Rolqwir tome 1- Baguettes de pain et baguettes de bois (Vendredi chronique)

Rolqwir-tome-1

Série : Rolqwir

Tome : 1

Titre : Baguettes de pain et baguettes de bois

Scénaristes : Philippe Cardona, Florence Torta

Dessinateur : Philippe Cardona

Coloriste : Florence Torta

Editeur : Soleil

Date de publication : Mai 2013

 

Je dois le confesser, j’aime bien le duo Cardona/ Torta. J’aime le rapport qu’ils ont au manga, cette envie d’en livrer leur propre vision, d’adapter les codes pour proposer quelque chose de plus hexagonal. J’avais beaucoup aimé Sentaï School, qui n’était pas allé très loin mais qui avait de la personnalité. Alors j’ai décidé de tenter leur nouvelle production. De l’humour, de la parodie, ça me convenait.

Nous sommes en 17XX. Le bon Roi Louis XXIII trône sur une France rayonnante, phare brillant sur toutes les civilisations. A son service, les brillants chevaliers français, porteur de la culture et de l’intelligence française à travers le monde. Tel le grand Rolqwir… Ah non, lui, c’est pas un cadeau. Voir même, c’est un boulet. Il s’est débrouillé pour se faire amener par bateau au Yamato, un pays qu’il va, c’est certain, civiliser à lui tout seul. Il va prendre une grande claque quand il va découvrir que le pays n’a franchement pas besoin de lui pour faire mieux que la France.

J’ai vraiment apprécié le présupposé de base développé par les deux auteurs. Ce français donneur de leçons qui s’en va en prendre de grande en visitant un Japon réinventé, cela augure de fort bonnes choses. J’ai tout de même envie de dire que les auteurs se sont encore un peu retenus. Il y a de chouettes moments bien drôles, beaucoup de références, mais je pense qu’il y avait encore place à plus de délires, encore plus de références. Ont-ils voulu conserver un peu de place à l’intrigue, ont-ils eu peur d’écœurer le lecteur par un excès de parodies, je ne sais. Mais le résultat, c’est que j’ai l’impression que l’album vise d’un certain côté un public jeune amateur des séries d’aventure manga du genre des Légendaires, et dans le même temps le public que je représente, 30/40 nourrit au Club Dorothé et à la japanim. Un grand écart que je crains fatal pour la série. Pas évident qu’un public se fédère vraiment avec des cibles aussi disparates. Et c’est dommage car le dépaysement est réussi, l’humour bien présent. Il faudrait que le tome 2 enfonce encore plus le coup des clichés pour qu’il puisse réussir à créer une dynamique.

Côté graphismes, moi j’aime beaucoup ce que fait Cardona, un style très sympa qui emprunte aux codes du manga, les personnages super-deformed, la mise en scènes des émotions, sans sacrifier à la richesse du détail que demande le franco-belge. Pour moi, cet artiste a parfaitement réussi à mélanger les deux styles. Si c’était son ambition, il y est pleinement parvenu.

Lecture sympathique, donc, mais qui me laisse un peu sur ma faim. Je crains vraiment que le public ne se retrouve pas vraiment sur cet album, et je me demande bien à qui les libraires vont bien pouvoir le conseiller. Ce qui lui donne un sacré handicap dans la production bd actuelle.

Rolqwir-tome-1_-planchetopbd_201314/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s