Fables tome 5- La marche des soldats de bois (Jeudi Comics)

Fables tome 5

Série : Fables

Tome : 5

Titre : La marche des soldats de bois

Scénariste : Bill Willingham

Dessinateur : Mark Buckingham

Coloriste: Daniel Vozzo

Editeur VO: DC Comics

Label VO: Vertigo

Editeur VF: Panini Comics/ Urban Comics

Date de publication VF: 2008

 

 

Je prends mon temps, mais je savoure chaque lecture que je fais de cette série. Je n’ai pas pris la peine de l’acheter, j’ai fais d’autres choix de lecture, mais je le regrette un peu. Car vous allez voir que l’on a encore une superbe histoire à découvrir ensemble.

La communauté de Fableville vient de faire la rencontre de sa première évadée issue de leur monde perdue, Chaperon Rouge, qui les a donc rejoints. Mais Bigsby, le grand méchant loup shériff de la ville, n’est pas convaincu de la version de la nouvelle arrivante et il souhaite mener l’enquête à la frontière canadienne, là où se trouve le tunnel d’accès entre les deux mondes. C’est donc une Blanche-Neige enceinte qui va devoir faire face à la pire menace que la communauté ait connue depuis leur installation à New York. Chaperon Rouge n’est pas celle qu’elle dit être, et elle a une armée de soldats de bois à ses ordres pour faire tomber Fableville.

Epique ! C’est le mot pour désigner ce recueil, qui voit de très nombreux personnages de Contes affronter une armée de soldats de bois. La défense de Fableville est superbement orchestrée, avec tout ce qu’il faut de rebondissement et de révélations. On retrouve Rose Rouge et les fables de la Ferme, la Bête en version monstrueuse, et la sorcière d’Hansel et Gretel… Notamment… Le rythme est excellent, on ne s’ennuie pas un instant, c’est un véritable plaisir. Et j’aime certains petits détails instillés par Willingham, mine de rien. La suspicion qu’il soulève sur Gepetto (je pense que l’adversaire, c’est lui, pour ma part, on verra si j’ai compris ce qui est sous entendu dans ces épisodes) notamment, mais aussi les choix finals de Bigsby concernant leur ennemie.  Non, vraiment, il n’y a que du bon, dans ce cinquième recueil…

Et tant au niveau du dessin que du scénario. Je ne peux vraiment concevoir Fables sans Mark Buckingham. Son trait me convient vraiment bien, il est à la fois réaliste et un peu caricatural, ce qui convient à merveille à ces personnages de contes ramenés dans la vraie vie.

J’espère mon enthousiasme contagieux. Ruez-vous sur la série Fables, un comic book totalement accessible aux amateurs de franco-belge, une utilisation toujours formidable de notre héritage culturel commun issu des contes.

Fables tome 5_ planchetopbd_201318/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s