La zone blanche (La BD du Mercredi)

La-zone-blanche

Titre: La zone blanche
Auteur: Jean-Claude Denis
Editeur: Futuropolis
Date de publication: Août 2012



 

 

Alors que le festival d’Angoulême ouvre ses portes demain (et que cette année encore je n’y serai pas snif… Tant pis, je serai à Saint Malo), il me semblait judicieux de vous proposer en ce mercredi la dernière œuvre du président du dit Festival, Jean-Claude Denis. C’est un auteur que je suis peu, qui a donc remporté le Grand Prix l’an dernier et cet album est décrit par Bodoï comme son plus aboutit. Le choix me semble donc pertinent.

Serge Guérin souffre d’un mal peu connu, il ressent les ondes, elles le gênent particulièrement. Nausées, céphalées, le moindre néon est un calvaire pour cet homme. Un soir, c’est le bonheur presque entier. Une coupure de courant plonge le quartier de Paris où il habite dans le noir. Plus aucune onde n’est émise. Sauf que le voilà enfermé hors de chez lui, le digicode ne fonctionnant pas. Impossible d’ouvrir la porte d’entrée de l’immeuble. Par dépit, il va se réfugier dans un hôtel, où il va faire une rencontre qui va lui changer la vie.

Je dois bien reconnaître que je ne comprends pas vraiment cet album. Si c’est le plus aboutit de l’auteur, j’avais moi eu un meilleur feeling sur quelques mois à l’Amélie, un autre de ses titres. J’hésite. Est-ce l’histoire d’un pauvre type, qui n’aura pas su éviter de tomber de Charybde en Scylla? Du pauvre pigeon habitué à être escroqué et qui jusqu’au bout aura pensé l’être? C’est selon moi le plus probable, mais je ne suis certain de rien. A ce titre, l’historie est intéressante, mais on se demande alors pourquoi insister autant sur la sensibilité de Serge aux ondes. Finalement, dans ce que je comprends de l’histoire, je trouve que ça n’apporte rien. Serge aurait pu rencontrer « Claire » sans cette souffrance, il aurait pu l’intéresser d’une autre façon. Et pourtant, Jean-Claude Denis s’étend longuement sur la question. Est-ce une volonté politique de dénoncer un mal qui fait peu parler de lui en dehors des questions d’antennes-relais en ville? Et puis je ne comprends pas la fin, le pourquoi de la mise en scène finale.  Il y a sans doute plusieurs strates dans ce récit, mais je ne trouve pas qu’elles se mêlent harmonieusement. Je vais me mettre en quête d’autres avis, afin d’essayer de comprendre. Qu’est-ce que je rate dans cette histoire supposément si bonne?
Pour ce qui est du dessin, par contre, je suis bien moins sévère. J’apprécie le style de Jean-Claude Denis, un style simple, sobre, mais néanmoins précis et expressif. J’apprécie aussi la sobriété de sa mise en couleur, qui apaise le récit, qui crée aussi une certaine intimité quand le besoin s’en fait sentir. Les ombres sont très bien utilisées.

Bon, lecture ratée, pour ce qui me concerne, je ne parviens pas à rejoindre et à comprendre le propos de l’auteur. Comme je le disais, je vais essayer de lire d’autres avis, de comprendre ce que j’ai pu ne pas percevoir de cette histoire. Lorsqu’un journal de référence comme Bodoï en dit le plus grand bien, et que je passe totalement à côté, je me dis qu’il y a quelque chose de moi qui ne va pas.

 La-zone-blanche_-plancheLogo BD Mango orangetopbd_201315/20

11 réflexions sur “La zone blanche (La BD du Mercredi)

  1. Yaneck Chareyre 30/01/2013 13:38

    J’en ai lu une présentation, ça m’a l’air sympa, je jetterai un oeil. Faut bien que je comprenne pourquoi cet auteur a eu le grand prix ^^

  2. Yaneck Chareyre 30/01/2013 13:37

    NOn, j’ai préféré être raccord avec l’actu cette semaine. Et puis mon déménagement récent me met un peu à la bourre en terme de chroniques, je suis en manque de petites perles pour le mercredi ^^

  3. Mango 31/01/2013 12:48

    C’est rare de te sentir aussi déconcerté et perplexe devant un récit que tu n’aurais pas compris! Ton billet ne m’en intrigue que davantage!

  4. Yaneck Chareyre 31/01/2013 16:55

    Alors tant mieux. Si je peux susciter l’interrogation et l’envie de découvrir, c’est bien aussi ^^

  5. Kikine 31/01/2013 23:41

    La couverture ne me plait pas, les planches en exemple ne me parlent pas, et si, en plus, l’histoire est imcompréhensible, je passe allègrement mon tour.

  6. PG Luneau 05/03/2013 17:26

    Comme toi, je trouve le dessin assez intéressant… mais pour ce qui est du propos, tu ne me donnes pas le goût!! Tu dis à Noukette que tu donnes 15 parce que tu juges que c’est toi qui n’a pas
    tout pigé… Ça ne t’est jamais passé par la tête qu’il n’y avait peut-être rien à piger? Que c’est dans la tête de l’auteur et de quelques critiques qui se veulent un peu trop songé que ça ne va
    pas?!?! ;^)

  7. Yaneck Chareyre 05/03/2013 17:31

    C’est tout à fait possible en effet. Mais quand on a affaire à un artiste un peu confirmé, j’ai tendance à d’abord penser que c’est moi le soucis. Mais c’est vrai, ça peut juste être raté…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s