La zone tome 4- Traversée (Mardi chronique)

La-zone-tome-4

Série: La Zone
Tome: 4
Titre: Traversée
Auteur: Eric Stalner
Coloriste: Bruno Pradelle
Editeur: Glénat
Date de publication: Juin 2012

 

Alors que je me prépare à écrire cette chronique, je sais que je ne le fais pas pour des raisons positives. C’est marqué par une certaine déception que je vais rédiger ces lignes, mais comme la zone est une série que j’avais apprécié jusque là, et une série courte, il me semblait juste de vous la proposer dans son intégralité, ce chapitre-ci compris.

Lawrence et son groupe d’allié ont donc découvert la base principale des Winch au cœur de la Londres dévastée. Une base entièrement détruite, sans plus aucun survivant. Un sentiment de dépit étreint tous les combattants. Point de vengeance pour eux, quelque chose s’est passé qu’ils ne savent pas, et cela les inquiète. Mais puisque l’oppresseur n’est plus, autant rentrer chez soit. Lawrence emmène une partie du groupe vers Edimbourgh, afin de revenir dans la cité refuge. Mais le chemin sera compliqué, et certains réponses peu appréciables.

Je vous parlais en introduction de déception, je pourrai la résumer par la formule « tout ça pour ça ». Ce quatrième tome n’apporte pas grand chose, il dilue la conclusion, elle-même insatisfaisante. Ainsi donc, on découvre l’existence d’une autre corporation que la Winch, mais juste pour nous dire que les entreprises en guerre ont fini par ravager l’Europe entière alors que jusque là, seule la Grande Bretagne était concernée. Et c’est tout. Eric Stalner ouvre un nouveau fil narratif, un nouveau champ des possibles, pour ne pas l’utiliser et refermer la porte immédiatement. Quant à la chute d’Édimbourg, c’est bien simple, on n’a AUCUNE explication. Cet album est incompréhensible… La série est annoncée en quatre tomes depuis un moment, ce n’est donc pas le besoin urgent de clôturer faute de ventes, ou je ne sais quoi, qui a du préoccuper l’auteur. On a une histoire qui n’est tout simplement pas terminée, mal fagotée. Et donc, une conclusion décevante pour une série qui jusque là était vraiment sympathique.
Alors certes, Stalner garde au moins une certaine qualité de dessin, cela sauve un peu l’album. Encore qu’on sente là aussi une pointe de précipitation, assez inexplicable, c’est un sentiment général.

A la place de ceux qui ont acheté La Zone, je serai vraiment en colère d’avoir été trompé à ce point par Eric Stalner et par l’éditeur qui l’a suivi chez Glénat sans intervenir sur ce dernier album. Pour moi qui n’ai fait que les lire en bibliothèque, reste seulement la déception sur les possibles de cette série, qui n’adviendront donc pas.

La-zone-tome-4_-planchetopbd_201311/20

3 réflexions sur “La zone tome 4- Traversée (Mardi chronique)

  1. Mike 21/05/2013 06:22

    Là ça titille beaucoup ma curioisité. Une BD qui se termine sur un « rien »… intéressant!

    Bonne jounée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s