Pour toi Sandra (Vendredi Chronique)

Pour-toi-sandra

Titre: Pour toi Sandra
Auteur: Derib
Editeur: Mouvement du Nid
Date de publication: 1996

 

Derib est un auteur pour lequel j’ai une petite affection particulière, car il montre qu’il est possible pour un dessinateur de se diversifier et de ne pas rester enfermé dans une catégorie. Qui ne connaît pas son Yakari? Ou Buddy Longway? Mais il n’est pas qu’un auteur jeunesse. Avec Jo, ou Pour toi Sandra, il fait évoluer son style de manière à s’adresser pleinement aux adultes. Et comme cet album est édité par le Mouvement du Nid, une association qui essaye de protéger les prostituées, et dont j’ai entendu parlé dans le cadre de ma formation d’éducateur, je n’ai pas hésité à lire cet album.

Sandra est prise en flagrant délit de vol par Doris, dans le grand magasin où travaille cette dernière comme commerciale. Pourtant, Doris ne la dénonce pas. Elle voit dans la jeune femme quelque chose qui lui rappelle de mauvais souvenirs. Alors elle lui laisse sa carte, au cas où, si besoin. Sandra ne voit pas trop pourquoi, mais elle la prend et rejoint Micha, l’homme qu’elle aime et qui l’a poussé à voler. Comme elle revient les mains vides, elle prend une claque. Mais un cadeau ne tardera pas à ramener Sandra à Micha. Mais le jour où il la laisse dans l’appartement d’un pote qui cherche à abuser d’elle, Sandra prend la tangente et se décide à appeler Doris. Dont l’histoire n’est peut-être pas si éloignée de la sienne.

Touchant, marquant, pédagogique, Derib livre là une œuvre utile. Alors certes, ça se finit bien, et l’idéologie du Mouvement du Nid triomphe à la fin, mais le propos mérite d’être mis en avant. Cette histoire montre combien il est facile pour une femme de tomber dans la prostitution. Combien l’amour, s’il est manipulé, est un formidable facilitateur pour en venir à de telles extrémités. Ce n’est pas tellement le besoin d’argent qui est mis en avant, dans ces deux histoires, ce qui est un angle intéressant et inhabituel. L’argent est l’intérêt du proxénète, pas de la prostituée qui n’est plus qu’une source de revenu. Autre aspect intéressant à faire connaître, la façon dont les femmes supportent de devoir vendre leur corps. La drogue n’est pas occulté de même que son risque majeur: l’overdose. Bref, la froide réalité du « plus vieux métier du monde » nous jaillit en pleine face, ce qui relativise un peu les débats autour de la légalisation ou non de cette activité illégale.
Au dessin, Derib adopte le style qui m’avait marqué sur Jo, un trait fin, réaliste, empli d’émotions. C’est un dessin qui nous emporte, tout en affectivité. Un dessin qui invite à partager un moment.

Œuvreutile et intéressante, donc, pour qui veut voir d’un peu plus près comment on tombe dans la prostitution dans notre pays. ce n’est pas exhaustif, mais pour une première sensibilisation, je pense que c’est pas mal du tout.

 Pour-toi-sandra_-planchetopbd_201316/20

8 réflexions sur “Pour toi Sandra (Vendredi Chronique)

  1. Manu 25/01/2013 09:26

    J’avais lu « Jo » il y a très longtemps et cette BD semble tout aussi utile pour ouvrir les yeux sur une réalité souvent méconnue.

  2. Yaneck Chareyre 25/01/2013 21:27

    C’est exactement ça. A chaque fois, c’est le propos de Derib. Un homme très ouvert, mine de rien.

  3. Mike 25/01/2013 09:31

    J’apprécie beaucoup le boulot, à mettre entre toutes les mains d’ados, dans tous les CDI de France et de Navarre (et de Hongrie).

  4. Yaneck Chareyre 25/01/2013 21:27

    Il en a quelques uns d’albums dans le genre, Derib. Et en effet, Joe, je l’avais découvert dans mon CDI.

  5. PG Luneau 05/03/2013 17:01

    J’adore le dessin de Derib, surtout sur Buddy Longway, qui est peut-être la première BD «pour adulte» que j’ai appréciée (grâce au Journal de Tintin). J’ai aussi bien aimé Jo, et je comprends que
    la problématique de cet album-ci est tout aussi importante.

    Toutefois, je m’interroge sur un point : nonobstant la pertinence du propos, est-ce que l’album vieillit bien? Dans le cas de Jo, déjà, je trouvais que le graphisme, les couleurs et la
    représentation du monde contemporain faisait, limite, un peu trop vieillot… et je l’ai lu il y a cinq ou six ans!

  6. Yaneck Chareyre 05/03/2013 17:10

    Je vois ce que tu veux dire…

    Alors, de mon point de vue, non, pas tellement. Maintenant, si je suis objectif… sans doute un peu. Comme Tito, peut-être, c’est daté comme style.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s