Interview Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat: Chaos Team tome 1

Toulhoat--Brugeas-2013

J’avais interviewé Ronan Toulhoat et Vincent Brugeas, les créateurs de Block 109 et de ses albums dérivés, il y a deux ans déjà. Alors qu’ils partent ensemble sur une nouvelle série, Chaos Team, sortie en Janvier toujours chez leur éditeur, Akiléos, j’avais envie de faire le point avec eux sur leur nouvelle direction commune.

De passage au festival Rue des livres à Rennes, dimanche 17 mars, nous avons eu l’occasion de longuement discuter.

Vincent, Ronan, il y a deux ans, nous avions conversé ensemble lors de la sortie d’Opération Soleil de Plomb, un des albums de l’univers Block 109, aujourd’hui, nous nous sommes rencontrés pour la sortie d’une série qui n’a rien à voir avec ce monde, Chaos Team. Vous aviez envie de travailler ensemble différemment ?

En réalité, si l’univers a changé, la méthode de travail, elle n’a pas bougé. En fait, si. Elle a constamment évolué, mais à chaque album et indépendamment du récit et de son univers. Nous travaillons ensemble depuis bientôt dix ans, notre façon de faire à évoluer en même temps que nos capacités. Le découpage notamment est devenu de plus en plus un travail en commun avec un vrai ping-pong entre nous deux.

Par contre, Chaos Team nous permet de revenir à un format comics, qui est vraiment notre format de prédilection, maintenant, nous le savons.

Enfin, après 5 albums, l’univers de Block 109 avait fini par nous enfermer. Nous avions envie de changer d’air et surtout de tester des choses différentes comme la prépublication numérique, et pour cela, il fallait recommencer à zéro.

Block 109 continue, un album à venir, SHARK, qui se passera dans le pacifique avec un nouveau dessinateur. Comment l’avez-vous choisi ?

V.B : En travaillant sur Chaos Team, après Ritter Germania, j’ai eu la petite récréation nécessaire. Quand Richard m’a proposé de reprendre Block 109 avec un nouveau dessinateur, les batteries étaient rechargées, j’avais de nouvelles idées, donc j’ai dit oui.

Akileos nous a proposé des dessinateurs et Ryan Lovelock fut celui qui nous a le plus tapé dans l’œil, à Ronan et moi-même.

Ronan, quelle est ton implication, désormais, dans Block 109 ? Laisses-tu les manettes à Vincent, ou gardes-tu ton mot à dire ?

R.T. :  J’ai la charge de « Directeur Artistique », un mot ronflant pour dire que je supervise le travail graphique de Ryan et de Giusy (la coloriste). Je m’occupe également du story-board, le meilleur moyen de traduire le découpage de Vincent (et de garder notre « patte » narrative à tous les deux), de la couverture et des 4 premières pages du livre, la chronologie habituelle. Ainsi nous gardons une charte globale constante. Au niveau du découpage, Vincent s’en charge, je ne fais que traduire son écrit en dessin en y apportant cependant toujours des changements que je pense pertinent, puis nous en discutons.

Venons-en donc à Chaos Team. Double challenge, car non seulement vous renoncez à un univers pour lequel les lecteurs vous connaissent et vous apprécient, mais en plus vous prépubliez l’album en épisodes, gratuitement sur internet. La gratuité du net, ce n’est pas censé être la mort de la création artistique ?

Tout d’abord, nous ne publions pas entièrement l’album, seulement 60% de celui-ci. Nos lecteurs sont bien obligés, à un moment d’acheter notre album, donc ce n’est pas entièrement gratuit. Par contre, pour les indécis, c’est un moyen de se faire son avis avant d’acheter. Nous avons donc confiance en notre travail. Cela évite le « feuilletage » en librairie, qui généralement apporte un jugement trop rapide sur un livre. Et puis surtout cela fait parler du livre 3 mois avant sa sortie, et aujourd’hui cela est crucial dans ce marché ultra concurrentiel.

Enfin, nous ne croyons pas au payant généralisé sur internet. Le public actuel de bande-dessiné ne renonce pas facilement au papier. D’ailleurs, nombre de lecteur rencontrés en dédicace nous ont avoué avoir parcouru rapidement nos épisodes en ligne, mais sans les lire, préférant attendre le livre.

Nous visons un public différent, plus jeune, moins lecteurs de BD traditionnelles. Et ce public n’est pas prêt à payer sur le net. Bien sûr, nombre d’entre eux attendront la sortie du livre pour lire les deux derniers épisodes, assis au milieu d’un rayon, ou en fichiers piratés. Mais auraient-ils acheté le livre de toute façon ? Non.  Ils ne l’auraient même pas lu. Avec ce système, nous n’avons pas perdu 10 ventes, mais gagné 10 lecteurs. Et sur ces 10, peut-être que seulement deux d’entre eux l’achèteront, mais combien en parleront autour d’eux ? Via le bouche à oreille ? Sur les réseaux ?

