Alim le tanneur tome 2- Le vent de l’exil (Mardi chronique)

Alim-le-tanneur-tome-2

Série: Alim le tanneur

Tome: 2

Titre: Le vent de l’exil

Scénariste: Wilfrid Lupano

Dessinatrice: Virginie Augustin

Coloristes: Virginie Augustin, Geneviève Penloup

Editeur: Delcourt

Date de publication: Février 2006

 

Alim le tanneur, une série que j’ai découvert récemment à mesure que son scénariste progressait en notoriété sur la blogosphère. J’avais vraiment apprécié la tonalité particulière du premier tome, je n’ai donc pas voulu trop tarder pour lire le suivant. Mais je dois avouer que j’ai repoussé à plusieurs reprises la rédaction de cette chronique, ce qui est rarement bon signe, chez moi.

 

Alim, sa fille et son père ont donc fui Brahmalem, le royaume où ils vivaient, après avoir découvert des artefacts susceptibles de contredire tout le fondement religieux de leur civilisation. Quittant la douceur côtière, ils se sont enfoncés dans les froides montagnes. Et pendant ce temps, la nef Iasoubine envoie son meilleur général à la quête de ces blasphémateurs. Pourtant, Khelob, le Victimaire, est pressé par certains partis d’utiliser cette situation contre la nef Iasoubine.

 

Est-ce la profonde tristesse de ce deuxième chapitre, qui me retient, alors que j’aurai aimé continuer sur la voie d’espoir esquissée dans le premier tome? Me sentirais-je trahi par le scénariste? C’est possible, mais d’une certaine façon, ce n’est pas une mauvaise chose. Cela prouve qu’il a su me faire m’attacher à ses héros en quarante-six pages, cela prouve aussi qu’il sait prendre son lecteur à contrepied, ne pas lui donner exactement ce qu’il attend. Il entretient le suspens, ce n’est pas forcément un mal… Mais de nouveaux personnages secondaires arrivent, avec de nouvelles croyances qui remettent encore un peu plus en cause la prétendue infaillibilité du culte de Jesameth. Et comme c’est par le glaive et le sang que se fit la conversion, autant dire que nous ne sommes vraiment pas dans un chapitre très gai. Et il me manque un peu de nouvelles marques d’espoir. Mon côté un peu naïf, sans doute. J’espère que cela viendra au prochain tome. Alim prend le chemin aérien de l’exil, comme l’annonce le titre, qui sait quelle révélation il trouvera sur son chemin. Ou alors, peut-être aucune. Peut-être Lupano nous parle-t-il de nous, de nos cultes. Peut-être propose-t-il une vision matérialiste qui manque de merveilleux. Mais la vérité est toujours plus difficile à vivre que le merveilleux.

De son côté, Virginie Augustin continue de faire un excellent travail. La finesse de son trait, la diversité de ses visages, son sens du détail… Il n’y a rien à jeter dans son dessin.

 

Bon, la suite, maintenant. Il est frustrant de se faire balader par un scénariste, et d’en redemander. Que cache vraiment son intrigue, j’ai hâte de savoir. Hâte de voir comment la religion sera utilisée par la suite, et au profit de qui…

 

Alim-le-tanneur-tome-2_-planchetopbd_201317/20

Publicités

Une réflexion sur “Alim le tanneur tome 2- Le vent de l’exil (Mardi chronique)

  1. Dgege 04/06/2013 10:04

    J’avais beaucoup aimé cette série où la religion en prend pour son grade !

    C’était pour moi la révélation que Lupano était un scénariste qui allait rejoindre les grands avec ses dernière créations dont je recommande vivement l’Homme qui n’aimait pas …

    Quant à Virginie, on sent l’école de l’animation … dommage que l’encrage soit moins soigné dans les derniers tomes !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s