Amorostasia (La BD du Mercredi)

Amorostasia

Titre: Amorostasia

Auteur: Cyril Bonin

Editeur: Futuropolis

Date de publication: Août 2013

 

Cet album, je l’ai raté à sa sortie. Je ne saurai dire pourquoi, mais je ne l’ai pas pris. Pourtant, les chroniques qui ont été publiées sur la blogosphère depuis ont entamé de me convaincre que je m’étais peut-être trompé. Et en fait, cet album a tout pour me plaire, vu que j’avais plutôt apprécié le style graphique de Cyril Bonin sur d’autres œuvres. C’est Quai des Bulles qui m’a donné l’opportunité de l’acheter, pour avoir une dédicace de certains auteurs. Et l’opportunité de dire à priori à Cyril Bonin que je pensais dire du bien de son boulot.

Une étrange épidémie sévit sur Paris. Il semblerait que des personnes tombant amoureuses, ou manifestant des actes d’amour, se pétrifient littéralement sur place. Et si l’on parle d’épidémie, c’est parce qu’avec les jours, le nombre de personnes touchées croît de plus en plus. Olga est journaliste. Elle mène l’enquête pour le journal où elle travaille sur cette maladie dénommée Amorostasie. Mais il devient difficile d’exercer ce métier dans une ville où la peur et la suspicion dominent. Olga va le découvrir à ses dépends.

Il est intelligent, ce Cyril Bonin. Sous couvert de ce conte pour adulte, de cette fable, il nous bombarde de fines réflexions à propos de nombreux sujets. Il ne donne pas l’impression, mais il propose une histoire qui s’apprécie dès la première lecture, mais qui livre ses secrets à qui prendra la peine de lire l’album plusieurs fois. Une fois fini de lire, j’ai bien senti qu’il faudrait que j’y revienne, si je ne voulais rien laisser derrière moi. Pas sûr que j’arrive à cela, mais je vais essayer d’être le plus exhaustif possible.

D’abord, l’auteur s’amuse avec l’amour, le coup de foudre. C’est d’ailleurs sur ce sujet qu’il conclue l’album, je ne vous dévoile pas comment ce serait dommage. Mais c’est indéniablement son propos premier. Qu’est-ce que l’amour? La tendresse, est-ce de l’amour? Et ce coup de foudre, dont nous aimons vanter les mérites, produit-il autre chose qu’un amour irraisonné et destructeur? Comme il le fait dire à Olga, avec l’Amorostasie, impossible de tricher. Si l’on est pas véritablement amoureux, la pétrification n’advient pas. Alors que faire, qu’en déduire, Bonin nous laisse à nos questions. Ne comptez pas sur lui pour apporter des réponses. Mais ce n’est pas irrespectueux, c’est juste qu’il veut que l’on réfléchisse à tout cela.

Et au delà de cette interrogation sur l’amour, Cyril Bonin va plus loin et vient réinterroger notre rapport à la femme. Sommes-nous si éloignés, nous français attachés aux droits de l’Homme, du sexisme et de la discrimination. Vous pouvez le voir sur la couverture, certaines personnes doivent arborer un brassard. Nous ne sommes pas loin de l’étoile jaune. Les boucs émissaires, dans notre société patriarcale, redeviennent facilement des femmes. Du moins, Cyril Bonin en fait-il le pari, malheureusement. Et nous ramène à des heures sombres, celles où face à la peur, nous réagissons avec la simplicité de la bêtise.

Pour ce qui est du dessin, je continue d’apprécier le trait fin et délicat de l’auteur. J’ai pu regarder des originaux à Quai des Bulles, c’était fort agréable. Il propose un noir/blanc/gris assez intéressant, qui mérite qu’on prenne le temps d’y être attentif. Il fait des choix de lumières, de mise en valeur, qui à mon sens viennent soutenir le récit. On devine l’intention de l’auteur. Reste à prendre le temps de comprendre cette communication non-verbale, mais pourtant bien présente.

J’ai sans doute laissé des choses de côté, n’hésitez pas à me faire des compléments en commentaires, ils seront les bienvenus, je crois qu’il y a à échanger, autour de cet album. J’ai en tous cas apprécié la façon dont il a été conclu. J’aime aussi ce qui se dit sur l’Amorostasie, lorsque ceux qui la vivent laissent enfin percevoir le vécu de cette expérience. Et si cette maladie n’était pas si négative que cela? Et si l’Amorostasie était le processus inverse du baiser de prince charmant? Je vous l’avais dit, on est dans un conte…

LA BLOGOSPHERE EN PARLE

Un amour de BD

Calokilit

Bulles Picardes

 

Amorostasia_ extrait

Logo BD Mango orangetopbd_201318.5/20

24 réflexions sur “Amorostasia (La BD du Mercredi)

  1. J’ai beaucoup aimé ces questionnements sur l’amour. Un livre qui fait réfléchir sous couvert d’une belle histoire. Les parents de l’héroïne m’ont particulièrement touché …

  2. Que ce soit à Grenoble ou à Rennes, Bonin est un auteur que j’ai toujours retrouvé en rayonnage. Peut-être auras-tu cette chance.

  3. J’en suis ravi, tu verras, c’est un album un peu déroutant, mais juste ce qu’il faut pour donner envie de creuser un peu plus la réflexion.

  4. Tu vas voir, c’est un très bon moment.
    Mercredi, je remets en avant une nouveauté Futuro excellente aussi, ce sera Kililana song tome 2

  5. Suite à ton billet, je l’ai acheté ! Je n’achète pas beaucoup de BD normalement, environ 5-6 par année. C’est dire à quel point tu m’as convaincue 🙂 Le résumé me plait aussi.

  6. Pingback: Cyril Bonin – Amorostasia | Sin City

  7. Pingback: Amorostasia – Cyril Bonin | Au milieu des livres

  8. Pingback: Amorostasia – Cyril Bonin | Twenty Three Peonies

  9. Pingback: Amorostasia | Les lectures de Caro

  10. Pingback: Amorostasia – Cyril Bonin | Les tribulations de Marion

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s