Une phrase comme « piratez un livre, c’est tuer un auteur » est d’une bêtise incommensurable, montrant surtout que les pratiques sur le net ne sont pas correctement étudiés ni comprises.

Chaos-Team-bandeau-annonce

Comment Akiléos a-t-il accueilli un tel projet éditorial ? L’éditeur a-t-il été facile à convaincre de prendre un tel pari ?

Akileos nous a suivis à 100%. Notre projet avait été longuement réfléchi, pensé. Nous sommes arrivés avec les idées claires. C’était suffisant pour les convaincre. Sans problème.

Akileos est peut-être une « petite » maison d’édition, mais elle ne manque pas d’idées ni d’audace. Richard et Emmanuel sont toujours prêt à soutenir les auteurs, du moment qu’ils présentent quelque chose de construit et de solide.

De même, nous savions qu’ils seraient les seuls à accepter un tel pari.

Enfin, nous n’avons pas vendu cette idée seulement à l’éditeur, nous sommes aussi allés l’exposer aux commerciaux, qui l’ont extrêmement bien accueilli et qui ont bien compris que ce projet n’était pas une initiative contre, mais bien POUR les libraires.

Vous aviez une base de lecteurs, de fans, acquise grâce à Block 109, vous ont-ils suivi, pensez-vous avoir touché un nouveau public avec cette série ?

 

Nous espérons que les lecteurs de Block 109 suivront, bien entendu. Après tout, les deux univers ont beaucoup de choses en commun. Cependant, Chaos Team se démarque, avec, à la longue, un message peut-être moins pessimiste et surtout un panel de personnages plus facile à suivre et mieux travaillés (expérience oblige). D’ailleurs, avec les quelques séances de dédicaces effectués, nous rencontrons de nombreux lecteurs qui nous découvrent via Chaos Team

De même, en sortant de la seconde guerre mondiale, nous élargissons potentiellement notre public. Il est cependant encore trop tôt pour en parler, les résultats des ventes n’étant pas encore définitif. De plus, la sortie de Chaos Team a relancé les ventes de certains titres de Block 109 !!!

Une seule chose est sûre, les libraires nous ont suivis massivement et avec passion. Et ça, ça fait drôlement plaisir !!!

Vincent, tu as choisi de publier dans le recueil une page d’explication contextuelle du scénario. Pourquoi un tel choix ? D’autres lecteurs que moi ont donc prit le premier épisode de travers (et j’en suis désolé, pour ce qui me concerne) ?

V.B : La page d’explication est née d’une volonté plus large, celle de communiquer avec nos lecteurs. Les réseaux sociaux et internet ont leurs limites, et écrire ce genre de texte est le meilleur moyen de s’adresser à son lectorat. C’est ce que je fais en racontant notamment l’origine de Chaos Team.

Pour en revenir au premier épisode, il n’a pas été pris de travers, cependant, il a été considéré comme représentant l’ensemble de l’œuvre, ce qui est loin d’être le cas. J’ai préféré aplanir la situation.

En espérant que la page d’explication sera plus drôle et moins « explicative » dans le prochain tome !!!

Erik Price a-t-il d’autres John Clem à son service? Dit autrement, envisagez-vous de développer des intrigues parallèles dans cet univers, à la manière de Block 109?

Non. Ce qui fait le sel de Chaos Team, c’est justement la Chaos Team elle-même. L’idée est de suivre son évolution et celle de ses membres. Il y aura des pertes, de nouvelles têtes, de nouvelles alliances et surtout, il y aura toujours un tas de salopards à affronter !!

Vous l’avez dit, Chaos Team met l’accent sur les personnages, sur leur personnalité, leur design. Si vous ne deviez en garder qu’un seul chacun, lequel serait-ce ? Le même pour vous deux ?John-Clem

 

V.B : Je ne peux pas répondre à cette question. J’ai peur de dévoiler des choses aux lecteurs. Et puis, l’un de mes personnages préférés (par son rôle, son design et son caractère) n’apparaît pas dans le tome 1 !!!

R.T. : Si moi je pourrais répondre car c’est celui dont j’ai le plus de plaisir à dessiner, c’est John Clem!! 🙂

Ronan, il y a trois ans, tu te faisais connaître grâce à Block 109. Depuis lors, tu as publié cinq albums supplémentaires, tu fais des couvertures pour les éditions Soleil, Akiléos, Critic, et en plus on voit ton dessin progresser d’album en album. Es-tu certain d’être humain ? (oui, ceci est la question fanboy)

R.T. : J’ai vérifié, mais oui, je suis bien issu d’un spermatozoide et d’un ovule, d’autant plus que j’ai réussi à me reproduire dernièrement….

