Blacksad tome 5- Amarillo (La BD du Mercredi)

Amarillo

Série: Blacksad

Tome: 5

Titre: Amarillo

Scénariste: Juan Diaz Canales

Dessinateur: Juanjo Guarnido

Editeur: Dargaud

Date de publication: Novembre 2013

A la sortie du précédent tome de Blacksad, j’avais été quelque peu déçu. Je ne sais trop pourquoi, peut-être était-ce une trop grande attente qui m’a empêché de savourer l’album à sa juste mesure. Pour ce cinquième opus, rien de tout cela. J’ai une relation apaisée à la série, et c’est plein de curiosité et de sentiments positifs que j’aborde cette lecture, qui sera une des plus attendues de cette fin d’année 2013.

John Blacksad est toujours à la Nouvelle-Orléans. Si son ami Weekly a reçu de l’argent de son journal pour rentrer à New York, John est lui sans le sous et quelque peu empli d’un blues tenace. Il est fatigué de tirer des coups de feu, de trouver des macchabés à tous les coins de rue. Il aurait envie d’un petit moment tranquille. Et coup de chance, en sortant de l’aéroport il va rencontrer un riche homme d’affaire qui va l’embaucher pour ramener sa belle et chère auto à son domicile. Le soleil, la route qui défile, le vent qui fouette le visage de la voiture décapotable, tout ce dont Blacksad avait besoin. Mais il va croiser la route d’un duo de poètes beatniks qui vont lui voler la voiture. Et le ramener dans la panade à toute vitesse.

J’ai passé un excellent moment en compagnie de Canales et Guarnido. Autant le dire, c’est ce que j’aime pour la bande dessinée moins cérébrale: une belle ambiance, des personnages charismatiques, des rebondissements et un dessin qui sublime le tout. N’en jetez plus, j’ai ce qu’il me faut.

John Blacksad est un chat noir, il porte la poisse, à lui-même d’abord. Il faut dire qu’il croise la route de deux personnages assez hauts en couleur, du genre à brûler la chandelle par les deux bouts pour vivre la vie le plus intensément possible et faire de leur art, la poésie, une lumière inspiratrice. Abraham est même complètement siphonné, autant le dire. Chad est lui plus en nuances, dans son personnage de romancier célèbre que le premier succès bouffe complètement. Le genre de gars incapable d’être heureux. Un personnage assez fragile qui alterne les hauts et les bas à toute vitesse, et qui fait tout le fil rouge de cet album. Suivant son rythme, il nous énerve, nous émeut, nous attriste.  Un bon personnage en somme. Comme le sont la plupart des autres d’ailleurs. Le passage d’un cirque permet toute une galerie de portraits assez épicée, qui est illustrée par une suite d’affiches, petite astuce très bien vue pour ne pas alourdir l’histoire avec les différents personnages en question. Et puis il y a l’avocat, très appréciable, mélange de belle raclure et de mec bien, on a envie de passer du temps avec lui. On le devrait pas le voir par la suite, c’est bien dommage, il avait du potentiel. Celle que l’on reverra sans doute, c’est la soeur de Blacksad, femme divorcée (on est dans les années 50 rappelons-le) d’un homme blanc, alors qu’elle est noire. Jolie, sensible, elle promet de devenir un personnage fort intéressant. Le potentiel est là.

Tout ce petit monde coure à perdre haleine, entre coups de feu et accidents de voiture. Du bon polar.

Et puis il y a le dessin de Juanjo Guarnido. Rien que sa première case met tout le monde d’accord sur la finesse de son trait et de sa mise en couleur. Christique, Chad nous apparaît au fond de l’eau, son corps laissant une ombre sous le soleil . Magnifique, grandiose. Et tout le reste est du même acabit. Ses cases sont travaillées jusqu’au bout, tant dans le trait que dans la couleur. Les deux arts se complètent, se soutiennent et se magnifient. Un artiste complet. Juste du plaisir à lire…

Me voilà réconcilié avec Blacksad, c’est dit. J’essaye de trouver comment conclure, et je ne vois pas comment ne pas me répéter. Tout est réussi, c’est solide, c’est prenant. Juste de la bd comme je l’aime. Mais je l’ai déjà dit, ça….

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

Un amour de BD

(L’interview des auteurs, par Jacques)AmarilloLogo BD Mango orangetopbd_201318/20

32 réflexions sur “Blacksad tome 5- Amarillo (La BD du Mercredi)

  1. Ton côté déçu du tome 4 et content du tome 5 laisse à penser que tu préfères les narrations chronologiques !

  2. Je suis comme toi bien plus séduit par ce tome que par le précédent. Cela dit je l’ai lu le jour de sa sortie et il ne m’en reste quasiment rien…

  3. Une série que je dois reprendre moi aussi ! Surtout que ce tome sera sous le sapin !

  4. Pas tout à fait d’accord… Pour ma part ce tome m’a déçu sur certains plans.
    Attention, Blacksad c’est le haut du panier, je pinaille, je pinaille.
    Comme tu dis, j’ai aimé certains dessins (le Chad est formidable), j’ai aimé l’hommage à la Beat Generation, j’ai aimé la construction de l’album…
    Mais que dire de certains dessins : planche 21 les deux petits dessins avec les véhicules… wahou, c’est imite ridicule et carrément grossier !
    L’utilisation abusive de certains effets (par exemple l’effet « fumée » marron dans le bar planche 11, 12, 13, 14 et 15…), et pour finir une certaine sensation de plus « vite fait », moins détaillé, plus épais que sur les tomes précédents.
    Même si ça reste au top, je suis un peu déçu pour ma part.

  5. Mais pinaille, je t’en prie, je suis le premier à pinailler.
    C’est marrant que le précédent tome ne t’ai pas déçu lui? Dans mon souvenir, dans nos discutions, j’étais le seul à l’avoir été….

  6. Oui, je crois que c’est vraiment un bon moment de lecture. Une petite parenthèse. J’aime bien cette idées de one-shots qui se suivent.

  7. Je suis d’accord avec toi. Le novice peut facilement prendre le train en marche et l’adepte régulier prend plaisir à retrouver les personnages où et quand il les avait laissés. Au plaisir de te relire…

  8. Oui, ben moi j’ai été (encore) déçu par l’histoire (trop brève à approfondir en one shot de 54 planches), mais aussi (et surtout) par le dessin qui parait par moment presque bâclé même si ça reste toujours aussi expressif, ça manque d’application (d’implication ?) en comparaison avec la beauté des premiers tomes.
    Cette série est devenue très banale. 5/10

  9. Pingback: Top ACTU BD des blogueurs – N°2 | Sin City

  10. Pingback: Top ACTU BD des blogueurs – N°2 (nov. 2013, déc. 2013, Jan. 2014) | Les Chroniques de l'invisible

  11. Pingback: « Blacksad – tome 5. Amarillo » de Diaz Canales et Guarnido « Chaplum’

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s