Un léger bruit dans le moteur (La BD du Mercredi)

Un léger bruit dans le moteur

Titre : Un léger bruit dans le moteur

Scénariste : Gaet’s

Dessinateur : Jonathan Munoz

Editeur : Physalis

Date de publication : Août 2012

D’après l’œuvre de Jean-Luc Luciani

J’ai vu passer cet album au cours des bd du mercredi de Mango. Certains blogueurs l’ont proposé, et je dois avouer que la noirceur et la cruauté dont ils parlaient, m’interpelaient. L’ouvrage semblait marquer les esprits. Alors quand je l’ai découvert un peu par hasard en bibliothèque, j’ai foncé l’emprunter. Et autant dire que la lecture ne m’a pas laissé indifférent.

Cette histoire prend corps dans un petit village perdu, un endroit où personne ne passe jamais, et ne s’arrête encore moins. Un patelin sans intérêt, avec des gens sans intérêt à l’intérieur. Et un enfant. Un enfant qui tue les gens. Vraiment. D’abord son frère, puis les autres. Plongez dans sa tête. Bienvenue dans la tête d’un enfant meurtrier.

Vous ne connaissiez pas cet album ? Vous étiez passé à côté ? Quelque chose me dit que mon résumé vous aura fait froid dans le dos, non ? Dites-vous qu’à la lecture, c’est pire. Je ne sais pas ce que donne le roman originel, mais cet album est à la limite du supportable. Pas tant par la faute de l’enfant tueur, non, c’est le reste, qui est encore plus à vomir. Le village. A tel point que l’on en vient presque à se dire que ce n’est pas une mauvaise chose qu’ils se fassent tuer. Racistes, profiteurs, méchants, voir pédophiles, il n’y a rien à sauver là dedans. A part peut-être une âme, une victime. Mais pour les autres, l’envie de pitié disparaît peu à peu. Le scénario fonctionne en chapitre, avec un effet de vague. Chaque vague étant plus lourde que la précédente. Il y a des coups de buttoir difficile à supporter. L’arrivée d’un nouvel enfant dans la maison du personnage principal, par exemple. Je n’en dis trop rien pour ne pas vous gâcher les surprises, ces effets comptent, à mon avis, dans la rédaction du scénario. Mais à ce moment précis, je me suis dit que décidément, l’immonde n’avait pas de limites, dans ce village. Ce qui est difficile, aussi, c’est que le scénariste nous plonge en connexion directe avec l’enfant tueur. On suit ses pensées d’un bout à l’autre. On ne perd donc rien de son cheminement intellectuel. Ce qui est pire, finalement…

Ce scénario difficile est en tous cas bien mis en image par Jonathan Munoz, qui propose un dessin tout en rondeur, qui accentue le décalage entre le fond et la forme, accentuant l’effet de malaise du scénario ; un dessin qui se focalise sur les personnages le plus souvent, ce qui éclaire bien l’intérêt de l’histoire, la psychologie de ce village de dégénérés. Association plus que pertinente, donc.

Ais-je aimé ma lecture, au final ? Difficile à dire. Je reste scotché par la noirceur du propos, qui reste immoral jusqu’à la dernière page, même si l’auteur aurait pu faire pire. D’une certaine façon, il y a une retenue, mais qui reste incroyablement dégoûtante. Indéniablement, c’est un album à lire, qui est bien fait, dont les effets fonctionnent bien. Il me manquera peut-être une ou deux bouffées d’oxygène pour me sentir mieux… Ou alors une fin encore plus trash histoire de boire le calice jusqu’à la lie. Je ne sais pas trancher entre les deux.

Logo BD Mango orange

topbd_2013

17.5/20

15 réflexions sur “Un léger bruit dans le moteur (La BD du Mercredi)

  1. Tout comme toi, j’ai beaucoup entendu parlé de cet album. Mais je n’ai toujours pas pris le temps de m’y plonger. Au plaisir de te relire…

  2. j’adore le dessin… Je viens à peine de remarquer que tu avais déménagé… Cet abandon généralisé d’Overblog m’inquiète… ! est-ce difficile de déménager et d’importer les anciens articles?

  3. C’est très facile. Si tu ne passes pas en v2 d’over-blog. Si tu changes, tous les scripts de transfert qui avaient été développés jusque là ne fonctionnent plus. Donc obligation de transférer les articles à la main. Il m’en reste juste 1900 et quelques, pour ce qui me concerne…. Oui, c’est rageant.
    Mais la v2 m’a beaucoup déçu, dans l’hébergement des images, notamment.

  4. Du très lourd donc qui me fait un peu peur, je dois dire. J’ai comme l’impression que je n’aimerais pas! C’est vrai aussi que j’ai appris à me méfier des impressions de ce genre qui m’ont souvent bien trompée!

  5. Acide et surtout gratuit.
    J’ai aimé mais j’ai ce même sentiment mitigé que toi… y’a trop de violence dans ce propos et rien ne la motive suffisamment pour qu’on y adhère totalement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s