Holmes tome 3- L’ombre du doute (Mardi Chronique)

Holmes tome 3

Série : Holmes

Tome : 3

Titre : L’ombre du doute

Scénariste : Luc Brunschwig

Dessinateur : Cecil

Editeur : Futuropolis

Date de publication : Mai 2012

 

C’est à toute vitesse que je rattrape mon retard sur la série Holmes de Luc Brunschwig. Fini les tergiversations, les « j’achèterai plus tard ». J’emprunte, je lis, je savoure. Et je partage avec vous.

Watson doute. Il pressent que la famille Holmes lui ment, que l’image qu’ils donnent de leur fils Sherlock n’est pas la bonne, qu’ils essayent de le tromper. Qui est donc cette femme qui semble tant prendre soin du père Holmes que de l’empêcher d’avoir tout contact avec l’extérieur ? Que s’est-il passé lors de certaines vacances de la famille Holmes à Pau, en France ? Et Moriarty, alors ? Le docteur écrivain prend le chemin de la France, pendant que le jeune Wiggins tente, lui, d’en apprendre plus sur l’infirmière des Holmes. Leur route à chacun va s’avérer semée d’embuches.

Il est encore très bien, cet album, mais un doute m’étreint tout de même (c’est adapté à l’album, notez bien). Il ne concerne pas la qualité de cet ouvrage, mais la perception que j’en ai. Luc Brunschwig continue de tisser son écheveau autour du mythe Sherlock Holmes, une situation que j’imagine jubilatoire pour tout fan du grand détective.  Il peut ainsi proposer sa vision du personnage, utiliser les blancs laissé par Sir Arthur Conan Doyle. Mais c’est Brunschwig et dans aucune de ses séries, il ne s’est contenté d’écrire un récit de genre. Il y a toujours une réflexion en plus, un regard sur la société. Et là est mon doute. A ce stade du récit, je n’arrive pas à percevoir cette toile de fond, comme si j’étais totalement happé par le fantôme de Holmes. Comme si je n’arrivais pas à m’en détacher. Quelle étrange série… Ne serait-elle pas, finalement, plus facile à appréhender d’un seul bloc ? Ce découpage, particulier, ne serait-il pas une volonté du scénariste de nous troubler, de nous imposer SON rythme, un peu comme le font les magiciens. Regardez ma main qui bouge, c’est celle qui ne bouge pas qui réalise le trucage. Suivez mon rythme à moi, et je vous mènerai par le bout du nez pour que vous arriviez là où je le souhaite. Ceci dit, je vais maintenant devoir attendre, le tome 4 est en cours de réalisation.

Et si Cecil prend son temps, il est impossible de lui en tenir rigueur. Le cahier graphique proposé à la fin de l’album est très éclairant sur l’exigence du dessinateur, sans doute parfaitement  adaptée à celle de son scénariste. Merci à Futuropolis, car c’est très éclairant sur sa façon de travailler, sur ses doutes (maître mot de l’album dites donc) et ses recherches. Puisse-t-il conserver cette qualité de travail des années encore.

Voilà, il faut maintenant patienter. Et vu la double conclusion de l’album, autant vous dire que la frustration est bien présente. Le scénariste nous propose un cliffangher très efficace qui devrait fort bien nourrir l’impatience de tous les lecteurs. On commence à découvrir l’intimité de Sherlock Holmes, et on n’a pas du tout envie que cela s’arrête.

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

Hop BD

Un amour de BD

MEP_Holmes_T3_p1-29.inddtopbd_201318/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s