Murena tome 7- Vie des feux (Semaine Jean Dufaux)

CV_MURENA_07_FR.pdf

Série : Murena

Tome : 7

Titre : Vie des feux

Scénariste : Jean Dufaux

Dessinateur : Philippe Delaby

Coloriste : Jérémy Petiqueux

Editeur : Dargaud

Date de publication : 2009

Afin de vous faire l’étalage des différentes facettes de Jean Dufaux, il me songeait peu envisageable de me passer d’une série comme Murena. Cette saga est le joyau de la couronne du scénariste, celle que tous les amateurs de bd mettent en avant dès que le nom de cet auteur est évoqué. Si vous ne connaissez pas encore Murena, venez découvrir une série qui est déjà une référence.

Lucius Murena a du rejoindre la Gaule, afin de retrouver la femme qu’il aime, donné par César à l’un de ses centurions. Mais Acté n’est plus, elle est morte dans les bras de Murena, d’une flèche qui ne lui était pas destinée. Pendant qu’Evix la gauloise commence à rassembler les siens pour mener une rébellion contre Rome, Murena et Galba reprennent le chemin de la capitale de l’Empire. Avec l’idée pour Lucius de se venger de César, quoi qu’il puisse lui en coûter. Un César qui lui tente de surmonter sa peine suite au décès de sa petite fille. La chaleur monte sur Rome, et les raisons de flamber croissent sans cesse.

Jean Dufaux s’est évertué, sur cette série, à s’appuyer sur des sources historiques solides pour bâtir un récit qui, à défaut d’être LA vérité, puisse être totalement crédible. Mêlant grande Histoire et récit romancé, il livre donc une version de l’incendie de Rome que l’Histoire commune attribue à Néron lui-même. Vous verrez ce qu’il en est. C’est en tous cas un récit très dur, que nous livre le scénariste sur ce septième album, qui ne connaît que de toutes petites bulles positives. Autour de Pierre, le « premier pape » chrétien, qui est l’objet de l’attention positive de l’Empereur. Une attention qui risque toutefois de lui coûter cher, si l’on en croit les manigances de Tigellin. Sinon, Massam le tueur continue de nourrir le feu destructeur de l’Empereur, qui n’est plus accessible à aucune intelligence, notamment en ce qui concerne Murena. Malheur à qui croise le chemin de leur destinée commune. Combats illégaux, trafics de morts, viennent entourer les exactions de César, donnant un visage fort peu agréable de Rome, comme s’il fallait que le personnage soit répugnant pour que le scénariste puisse y bouter le feu. Nous verrons au tome suivant s’il continue de traiter la cité ainsi.

Et pour soutenir ce récit puissant quoique plutôt difficile, il y a le magnifique dessin de Philippe Delaby. Jamais aucune fausse note, dans le travail de cet artiste. La première édition de l’album comprend un petit carnet de croquis montrant notamment certaines cases crayonnées, c’est du pur bonheur. Son dessin est d’une précision incroyable, d’un sens du détail formidable.  Et Jérémy Petiqueux, le coloriste, donne une chaleur incroyable à ses planches, avec un sens des ambiances très pointu. Le parfait soutien pour ce dessin un peu guindé, disent certains. La couleur y insuffle réellement la vie.

Si vous connaissez Murena, ce n’est pas sur ce septième tome qu’on trouvera encore à redire au travail des auteurs. Si vous ne connaissez pas cette série, j’espère vous avoir donné envie de la lire, de profiter tant d’une page d’Histoire fort bien documentée, que d’une intrigue prenante qui touche à l’épique.

Murena tome 7_ planche

topbd_201318.5/20

2 réflexions sur “Murena tome 7- Vie des feux (Semaine Jean Dufaux)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s