Le chien qui louche (Samedi One-shot)

le chien qui louche

Titre: Le chien qui louche

Auteur: Etienne Davodeau

Editeur: Futuropolis

Date de publication: Octobre 2013

Un nouveau Davodeau, chouette! Après le très grand Les Ignorants, autant dire que l’auteur était attendu au tournant. Pas facile de passer derrière une œuvre aussi forte. Il a donc décidé de sortir du reportage pour revenir à un récit romancé. Une bonne manière de ne pas se répéter, et de ne pas souffrir directement de la comparaison à l’album précédent.

Ca fait quinze ans que Fabien est agent de surveillance au musée du Louvre. Chaque jour, il s’installe dans une nouvelle salle pour veiller à ce que les nombreux visiteurs n’abîment pas les œuvres, et pour les orienter dans ce dédale de salles. Fabien est en couple avec Mathilde, intérimaire toujours en galère de boulot. Celle-ci l’emmène dans sa famille, dans le Maine et Loire, pour une première rencontre. Le parisien qui travaille au Louvre, forcément, ça va évoquer quelques clichés, pour cette famille de petite bourgeoisie provinciale. Une bonne occasion pour eux d’en savoir plus sur le tableau de l’aïeul artiste, qui dort au grenier depuis des décennies. Pressé par sa belle-famille, Fabien va se retrouver à faire une promesse un peu inconsidérée: Exposer l’œuvre du dit aïeul dans le prestigieux musée.

Après ma première lecture de cet album, j’ai décidé de volontairement me tenir à l’écart des nombreuses critiques qui seraient écrites sur cet album. Je souhaitais rester le plus « pur » possible dans mes ressentis. La deuxième lecture étant faite, je prends le temps d’écrire pour vous dire que… Je passe totalement à côté de cet album. Les critiques sont très positives, mais moi, je ne le comprends pas.

Entendons-nous bien. Graphiquement, Etienne Davodeau n’a plus rien à prouver. Son dessin est parfaitement maîtrisé, sa mise en couleur en nuances de gris tout à fait pertinente, le découpage de l’histoire est bien mené. De ce point de vue là, il n’y a rien à redire. La qualité est là, l’artiste est constant.

Mais sur l’histoire, j’ai du mal à capter l’intérêt. Déjà, la famille Benion m’est assez insupportable. Pleine de morgue et sentiment d’infériorité, ils sont agressifs, prétentieux, pétris de clichés et de certitudes. Je ne vois rien qui puisse les racheter. De bout en bout, l’auteur les décrit comme juste insupportables, dans leurs relations de famille, dans leurs relations aux autres. Ils sont envahissants, égocentriques. Et je ne parviens pas à trouver en quoi Etienne Davodeau aurait pu nous les rendre agréables. Du coup, pour moi, il y a saturation. Et leur demande, qui est tout de même le ressort majeur de l’intrigue, m’apparaît comme insupportable. J’ai du mal, ensuite, à m’impliquer dans la République du Louvre, un concept original, rassemblement de doux barrés qui démontre l’influence et le rayonnement du Musée sur ceux qui le fréquentent. J’imagine que c’est là le propos de l’auteur, écrire sur la passion qui devient un peu folle, qui se moque des convenances. Avec en parallèle les deux groupes, République du Louvre et famille Bénion, rencontre improbable mais féconde et folle.

Et au milieu de tout ça, le personnage principal, Fabien, un peu halluciné par ce qu’il vit (Le lecteur, au final?) et le musée lui-même, personnage attirant et toujours mystérieux par cette façon qu’il a d’inspirer les âmes.

Voilà, j’ai vraiment du mal donc, avec le propos de ce livre. Du mal à voir où veut en venir l’auteur, du mal à m’amuser de cette situation incongrue, mais basée sur des sentiments négatifs qui ne me conviennent vraiment pas. Je vais maintenant aller lire les critiques élogieuses, histoire de comprendre ce que j’ai pu rater. J’ai préféré vous réserver ce ressenti là, celui du lecteur qui découvre le livre, plutôt que de vous écrire un condensé de ce que j’aurai lu ailleurs.

le chien qui louche_ planchetopbd_201315/20

13 réflexions sur “Le chien qui louche (Samedi One-shot)

  1. Je suis un peu étonné que tu finisses avec un 15/20 vu ce que tu en dis !

    Par contre, tu as conscience que cet album est une commande pour la collection de BD du Louvre ?

  2. Le 15/20 vient notamment mettre en lumière le talent graphique de Davodeau. Comme toujours j’essaye de noter le plus objectivement possible. Et il n’y a pas de fautes sur cet album, pas de malfaçons. Juste des partis pris qui ne me conviennent pas.
    et pour la commande, je le sais, oui, même si je n’en ai pas parlé, en effet.

  3. Je viens de lire ta chronique en diagonale, car j’ai acheté cet album le lendemain de sa sortie, mais comme beaucoup d’autres, il est en attente sur mes étagères, et je ne veux pas trop être influencée avant sa lecture… !

  4. bon…. la biblio va l’acheter, je me suis placée, j’attends…
    et j’ai hâte, malgré ton avis semble t’il pas excellent (lu en diagonale en attendant)

  5. J’ai pris du retard, Les ignorants m’attend depuis quelques mois sur ma table de nuit… Ton billet me rappelle à l’ordre ! Pour ce nouveau titre, il attendra un peu du coup même si ton billet m’intrigue.

  6. J’ai pris cet album avec beaucoup de légèreté et je me suis laisser porter par les personnages et l’histoire. Au final j’ai refermé l’album en me disant que j’avais passé un très agréable moment de lecture, ni plus ni moins…

  7. C’est une vision assez désacralisée d’une institution sacrée, à travers une intrigue assez originale et des dialogues plutôt humoristiques. La fille Benion pense, un peu comme l’auteur de ce blog, que sa famille est plutôt lourdingue, mais on pourrait aussi bien dire que c’est Mathilde Benion qui est quelqu’un d’un peu fadasse et coincée du cul.

  8. Pingback: "Le chien qui louche", Etienne DAVODEAU | Sur mes brizées

  9. Pingback: Le Chien qui louche | Le Bibliocosme

  10. Pingback: Le chien qui louche | Les lectures de Caro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s