American Vampire tome 1- Sang neuf (La BD du Mercredi)

American-Vampire-tome-1

Série : American Vampire

Tome : 1

Titre : Sang neuf

Scénaristes : Scott Snyder, Stephen King

Dessinateur : Rafael Albuquerque

Coloriste : Dave McCaig

Editeur VO : DC Comics

Label VO : Vertigo

Editeur VF : Urban Comics

Date de publication VF : Juin 2013

American Vampire fait partie de ces séries Vertigo que j’avais raté du temps de Panini, et que je découvre grâce à la politique de réédition d’Urban. Comme quoi, ça n’a pas que du mal de rééditer des titres récents. Mais bien entendu, vous pouvez compter sur l’éditeur français pour ne pas se contenter d’une traduction des planches originales. Il y a plus, comme d’habitude.

Juillet 1925, Californie. Deux jeunes femmes, Pearl et Hattie, deux copines, tentent de percer à Hollywood. Pour l’instant, elles contentent de rôles de figuration, mais elles ne désespèrent pas de se faire remarquer tôt ou tard par une vedette ou par un grand producteur, afin de passer sur le devant de la scène. Plus tôt que tard, notez bien. Mais il ne fait pas bon trop fréquenter certaines sphères où l’argent coule à flot. La moralité n’est plus la même, la norme est différente des gens du commun. Les deux jeunes femmes vont se retrouver prises dans un affrontement vieux d’un siècle entre une vieille génération établie et une jeune génération désireuse de tout renverser à son profit. Ce qui n’a rien de bien extraordinaire si l’on excepte que l’on parle là de vampires…

Autant le dire, je suis complètement subjugué par cette série. American Vampire m’a choppé, m’a secoué dans tous les sens et laissé sur le derrière. Bluffé. Scott Snyder et Stephen King sont d’une efficacité effroyable pour nous attirer dans leurs filets. Leur but, de renouveler un peu le genre vampirique, et en tous cas de le sortir de la mièvrerie Twilight, est parfaitement atteint. Ils théorisent l’évolution du vampire, et tissent un parallèle entre cette Amérique triomphante emplie de fougue et de folie, et ces deux générations de vampires aux objectifs radicalement différents et antagonistes. D’une certaine façon, les deux auteurs mettent en scène la fin du Vieux Continent face à la jeune et puissante Amérique. Parti pris certes quelque peu orienté, mais pas dénué de réalité historique. J’ai maintenant hâte de voir comment ils vont utiliser l’Histoire pour poursuivre ce parallèle. A ce stade, ils développent deux époques. L’entre deux guerres, avec l’avènement du cinéma hollywoodien, et la fin du 19e siècle, période où l’institutionnalisation prend la nouvelle Amérique. Pearl l’actrice, Jim le détective de Pinkerton, deux modèles de leur époque, deux façons de vivre des évènements semblables. Les passages d’une époque à l’autre se font finement, on sent qu’ils sont parfaitement réfléchis et intégrés au récit global. On perçoit la qualité globale du travail scénaristique. Et puis les personnages sont fantastiques. Ceux que j’ai cité, mais on pourrait parler aussi et surtout de Skinner Sweet, LE vampire américain, fantastiquement dérangeant et attirant à la fois. Un parfait vampire, brutal, inhumain et pourtant doté d’un magnétisme fou.  Que dire de plus ? Que les péripéties sont variées et inattendues ? Que les jalons que l’on voit posés pour la suite sont tout aussi excitants ? Et si l’on parlait du dessin ?

Car là aussi, pour moi, c’est une très belle découverte. Rafael Albuquerque livre des planches magnifiques d’intensité et de dynamisme, superbement mises en couleurs par Dave McCaig. Le duo parvient même à adopter deux styles différents, un pour chaque période narrée. C’est un travail semblable, mais qui contient suffisamment de détails, sur l’encrage, sur les effets de couleurs, pour que l’on ne se trompe jamais et que l’on sache immédiatement en quelle année on se trouve. J’avoue une certaine préférence globale pour la période 19e siècle, mais à ce niveau là de qualité, de concertation entre des artistes, c’est savoir si l’on est dans le très bon ou dans l’excellent.

Je termine en vous disant que cette nouvelle édition propose des bonus vraiment sympa, sketchs, couvertures, que vous saurez tous apprécier à leur juste valeur.

Vous l’aurez compris, American Vampire est mon nouveau coup de cœur comics. Une série au potentiel énorme dont je veux déjà dévorer les tomes suivants. Deux de plus sont réédités en ce mois de Juin. Et il y a la série dérivée, American Vampire Legacy. De quoi faire totalement confiance à Scott Snyder et à prendre un grand, un immense plaisir de lecture.

American-Vampire-tome-1_-planche

Logo BD Mango orangetopbd_201318/20

12 réflexions sur “American Vampire tome 1- Sang neuf (La BD du Mercredi)

  1. soukee 12/06/2013 10:18

    J’avais adoré aussi… Et je pense que ça n’a pas laissé mes lycéens insensibles : c’est une des rares BD qui a été volée sitôt achetée. Passons…

  2. Syl. 12/06/2013 13:56

    Je croyais à voir la tête du vampire sur la couverture, que c’était gothique. En fait c’est un comics… moins tentée sur le coup.

  3. Yaneck Chareyre 12/06/2013 15:20

    Ce serait une erreur, à mon sens, que de s’en tenir à l’étiquette » comics ». Oui, ce sont des épisodes de 22 pages rassemblés, mais le propos est vraiment intéressant. Il n’y a rien de
    super-héroïque là dedans. C’est du fantastique à la sauce début du XXe siècle. Avec un peu d’action, certes, mais le regard sur cette amérique là est vraiment pertinent.

  4. jerome 12/06/2013 17:33

    Je l’avais ratée chez Panini mais à la lecture de ton billet je me dis que cette série devrait me plaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s