Astérix tome 10- Astérix Légionnaire (Lundi classique)

Asterix-tome-10

Série : Une aventure d’Astérix le Gaulois

Tome : 10

Titre : Astérix Légionnaire

Scénariste : René Goscinny

Dessinateur : Albert Uderzo

Editeur : Editions Albert-René

Date de publication : Juillet 1967

 

Quel plaisir que de retrouver ces vieux albums d’Astérix, scénarisés par René Goscinny… Personnellement, je ne m’en lasse pas, et chaque relecture est un moment plaisir jamais démenti. Pour cette fois, je vous propose d’aller manger du caillou dans la légion.

 

Il y a une nouvelle arrivante, au village gaulois, ou du moins, un retour. Falbala, qui était partie jeune fille étudier à Condate et qui s’en revient belle jeune femme. Obélix tombe immédiatement amoureux et essaye, malgré sa timidité, de lui faire la cour. Mais Falbala apprend que son fiancé, Tragicomix, a été enrôlé de force dans l’armée romaine pour soutenir la campagne militaire de César en Afrique. Malgré sa déception, Obélix propose d’aller sauver le fiancé, et pour cela les deux amis vont devoir s’engager dans la légion romaine.

 

Parfait, cet album recèle tout ce qu’on aime dans la série. Les gimmicks sont vraiment très nombreux, et toujours très drôles, que ce soit les pleurs qui provoquent systématiquement la question « il est amoureux ? », ou les phylactères remplis de faux hiéroglyphes parfaitement compréhensibles pour simuler l’égyptien. Et puis il y a le casting des seconds rôles… L’arrivée de la sublime Falbala, qui vient offrir un côté amoureux que n’offrait pas le personnage de la femme d’Agecanonix, en est le point d’orgue. Mais tout le groupe de la légion est immensément drôle. Le belge avec son accent et son patois bruxellois, le traducteur insolent ou les centurions déprimés. On se régale, purement et simplement. Le seul qui s’en sort moins bien, c’est Tragicomix, largement plombé par l’amitié que l’on vaut à Obélix, et un faible temps de présence, puisque c’est sa libération l’enjeu de l’histoire. Grand plaisir, là encore, que de retrouver Jules César, que Goscinny aime vraiment beaucoup en lui accordant le très beau rôle. Que vous dire de plus ? Cet album est un classique, c’est tout.

Et le scénariste est très bien appuyé par son compère dessinateur, qui soigne tout particulièrement ses décors, limitant à l’extrême son emploi des cases centrées sur un visage et peint uniformément derrière. Et cela me convient parfaitement.

 

Si Astérix Légionnaire fait partie des albums que vous avez raté, comblez donc immédiatement ce retard. Il fait sans doute partie des meilleurs de la série. Lisez-le, comme les pirates vous en serez… médusé.

Asterix-tome-10_-planchetopbd_201316/20

 

6 réflexions sur “Astérix tome 10- Astérix Légionnaire (Lundi classique)

  1. NoTTo 31/07/2013 11:42

    Bien sûr que je suis aussi totalement d’accord avec ton article. J’aime tout particulièrement ton intro : « Quel plaisir que de retrouver ces vieux albums d’Astérix, scénarisés par René Goscinny… Personnellement, je ne m’en lasse pas, et chaque relecture est un moment plaisir jamais démenti.  »

    Je suis en train de lire LES COLLINES NOIRES. Un lucky luke que je n’avais jamais lu. Et dès les 1ères planches j’ai été emporté par l’univers de Goscinny en me disant qu’il avait décidément un diable de talent cet homme là !

  2. Yaneck Chareyre 31/07/2013 11:44

    Uderzo a quand même fait quelques albums d’Astérix plaisant, en solo. Mais son scénariste était une merveille du genre, rarement égalé…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s