Plus sérieusement, je suis quelqu’un de pragmatique, avec un seul objectif : évoluer. JE me fixe continuellement des objectifs assez élevés en me disant que je vais réussi à les atteindre facilement, et je n’arrête jamais de dessiner, de tester des techniques, de m’adapter sur les nouveaux outils (numériques notamment, pour info CHAOS TEAM est entièrement réalisé avec photoshop et sur une tablette WACOM cintiq 24HD). Je regarde et pratique se qui se fait dans d’autres branches du métier (concept et rough pour le cinéma et le jeu vidéo, perspectives pour les architectes, graphisme, etc…) et l’évolution de mon trait est le combiné des techniques et influences venant de tout part. Comme tout auteur, pour ne parler que  de la BD, je suis en profession libérale, avec les inconvénients et les avantages qui vont avec. Et depuis le début j’ai pris parti d’assumer à fond ce statut et de raisonner comme un mini chef d’entreprise. Cela sous-entend stratégie de développement, évolution et adaptation, conquête de nouveaux marchés, évolution positive du chiffre d’affaire d’année en année. Et cela passe par une évolution de mon savoir-faire de base, le dessin, afin de pouvoir le vendre encore mieux! 🙂 Tu l’auras compris, je ne mets pas tous mes œufs dans le même panier depuis le début, et je ne le ferais jamais.

Vincent, la sf en ce moment, a tendance à voir l’Humain perdre contre les aliens, ou à y laisser beaucoup de plumes, comme dans After Earth ou Oblivion, à venir au cinéma, et comme dans Chaos Team. Si la science-fiction permet de parler du présent sans en donner l’impression, l’ère du temps est-elle défaitiste? Fini l’époque où l’on détruisait les vaisseaux-mères envahisseurs à coup de chasseur F14, genre ID4?

V.B : En effet, je pense que l’ère du temps est défaitiste. Cependant, c’est aussi, peut-être, une façon de renouveler le genre. Des films comme Independance Day sont tous construit de la même façon, les extra-terrestres débarquent, détruisent tout. Un humain plus intelligent/chanceux/héroïque que les autres trouvent une manière de s’en débarrasser. L’humanité contre-attaque et remportent la victoire. Le schéma est exactement le même dans Battle for Los Angeles, même si la solution est moins radicale.

Si on veut sortir de ce schéma, il faut innover, mettre l’humanité en danger. Construire de nouveaux points de départ. C’est ce que j’essaye de faire. Les tomes suivants seront aussi l’occasion de montrer que tout n’est pas noir ou blanc. Ce qui est aussi dans l’ère du temps.

  Attaque-Etee

Trois ans après votre apparition dans le monde de la bd, vous publiez régulièrement chez votre éditeur, Akiléos et vos fans sont de plus en plus nombreux si l’on observe un peu les salons où vous dédicacez. Des éditeurs plus anciens, plus prestigieux, ont-ils commencé à vous aborder ? Il n’est plus rare, aujourd’hui, que des auteurs travaillent pour plusieurs structures en même temps…

V.B : Nous ne connaissons pas d’éditeurs plus prestigieux qu’Akileos !!!!

Plus sérieusement, oui, nous avons été abordés, à plusieurs reprises, mais nous ne sommes pas pressés et, dans ce milieu, il faut vraiment être patient ! Certains projets sont actuellement en cours de signatures, donc nous préférons ne rien dire pour le moment.

Lors de la précédente interview, vous aviez évoqué votre envie de réaliser ensemble un western napoléonien, Morsures. Qu’en est-il de ce projet, verra-t-il le jour.

V.B : Si ce projet voit le jour, ce ne sera pas avec Ronan. Nous avons des idées régulièrement, qui prennent parfois le pas sur d’autres. Nous avions travaillé ce projet un peu avant Chaos Team, et plus nous avancions dessus, plus on se rendait compte qu’il manquait quelque chose à ce projet, sans arriver à mettre le doigt dessus. De plus, c’était censé être un one-shot, et notre envie de série au long cours commençait déjà à sérieusement nous démanger. Donc, nous l’avons laissé de côté. Et désormais, nous avons un planning des plus chargés.

R.T. : Et puis ce qui m’intéressait surtout dans ce  projet c’était le côté western, et pour le coup si certains autres projets se concrétisent chez d’autres éditeurs, je risque d’être servi. Je laisse donc ma place avec plaisir 🙂

Un grand merci à vous deux.

PS: Toutes les illustrations sont la propriété de Vincent Brugeas, Ronan Toulhoat

2 réflexions sur “Interview Vincent Brugeas et Ronan Toulhoat: Chaos Team tome 1

  1. Merci beaucoup. Les prochaines seront différentes, puisque réalisées en total live. Celle-ci l’était en semi, live ^^ Tiens, d’ailleurs, hier soir j’étais d’interview. Une histoire de voyage, dans des contrées hostiles, tout ça… ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s