Abélard tome 2- Une brève histoire de poussière et de cendre (La BD du Mercredi)

CV_Abelard_02_FR.indd

Série : Abélard

Tome : 2

Titre : Une brève histoire de poussière et de cendre

Scénariste : Régis Hautière

Dessinateur : Renaud Dillies

Coloriste : Christophe Bouchard

Editeur : Dargaud

Date de publication : 2011

Abélard, un titre qui me laisse songeur… Une série qui ravi les lecteurs et les blogueurs et qui m’a plutôt laissé de marbre via le premier tome. Mais vous le savez si vous me suivez depuis longtemps, je ne crains pas de me tromper, de ne pas avoir le bon avis, et je laisse une seconde chance à certaines séries pour lesquelles je me trouve manifestement en dehors de l’état d’esprit général. Ce qui explique ma chronique du jour…

Abélard est donc en route pour l’Amérique, où il le sait, il trouvera une machine qui le fera voler pour lui permettre de cueillir des étoiles dans le ciel afin de les offrir à sa jolie Epilie. Sur son chemin, il a fait la connaissance de Gaston, un ours bourru et cynique qui semble bien avoir connu Epilie lui aussi, avec un regard très différent sur la demoiselle. Mais lui aussi veut partir en Amérique, alors ils font chemin commun malgré leurs différences de point de vue sur la vie. Ou plutôt, à cause de ces différences ?

Assurément, il y a du fond, dans cet album. Chaque dialogue mériterait presque de devenir une citation, il y a un très gros et très beau travail du scénariste. A mon sens, la série aurait mérité d’être publiée au format roman graphique, il n’aurait rien perdu, voir même il aurait gagné en pertinence, la première partie se voyant soutenir par la seconde, plus fournie et plus forte. J’ai lu qu’une intégrale sortait en Septembre, si vous n’avez pas encore lu Abélard, choisissez ce format là, je vous le recommande.

Bon, venons-en au contenu de ce second volet. Comme je vous le disais, le travail sur l’écriture est vraiment impressionnant. Cela ne passe pas que par le chapeau et ses aphorismes quotidiens,   mais aussi par les dialogues entre le doux rêveur d’Abélard, et le bourru désabusé de Gaston. Rah, j’enrage, parce qu’en fait, j’aimerai vous parler de la fin, de tout ce qu’elle dit, des évolutions qu’elle montre chez les personnages… Mais ce serait tellement vil de vous priver de la découvrir, que je n’ose pas vous en parler. Ce serait vous priver d’une grande source de plaisir et d’émotion. Alors disons juste que j’ai beaucoup aimé, que c’est très fin, et que sa conclusion me convient parfaitement, à moi le doux rêveur comme Abélard. J’aime ce petit air de fable qu’à cet album, avec ces personnages animaux qui pourtant disent tellement de choses sur les humains que nous sommes…

Pour ce qui est du dessin, par contre, je reste un peu moins client. Il y a un travail sur les ombres, à base de hachures ou de stries, qui ne me parle pas vraiment, que je trouve trop grossier, trop envahissant. Accompagné d’un dessin très simple, je reste un peu sur ma faim, pour tout dire.

Bon, j’apprécie plus ce deuxième tome que le premier, mais c’est surtout parce qu’à mon sens, le scénario a réellement éclot à ce moment là. Je le redis, Dargaud aurait du publier cette œuvre directement en un seul bloc. Elle perd au format plus classique. Et à priori, c’est bien dommage qu’on puisse prendre le risque de passer à côté.

La blogosphère en parle: le p’tit bazar de Rion, Le grenier de Choco, The Comics Book, Blog Brother.….

Abélard tome 2_ planche

Logo BD Mango orangetopbd_201318/20

15 réflexions sur “Abélard tome 2- Une brève histoire de poussière et de cendre (La BD du Mercredi)

  1. Je dois justement le mettre sur mon (nouveau) blog cette semaine… C’est vrai que le scénario bouge vraiment dans ce second volume, on voit où l’auteur veut en venir. Les hachures ne m’ont pas dérangé, au contraire j’ai trouvé ça original et que ça participait à l’ambiance de l’album !

  2. L’intégrale sort début septembre. L’occasion pour ceux qui ne connaissent pas cette magnifique histoire de la découvrir d’un seul bloc. Un incontournable pour moi !

  3. Mon gros coup de coeur, tu le sais…! Mais comme toi je ne conçois pas de lire les 2 tomes séparément. Personnellement, je m’étais offert le coffret, très beau. Je suis à deux doigts de recraquer pour l’intégrale tellement c’est beau en fait…

  4. On est tout à fait d’accord !!!
    Ce deuxième tome est l’essence même de cette histoire et c’est dommage d’avoir fait 2 tomes distincts mais bon …
    Comme toi, je ne suis pas fan du tout des hachures qui assombrissent tellement le dessin. je n’arrêtais pas d’imaginer le dessins sans ses ombres et dans ma tête c’était tellement mieux …
    J’en parle dans quelques semaines sur mon blog .

    Bonne journée !

  5. Me voilà rassuré !

    Selon moi, les deux tomes sont pleinement justifiés dans le sens où les atmosphères des deux opus sont très différentes.

  6. La lecture de ce second tome t’a-t-elle donné envie de découvrir davantage l’univers de Renaud DIllies ? En effet, sa bibliographie possède beaucoup d’ouvrages à la poésie voisine de celle qui habite « Abélard ». Au plaisir de te relire…

  7. Plus envie, pas spécialement, mais ça ne m’avait pas donné non plus envie de boycotter son oeuvre. J’attends en bibliothèque la guerre des lulus, par exemple.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s