L’épervier tome 1- Le trépassé de Kermellec (Semaine Bretagne)

L-epervier-tome-1

Série: L’épervier
Tome: 1
Titre: Le trépassé de Kermellec
Auteur: Pellerin
Editeur: Dupuis
Date de publication: Mai 1994

C’est grâce à Mango que j’ai eu l’idée de mettre cette série dans ma semaine à thème Bretagne. Elle avait proposé un Mercredi le tome 8 de cette série, que je devais bien connaître de nom, mais que je ne trouvais pas en bibliothèque à Grenoble. Arrivé en Ille et Vilaine, je me suis mis en quête de ce premier volet, que je n’ai eu aucun mal à trouver.

Le chevalier Yann de Kermeur, alias l’Epervier, a été convié par le Comte de Kermellec dans son domaine non loin de Brest, en pleine nuit. Mais le domaine n’est point endormi. Un homme masqué, avec des hommes de mains, entreprend de fouiller la crypte familiale. Le comte les surprend, et le mystérieux individu le fait taire d’une balle dans le ventre, avant de partir avec en sa possession une étrange statuette. Mais c’est de Kermeur qui est trouvé près du cadavre par les gens du Comte et c’est donc lui qui est désigné coupable. Heureusement, la petite fille du défunt intervient avant qu’il ne soit pendu. Yann sera remis à la justice du Roi. Mais le chevalier n’est pas n’importe qui. Il mène un bateau armé par le Roi lui-même, ce qui ne semble pas intercéder en sa faveur. Alors il prend la fuite et une chasse à l’homme commence autour de Brest.

C’est étonnant comme cet album me rappelle grandement le premier tome des survivants de l’Atlantique (que je ne vous proposerai finalement pas). Celui-ci est plus vieux d’une année, mais on retrouve ce jeune homme accusé à tort, en fuite, ces jugements attifes qui condamnent sans savoir… Mais dans le cas présent, l’auteur semble avoir choisi de nous présenter un personnage déjà arrivé à maturité. Autant le Yann de Mitton était un jeune homme vierge de toute aventure, autant celui de Pellerin est déjà bien doté en amis de tous poils, venus du nouveau monde. Il y a même un indien. L’auteur a décidé de nous distiller des informations, de nous montrer les réseaux d’influence de l’Epervier, sans jamais nous en expliquer la provenance. C’est un concept plaisant aussi car il laisse à penser au lecteur que de nombreuses révélations vont avoir lieu. Pellerin crée l’envie d’en savoir plus, tout en s’assurant d’avoir de nombreuses histoires à nous raconter. Comment Yann s’est-il retrouvé aux galères, pourquoi a-t-il été gracié puis armé par le Roi de France, comment s’est-il constitué cet équipage hétéroclite, etc, etc… L’intrigue s’est surtout concentrée sur le héros, dans ce premier tome. Les personnages secondaires sont juste effleurés, mais ils promettent de fort bonnes choses, tel ce Main d’Acier, membre de l’équipage de l’Epervier, impitoyable à ce qu’il semble.
Côté dessin, on est dans un trait tout en finesse, qui convient bien aux bd d’époque médiévales, début renaissance. L’épervier aurait pu être un titre Glénat qu’il n’aurait pas dépareillé aux côtés d’un Juillard, par exemple. On est dans cette école là, qui favorise la précision du trait, le détail qui n’écrase pas mais fait vivre le dessin.

L’épervier risque bien d’avoir ma préférence, vis à vis de son prédécesseur. Pellerin nous propose un personnage bien plus intrigant, avec bien plus de potentiel. Je vais donc essayer de suivre les deux séries de concert, pour voir comment elles divergent.

L-epervier-tome-1_-planchetopbd_201316/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s