Thorgal tome 20- La marque des bannis (Lundi classique)

Thorgal-tome-20

Série: Thorgal
Tome: 20
Titre: La marque des bannis
Scénariste: Jean Van Hamme
Dessinateur: Gregorz Rosinski
Coloriste: Graza
Editeur: Le Lombard
Date de publication: Janvier 1995

Je vous l’avais dit lors de la précédente chronique, Thorgal aborde un cycle fort intéressant depuis le tome 19, puisque s’il en est le sujet, il n’en est guère l’acteur. Un propos inhabituel dans cette série qui faisait pluis que la part belle à l’enfant des étoiles.

Le village d’Aaricia tremble. Alors que l’hivers s’approche à très grands pas, les hommes ne sont pas revenus de leur campagne de pillage. C’est inhabituel et très inquiétant. la tension monte, surtout à l’encontre d’Aaricia qui elle n’a plus de mari à attendre. Un homme seul va revenir. Selon lui, les drakkars du village ont été détruits en mer par un pirate, Shaïgan-sans-mercie, qui n’est autre que Thorgal lui-même. Les femmes du village demandent immédiatement vengeance et justice contre Aaricia. Celle-ci sera condamnée à être bannie avec ses enfants et à être marquée au fer rouge sur le visage.

Les conséquences des actes de Thorgal et de sa manipulation par Kriss De Valnor. Sur sa famille, ce qui laisse une plus grande exposition à Aaricia et Jolan. Bon, je m’amuse, quand même, à voir les valeurs défendues en creux par le scénariste. Cette idée que l’homme n’est finalement plein et entier que lorsqu’il est auprès d’une famille, d’une femme, d’enfants. Indépendant et libre, soit, mais uniquement dans le cadre bien établit de la famille. Qu’il est méchant ce Thorgal qui vit maritalement avec une femme de mauvaise vie et se comporte en affreux pirate. A la différence des vikings qui eux, se comportent aussi en affreux pirates mais n’ont pas trahit les leurs. J’aime, tant la pensée politique de Jean Van Hamme est lisible (celle d’un auteur comme Luc Brunschwig aussi, notez bien, et là je ne trouve plus ça risible. Serais-je de parti prit?). Mais ceci dit, ça donne plus de temps d’exposition à un Jolan qui grandit et commence à prendre de l’assurance. Bon à sa pitoyable mère aussi, qui est vraiment loin de la princesse guerrière viking qu’elle a pu être par le passé. Mais elle est une mère, de deux enfants maintenant. Et une femme sans mari, comment pourrait-elle faire? Je suis narquois… Car finalement, cette aventure se lit encore très bien, est bourrée de rebondissements auxquels on ne s’attend pas, et nous donne envie de lire très rapidement le tome suivant. Mais que voulez-vous, j’aime à chipoter, à pinailler, avec certains auteurs…
Sinon, Gregorz Rosinski est dans le meilleur de son travail. Rien à redire, il n’y a qu’à aimer.

Ce nouveau cycle se développe donc très bien, et apporte un grand plaisir de lecture. Je recommande une seconde fois de s’attarder sur ce moment de l’histoire du héros, elle est vraiment passionnante.

topbd_201316/20

2 réflexions sur “Thorgal tome 20- La marque des bannis (Lundi classique)

  1. Eric the Tiger 31/12/2012 13:15

    Je n’ai jamais pris le temps de me plonger dans l’univers de Thorgal. Au plaisir de te relire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s