Paracuellos Intégrale (Samedi one-shot)

Paracuellos

Titre : Paracuellos Intégrale

Auteur : Carlos Gimenez

Editeur VF : Fluide Glacial

Date de publication VF : Janvier 2009

Paracuellos… Un titre rentré récemment dans le top bd des blogueurs. En version intégrale, cela représente un beau pavé de près de 300 pages. J’ai décidé de suivre l’avis de mes camarades blogueurs et d’en faire la lecture. Comme pour Gaza 1956, j’ai trouvé un sujet très fort, mais que je n’ai pu poursuivre jusqu’au bout.

Para Cuellos, c’était le nom d’une des institutions pour mineurs qu’a fréquenté l’auteur Carlos Gimenez à la fin des années 40. L’aide à l’enfance, dans l’Espagne du Général Franco, était totalement orienté par l’idéologie du leader. Fermeté, discipline, violence et cruauté. Et religion catholique. Plus que tout. Paracuellos, c’est l’historie de Carlos et de ses compagnons d’infortune. L’histoire de gamins que l’on embrassait plus, que l’on frappait sans cesse et auxquels on faisait subir les pires humiliations. Comme le dit Gotlib en préface, vous allez voir, vous allez bien vous fendre la gueule.

Cette série a été publiée dans Fluide ? Non, parce qu’en fait, ce n’est pas drôle, pas drôle du tout… C’est une réalité froide et cruelle, que met en scène Carlos Gimenez d’après ses souvenirs. Il illustre parfaitement la folie furieuse du franquisme, son dogmatisme infernal, qui a fait tant de mal à l’Espagne et aux espagnols. Et pour moi qui suis éducateur, voir ces foyers, qui sont mon lieu de travail désormais, ça frise l’insupportable. L’abus des adultes sur les enfants, un esprit qu’ils diffusent auprès de ceux qui sont prêts à tout pour avoir des conditions de vie moins pire. Au lieu de promouvoir les grandes valeurs de l’âme, ces institutions franquistes mettaient en valeur la médiocrité et la méchanceté. Pardonnez-moi de ne pas réussir à écrire une chronique plus constructive, plus en analyse, je ne parviens pas à me détacher de cet album. Cela touche trop à mes propres valeurs. Et ne fait que renforcer mon désir professionnel de ne jamais aller dans ce sens, et mon désir politique que de tels systèmes de reviennent pas.

Le seul reproche que je ferai à cet album, c’est que la parution au format intégral ne lui rend pas vraiment justice. Au vu de la dureté du propos, de la noirceur du trait adopté par l’auteur pour se mettre au diapason de son histoire, les albums séparés étaient plus digestes. Ils constituaient autant de pauses, de parenthèses, bienvenues dans ces plongées en pleine cruauté humaine. J’ai eu du mal à finir, alors que le propos m’intéressait vraiment.

Fort, intelligent, émouvant, dur, cet album mérite d’être lu, d’être mis en avant. Par contre, préparez-vous et accrochez-vous bien. Il ne faut pas avoir l’âme trop sensible pour aborder sereinement cet ouvrage.

Paracuellos_ planche

topbd_2013

17/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s