Grandville tome 2- Grandville mon amour (Vendredi Chronique)

grandville-tome 2

Série :  Grandville

Tome : 2

Titre : Grandville mon amour

Auteur : Bryan Talbot

Co-Coloristes: Alwyn Talbot, Jesse Kindzierski, Jordan Smith

Editeur VO : The Random House Group

Editeur VF: Milady

Date de publication VF: Mai 2011

Je n’aurai pas traîné. Sitôt arrivé dans le top bd des blogueurs du mois de Septembre 2013, je décidais qu’il me fallait lire cette série. Grandville, ça fait un moment que je tourne autour. Elle m’avait été recommandée par mon libraire, à Grenoble, je l’avais vu passer dans plusieurs bibliothèques, ce qui prouve que d’autres libraires avaient du mettre en avant cette série. Mais en feuilletant le premier tome, je n’étais jamais convaincu. Mais puisque ce titre a reçu trois bonnes notes, je sors de mon petit confort, et je me mets à la lecture.  On verra bien ce que ça donnera au final.

Imaginez un monde où Napoléon aurait vaincu l’Angleterre. Où les français auraient décapité les souverains britanniques. Deux cents années fort différentes. Et puis il y a vingt ans, l’indépendance, obtenue de haute volée, par une lutte acharnée faite de désobéissance civile et d’attentats anarchistes. Un monde, peuplé de blaireaux, de rats, de bouledogues et autres animaux anthropomorphes. Et dans ce monde, il y a un ennemi public numéro 1, l’Enragé. Sauvage dingue de sang plus qu’anarchiste aux grands principes, il parvient à s’échapper le jour de son exécution. L’inspecteur Lebrock de Scotland Yard, qui l’avait capturé, reprend du service pour retrouver le fuyard. Mais il semble que sa hiérarchie n’ait guère apprécié certains de ses manquements récents et ne soit pas si désireuse de le voir revenir dans le jeu.

Je suis partagé, sur cet album.

Il y a d’une part un scénario excellent, passionnant, plein de rebondissements. On sent l’influence évidente de Conan Doyle, mais avec un style très personnel, un brin plus branquignole que l’estimé et très logique Sherlock Holmes. L’inspecteur Lebrock ne maîtrise pas grand-chose des conséquences de ses actes, agit à l’instinct et au bagou. Mais cela crée un rythme indéniable, une ambiance très fin 19e siècle, que je retrouve pour ma part avec plaisir. Le cadre de l’uchronie proposée permet de développer de nouveaux enjeux pour la Grande-Bretagne, qui donnent du poids aux choix faits par le personnage principal.  En dehors de l’enragé et de son petit côté Jack l’Eventreur, les méchants sont tous en diverses nuances de gris, et cela peut s’apprécier. Le récit n’est pas manichéen, en dehors peut-être d’une  fin un peu expéditive. Donc, de ce point de vue là, tout va bien.

Et puis il y a le dessin. Milady nous propose une case décomposée étape par étape, et on ne peut pas nier que Bryan Talbot en ait dans le crayon. Ses crayonnés sont déjà très forts, son encrage le soutien bien. Mais, et c’est là que le bât blesse pour moi, je trouve la mise en couleur relativement hideuse. Cette colorisation informatique donne des effets assez écœurants, je trouve. Trop de cases sont traitées de cette façon, avec le personnage au centre et aucun décor derrière si ce n’est des effets de couleur et de lumière. Vraiment, cela me gêne profondément et m’empêche de profiter pleinement de cet ouvrage. Pour moi, ça ne fonctionne pas du tout et crée un malaise assez rédhibitoire. C’est vraiment très dommage.

Dommage, parce que l’histoire et le dessin sont bons. Mais je ne réussis pas à m’enthousiasmer à fond pour ce récit. Mon à priori de départ, en feuilletant l’album, se sera confirmé à la lecture. Je n’aime pas cette mise en couleur. Elle m’agresse.  Et du coup, il faudra un gros effort de ma part pour aller lire le tome 1 qui a pourtant toutes les chances d’être aussi bon.

C’est quand même fort dommage.

grandville-tome 2_ planchetopbd_201315.5/20

2 réflexions sur “Grandville tome 2- Grandville mon amour (Vendredi Chronique)

  1. J’ai eu un peu de mal avec les dessins aussi mais c’est vite passé et j’ai beaucoup aimé cette BD !
    Tu as vu, à la fin, le processus de dessin est expliqué et c’est vrai que j’aurais quand même préféré qu’ils s’arrête avant sans tous ces effets… Mais c’est son style, il a fait ce qu’il aime.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s