Lloyd Singer tome 7- Psychothérapie (Mardi Chronique)

Lloyd Singer tome 7

Série : Lloyd Singer

Tome : 7

Titre : Psychothérapie

Scénariste : Luc Brunschwig

Dessinateur : Olivier Martin

Coloriste : Albertine Ralenti

Editeur : Bamboo

Collection : Grand Angle

Date de publication : Mars 2012

 

 

Lloyd Singer est une série qui aura connu de multiples rebondissements éditoriaux. L’un d’entre eux sera un changement de dessinateur (après le changement d’éditeur et le changement de titre), Olivier Martin remplaçant Olivier Neuray à partir de ce septième et avant-dernier tome.  Mais au moment où il l’a écrit, Luc Brunschwig ignorait qu’il entamait le dernier cycle de son personnage.

Lloyd Singer est au repos forcé. Après avoir agressé les policiers qui avaient dénigré la femme qui l’avait enlevé, il a été mis à pieds par le FBI dans l’attente d’examens psychologiques susceptibles d’évaluer sa capacité à retourner sur le terrain. Tant mieux, cela laisse un peu de temps à Lloyd pour s’occuper de celle qui va le plus mal dans sa famille, sa sœur Esther, en crise d’anorexie aigüe. La thérapeute d’Esther a souhaité entamer une thérapie familiale, afin de déterminer quelle aura été la place de chacun dans ce groupe, et pour essayer de déterminer ce qui peut amener la jeune femme à se détruire comme elle le fait. Dans le même temps, un vieux pervers de Floride met un plan en branle  pour investir la vie d’une future victime. La prochaine enquête de Lloyd ?

Avec cet album, Luc Brunschwig amène enfin sa série là où il le souhaitait. Ce n’était pas tant les aventures à la sauce polar, qui l’intéressaient, que de pouvoir jouer et décortiquer les relations de la famille Singer. Et là, il s’en donne  à cœur joie, sans oublier la veine « meurtriers en tous genre » qui accompagne la série depuis ses débuts. Sur ce point précis, on passe tout le long de l’album à se demander ce qui rattachera le personnage du pervers à Lloyd. Brunschwig prend son temps pour nous montrer le modus operandi du bonhomme, pour nous préparer au crime qu’il va commettre. Mais on se demande quand même où le scénariste veut en venir, jusqu’à l’avant-dernière page qui éclaire tout. Enfin… qui nous montre qu’il y a un lien. La lumière, ce sera pour le tome suivant.

Et de l’autre côté, on a le plus intéressant, la thérapie familiale Singer. Le scénariste dévoile enfin ses plans les concernant, et c’est sombre. L’adolescence de Lloyd n’a pas été facile, ça, on le sait depuis le début de la série, mais on découvre dans cet album que ce n’était déjà pas grandiose avant la mort des deux parents. On découvre une mère manipulatrice et toxique. Peut-être aussi des tantes castratrices, ça, on ne sait pas encore vraiment, on suppose. Et un père faible, adoré de tous, mais incapable de se sortir du piège dans lequel il s’est lui-même mis. Oui, la barque est bien pleine, vous verrez comment Esther a intériorisé tout cela,  comment elle s’est laissée intoxiquer. Bouffer. Logique pour une anorexique, non ? Je ne vous en dis pas plus, venez découvrir par vous-même.

Avec un scénario aussi fort, pas facile d’être le nouveau dessinateur. Olivier Martin arrive, avec son style propre, mais qui parfois lorgne un peu tout de même sur celui du dessinateur précédent. En fait, son dessin évolue tout au long de l’album, semblant hésiter entre des personnages très expressifs, très travaillés (le pervers est plutôt traité ainsi), et des traits plus ronds, plus à l’économie, qui rappellent alors le dessin d’Olivier Neuray. Ça reste parfaitement lisible, mais on sent que l’accouchement de l’album n’a pas été facile.

Plus qu’un tome pour avoir les réponses. Toutes. Car c’est la fin de la série qui arrive. Peut-être aurez-vous du mal à trouver cet album en librairie, puisqu’il n’est plus édité désormais. Il va vous falloir compter sur des libraires connaisseurs et de bon goût, qui auront gardé cette série dans leurs bacs, parce qu’ils en connaissent la valeur.

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

Samba BD

Sin City

Lloyd Singer tome 7_ planchetopbd_201317.5/20

4 réflexions sur “Lloyd Singer tome 7- Psychothérapie (Mardi Chronique)

  1. En tant que fan de Luc B., je ne suis probablement pas très objectif, mais cette série fait partie des must qu’il faut avoir lus.
    Et ce tome est (malheureusement) l’avant dernier de la série dont le T8 sera une conclusion éblouissante (la lumière comme tu dis).
    Dommage, cette série aurait mérité une suite tant le personnage est attachant. (snif !)

  2. Le personnage aurait surtout mérité d’avoir plus e temps pour venir à la conclusion. Mais ça, c’est le tome 8, et ce ne sera pas une chronique facile à écrire.

  3. Même si Luc avait prévu plus de temps pour conclure, je n’ai pas été gêné par ce fait car, contrairement à d’autres séries où on sent un « bâclage » dû aux exigences de l’Editeur, ici on a toutes les réponses aux questions et ça passe facilement … sauf le fait qu’on ne le verra plus ! ☻

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s