Mattéo tome 3- Troisième époque , Août 1936 (Vendredi Chronique)

Mattéo tome 3

Série: Mattéo

Tome: 3

Titre: Troisième époque, Août 1936

Auteur: Jean-Pierre Gibrat

Editeur: Futuropolis

Date de publication: Novembre 2013

Jean-Pierre Gibrat, une des pointures des parutions de cette fin d’année 2013. Un de ces auteurs particulièrement attendus par les passionnés de bande dessinée, tant on sait que l’on va en prendre plein les yeux tout en cultivant notre esprit. De la grande Histoire, de petites histoires, et un dessin sublime pour envelopper le tout.

Mattéo est revenu du Bagne. Il a fait ses vingt ans, comme il y avait été condamné. A son retour, c’est à Paris qu’il s’est installé et non pas chez sa mère à Collioure. Trop de souvenirs douloureux.

Mais le Front Populaire de Léon Blum a donné aux travailleurs le droit à des congés payés, alors il en profite pour retourner chez lui, accompagnés de ses amis, Paulin, Amélie, Augustin. Tous quatre à commenter la période, les avancées du Front Populaire, les reculades de Blum qui refuse de soutenir la jeune République espagnole. La période voit les sentiments s’exacerber. Et Collioure, pour Mattéo, c’est aussi Juliette… Celle qui lui a toujours fait tourner la tête, et qui aujourd’hui n’est plus aussi lié à sa belle-famille.

Quel bonheur de retrouver Gibrat et son univers. Après un deuxième tome haut en couleur, racontant au plus près la Grande Histoire de la Révolution Russe, ce troisième chapitre est lui plus intime, plus orienté sur la vie de Mattéo et sur son histoire à lui. Bien évidemment, les évènements politiques nationaux et internationaux ne sont jamais loin, ils rythment les pages avec régularité, mais c’était sans doute le propre de cette année 1936, en France. Une période d’espoir immense, de joie, qui tenait un peu à l’écart les grands bouleversement du monde. La France ne voulait pas de la guerre, et cela lui coûta fort cher ensuite. Mais même cet affrontement entre « rouges » et « fascistes » est traité sous le prisme de l’histoire de Mattéo. Jean-Pierre Gibrat résout en partie des questions qu’il avait placé dans la fin de l’album précédent, lorsque Mattéo était venu retrouvé Juliette. On va beaucoup parler de Guillaume, le nobliaux que Juliette épousa et dont elle eut un enfant à son retour de la guerre. Un enfant qui a bien grandi, forcément, puisque vingt années se sont écoulées. D’ailleurs, Gibrat occulte volontairement l’épisode du bagne. Je ne sais s’il y reviendra dans le prochain album, mais pour l’instant, il a décidé de faire une ellipse sur ce sujet. Ne montrant rien d’autre de cette période que le silence de Mattéo et une case avec son dos couvert de traces de sévices. Il y a donc des choses à dire, mais qui ne convenaient pas du tout à l’ambiance voulue par l’auteur, j’imagine. Le prochain tome s’y prêtera peut-être plus, vu ce qui s’annonce.

C’est donc une histoire écrite avec finesse, qui nous est proposée, sur laquelle se pose le dessin de Gibrat, à l’unisson. Comment ne pas aimer la délicatesse du trait, adjointe à celle de la couleur? Je trouve même que l’auteur arrive encore à progresser. Il travaille ses ombres encore plus finement, allant même jusqu’à porter celle d’herbes folles sur les épaules nues de Juliette, ou travaillant avec légèreté la transparence de la robe d’Amélie marchant au milieu des vagues. Il va toujours dans plus de subtilité, toujours plus de délicatesse. On vit avec lui, par son dessin, cette période folle des congés payés, on prend une dose de soleil méditerranéen et un peu de chaleur estivale. En ce début d’hiver, quel délice.

Comment ne pas être dithyrambique sur cet album? Comment ne pas vous conseiller de lire depuis le début cette série, si vous ne la connaissez pas encore? Une telle maîtrise de l’art de la bd, c’en est à couper le souffle. Pour une fois, j’aimerai même que le grand public puisse connaître cette histoire. Une série télé, pour France Télévision, se serait une belle idée. En notre période troublée, cela poserait des questions assez utiles, et rappellerait quelles valeurs, ont donné la meilleur image de la France à travers le monde.

Mattéo tome 3_ planchetopbd_201318.5/20

7 réflexions sur “Mattéo tome 3- Troisième époque , Août 1936 (Vendredi Chronique)

  1. arghhhh!!! il me tarde tellement de le lire!!! la biblio va (ou l’a) acheté, je me suis positionnée en insistant sur l’urgeeeeeeeeence suprême pour moi!!! j’ai hâte hâte hâte!! je ne lis pas ton billet, ça me frustrera de trop!! je reviendrai 😉

  2. Pingback: Jean-Pierre Gibrat – Matteo, Troisième époque (août 1936) | Sin City

  3. Pingback: Top ACTU BD des blogueurs – N°2 | Sin City

  4. Pingback: Top ACTU BD des blogueurs – N°2 (nov. 2013, déc. 2013, Jan. 2014) | Les Chroniques de l'invisible

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s