Bienvenue à Jobourg! (Mardi chronique)

Bienvenue-a-Jobourg

Titre: Bienvenue à Jobourg!
Auteur: Pascal Rabaté
Editeur: Futuropolis
Date de publication: Janvier 2013

Deuxième ouvrage issu de mon nouveau partenariat avec Futuropolis, et deuxième album de Pascal Rabaté, cette fois seul à la barre, quand il avait laissait le crayon à Simon Hureau pour Crève Saucisse. Retrouvons donc l’auteur du Petit rien avec un ventre jaune, des petits ruisseaux ou de la Marie en plastique dans ce récit romancé mais tiré de l’expérience de l’auteur, parti en résidence artistique en Afrique du Sud. Attention, cet album est une réédition, il était déjà paru préalablement chez un autre éditeur.

Patrick vient en Afrique du Sud, à Johanesbourg, pour travailler dans l’imprimerie, six mois chez un ancien ami de son père. Il découvre une terre violente, dangereuse, mais aussi attirante, pleine de vie. Toute la diversité de Jobourg, en somme.

Pas mal du tout, cette découverte de l’Afrique du Sud et de sa célèbre grande ville. Il faut toutefois passer outre les choix graphiques de Pascal Rabaté. Alors qu’il réalise son album APRES les évènements qui l’ont marqué, il adopte pour l’occasion un style très jeté, très griffoné, qui déstabilise un peu au premier abord. Au départ seulement, car une seconde lecture fait passer outre les premiers à priori timides. Tout est en noir, blanc et gris. Un choix pertinent pour l’aspect reportage (paradoxal quand on produit une œuvre de fiction) qui nous plonge dans la froide réalité de la vie des sud-africains. Ceci dit, j’avoue que j’aurai aussi apprécié un peu de couleur, pour mieux nous faire ressentir les ambiances. Mais tel n’est pas le choix de l’auteur qui ne propose aucun autre filtre que sa mise en scène au lecteur.
Le regard proposé sur la vie d’ « expat » est assez intéressant. On pourrait comparer avec les albums de Guy Delisle. Mais là, Rabaté nous propose la vision d’un homme venu en célibataire. D’un homme qui va se laisser prendre par la ville et ses charmes. C’est une invitation, en fait, à passer outre les descriptions de guide touristique, que Rabaté inclue au début de son récit. Il semble nous dire que ne parler que de la violence de la société sud-africaine, c’est se couper de la réalité du pays. Qu’elle est certes présente, mais qu’elle n’empêche pas de goûter la vie à pleine dent, que l’on soit européen en voyage, ou noir natif du pays. Un certain refus des visions misérabilistes du pays, en somme.

Intéressante parenthèse que nous propose là Pascal Rabaté. Avant, j’imagine, de revenir à des productions plus habituelles, il nous propose de jeter nos idées préconçues et nous invite au voyage, à visiter les pays et leurs habitants, dans un style très journalistique, finalement parfaitement adapté. La juste association entre le propos et le dessin, l’essence de la bande dessinée, à mes yeux.

 Bienvenue-a-Jobourg_-planchetopbd_201316.75/20

Une réflexion sur “Bienvenue à Jobourg! (Mardi chronique)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s