moment que Ritter Germania, la dernier album de la série, avait été publié, il y avait donc de l’attente, à lire un nouvel opus. L’attente s’est avérée payante car Vincent Brugeas réussi à produire un récit encore différent de ce qu’il avait réalisé jusque là, une histoire qui m’a réellement surpris. Je me suis laissé embarqué par le fil du récit et lorsque le tournant est arrivé, je n’ai pas vu venir le ressort scénaristique. Alors même que j’avais quelques infos sur le scénario, via la page facebook du label Vinwatt du duo d’auteurs. C’est donc réussi. Le lieutenant Worth est un excellent héros, ce genre de bad guy avec une énorme présence comme on peut les aimer. Sûr de lui, intelligent, balaise… Un bon salopard comme on les aime. Et encore, je ne vous dis pas tout. Le scénariste vient nous interroger sur la personnalité de son héros, mais il le fait avec discrétion. Il nous titille mais ne force pas les choses. Il contrôle bien son timing. Mon seul regret dans cette histoire, c’est que j’aurai aimé un peu plus de références directes au monde de Blog 109. Je ne sais pas comment cela aurait du se présenter, mais dans cet album, les clins d’oeil manquent un peu. Ritter Germania, New York 1947 et Opération Soleil de Plomb étaient impliqués au plus près de l’Histoire uchronique, SHARK est un peu en retrait. Sans doute le choix de l’Australie y est-il pour beaucoup, le pays étant fort éloigné de l’Europe. J’aurai par exemple, aimé voir un ou des Teutoniques dans le camp de prisonniers. Ce genre de choses. Mais, rien de gênant sur le fond, je chipote pour le plaisir.

Parlons maintenant de Ryan Lovelock, puisqu’il est aussi un des enjeux de cet album.

N’essayons pas de faire la comparaison avec Ronan Toulhoat, ce ne serait pas très intéressant. Le point fort de Lovelock, à mon sens, c’est le dynamisme du trait. Il y a de l’énergie dans son dessin, ce qui soutient bien les scènes d’action. J’imagine que c’était un des effets recherché. Block 109, c’est un univers d’action, il fallait un dessin qui assure à ce niveau. C’est réussi. Bon, il manque parfois un peu de constance, ce dessinateur, au fil des pages, mais rien qui ne puisse s’améliorer avec le temps et l’expérience. Sa façon de mettre les personnages en avant par rapport au décor est par exemple assez intéressante. A noter une belle mise en couleur, qui tombe toujours juste.

Retour efficace pour l’univers Block 109, dont on espère qu’il sera suivi d’un autre tome. Il y a tant d’histoires à raconter, encore. Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat ont créé un univers très riche qui gagne à chaque album, à chaque « tranche de guerre » que l’on nous propose. La série reviendra-t-elle? Lovelock remplacera-t-il Toulhoat de manière définitive? Pour l’instant, rien ne filtre d’Akiléos ou du Label Vinwatt. Shark, l’album couperet?

Block 109- S.H.A.R.K._ planchetopbd_201316/20

2 réflexions sur “Block 109- S.H.A.R.K. (Lundi One-shot)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s