Le printemps des arabes (Mardi chronique)

Le-printemps-des-arabes

Titre : Le printemps des arabes

Scénariste : Jean-Pierre Filiu

Dessinateur : Cyril Pomes

Editeur : Futuropolis

Date de publication : Juin 2013

 

J’aime quand la bande dessinée sort de ses ornières de loisir pour ado ou pour geek, afin de nous proposer des regards sur de grandes questions du monde. Une bd consacrée aux révolutions arabes, je ne pouvais donc pas rater ça. Je n’avais pas trop idée de la forme que ça allait prendre, mais je ne pouvais que me féliciter d’une telle sortie.

 

Décembre 2010. En Tunisie, un jeune vendeur ambulant s’immole par le feu pour dénoncer l’arbitraire du pouvoir tunisien dirigé par Ben Ali. Ce suicide va marquer violemment le pays et lancer une vague de protestation qui va secouer tout les pays du sud du bassin méditerranéen. Maroc, Algérie, Lybie, Egypte, Palestine, Syrie, Arabie Saoudite, le printemps arabe va faire souffler un vent de liberté sur tous ces pays privés de démocratie. Avec des résultats très différents suivant les pays. Une histoire récente que Jean-Pierre Filiu rassemble pour nous dans cet album.

 

Voici donc une œuvre très utile, parce qu’elle permet de poser un regard global sur  une série d’évènements qui se sont étalés sur plusieurs années, parfois en même temps, ce qui n’a pas permis de prendre pleinement conscience de l’ampleur des révoltes. Songez que même l’Arabie Saoudite ou le Yemen ont été touchés par ce vent de liberté. Evidemment, comme il est encore tôt, que peu de temps a passé, les auteurs se retrouvent dans le temps court de l’actualité, et ce livre est forcément incomplet en ce qui concerne la Syrie par exemple. Mais ce pays mériterait sans doute un bouquin à lui tout seul. C’est le seul vrai bémol que l’on puisse faire sur cet ouvrage, mais les auteurs n’y sont pas pour grand chose. Il a bien fallu clôturer le récit. La construction en chapitres indépendants est assez utile, elle permet d’avoir à chaque fois un regard synthétique sur une situation, dans un pays.  Ainsi que l’indique un peu le titre, chaque chapitre essaye de suivre un, arabe, dans leur influence dans ces révolutions. Des personnages bien réels, des combattants, des hommes normaux. Des gens épris de liberté. Des personnes souvent broyées par les évènements.

Le dessin de Cyrille Pomes s’avère tout à fait adapté au thème du livre. Il possède un trait fin et nerveux, aime à se focaliser soit sur le mouvement, soit sur les personnages, suivant les situations. Il s’adapte fort bien aux exigences de réalisme du scénariste tout en gardant une identité personnelle forte.

 

Œuvre utile et très instructive, vous l’aurez donc compris. Peut-être encore un peu à chaud, on ne perd jamais à laisser reposer l’Histoire pour mieux l’appréhender.  Mais ce travail de synthétisation a vraiment de l’intérêt pour lutter contre l’effet « une image chasse l’autre, une actu chasse l’autre », propre à nos médias modernes. Tout l’intérêt du livre, en somme.Le-printemps-des-arabes_-planchetopbd_201317/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s