Wolverine Saudade (Semaine bd américaine)

Wolverine-Saudade

Titre: Wolverine Saudade
Scénariste: Jean-David Morvan
Dessinateur: Philippe Buchet
Coloriste: Walter Pezzalli
Editeur: Panini Comics
Collection: Marvel Transatlantique
Date de publication: 2006

Le duo de Sillage qui prend les commandes, pendant une aventure, du plus griffu et du plus célèbre des mutants, difficile de passer à côté de ça. J’ai eu l’opportunité de lire cet album qui commence un peu à dater, je ne l’ai pas refusée.
Quand le franco-belge s’approprie le comic book, c’est partit.

Wolverine, membre des X-Men, a choisit de passer un moment au Brésil. Des vacances que le professeur X voudrait voir mettre à profit: il a repéré un mutant puissant et à priori pas franchement positif dans le pays et il aimerait que Logan s’en charge. Mais le canadien a d’autres choses à gérer. Il se fait voler sa moto par un gang de jeunes garçons, immédiatement poursuivis par un groupe d’adultes bien armés. Le côté disproportionné de la réponse incite Logan à se mettre en piste des gamins lui aussi.

Pas mal. Rien d’exceptionnel, mais pas mal du tout. Le point fort de cet album, c’est que Jean-David Morvan a bien compris le personnage de Wolverine, ce qui permet de lui écrire une histoire hors contexte (même s’il apparaît aux uniformes qu’elle se passe durant le run de Morrison) mais pertinente et en accord avec la personnalité du héros. Le scénariste le confronte à d’autres mutants, mais surtout à la violence même de la société brésilienne. On l’oublie souvent, mais les gangs, là-bas, font partie des pires du monde et l’anti-gang brésilien n’a rien à leur envier. Ce qui donne un fond intéressant et nourrit bien le scénario. Seul bémol, l’utilisation d’une sorte de sirène, sans explication, qui tient plus du ressort scénaristique (comment sauver la mise à Logan après avoir manqué de le tuer) que du réel fil d’intrigue. Mais en dehors de cela, on passe un bon moment.
Philippe Buchet livre une prestation tout à fait satisfaisante. Il n’ose juste pas assez lâcher les chevaux dans les scènes d’action. Il y a une case extrêmement dynamique, tout à fait à la hauteur des comic-books, mais le reste de ces scènes s’avère plutôt conventionnel. C’est dommage, car le dessinateur propose une vision personnelle intéressante, dans cette mise en scène de la débauche de coups. Comme s’il n’avait pas osé s’affranchir complètement des codes du franco-belge classique.

Un bon duo d’auteurs, un peu personnage, ça ne pouvait pas déboucher sur quelque chose de mauvais. La seule chose regrettable, c’est que l’initiative ne se soit pas reproduite. Il y a la matière ici en France pour produire de telles histoires. Il faudrait que Panini réessaye, relance un projet comme celui-ci. C’est bon pour la bande dessinée et le comic book, de tels projets. Ca fait connaître le second, bien trop terré dans une niche, aujourd’hui encore.

Wolverine-Saudade_-planchetopbd_201316/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s