Spirou et Fantasio tome 47- Paris sous Seine (Semaine JD Morvan)

Spirou-et-Fantasio-tome-47

Série: Spirou et Fantasio
Tome: 47
Titre: Paris sous-Seine
Scénariste: Jean-David Morvan
Dessinateur: José Luis Munuera
Coloriste: Lerolle
Editeur: Dupuis
Date de publication: Septembre 2004

 

Paris sous-Seine est l’album qui suit mon album culte de Spirou et Fantasio, Machine qui rêve. C’est le premier album post-Tome et Janry, et donc un titre que j’ai longtemps boycotté. Non contre les auteurs, mais contre la décision éditoriale que je trouvais et trouve encore extrêmement frileuse et conservatrice. Les années ont passé, alors j’ai décidé de laisser sa chance à cet album, en le sélectionnant dans ma semaine à thème  consacrée à Jean-David Morvan. Afin de le juger sur pièce, et non plus sur des positions politiques.

Le Comte de Champignac a décidé de donner du sens à ses inventions. Désormais, il veut œuvrer pour le bien de la planète et que cela soit su. Il se confie donc à la caméra de ses deux amis reporters, Spirou et Fantasio. Il présente ses deux nouvelles inventions, destinées à permettre d’approvisionner en eau les déserts les plus reculés. Un pistolet capable de transformer en glace d’énormes quantités d’eau, ainsi qu’un robot capable de vaporiser de grosses masses aquatiques pour en faire des nuages qu’il mènera au bon endroit. Mais en pleine présentation, des robots viennent enlever de Champignac.

Bon, ça c’est fait. Mais je ne suis pas convaincu du tout. J’ai pourtant lu et relativement apprécié le dernier album du duo sur la série, mais là, je trouve que ça ne marche pas.
La faute déjà, à une méchante complètement caricaturale, alors qu’il est visible que Morvan essaye de lui donner de l’épaisseur. Mais ça ne fonctionne pas, et le personnage est juste ridicule. Pire encore De Champignac, qui lui est lié, se voit doté de réactions incompréhensibles. Morvan veut jouer le vieil amour sur le retour, mais sans parvenir à donner de l’épaisseur à cette idée. Le Comte semble justifier des actes qui ne peuvent l’être. Mais ça n’apporte même pas de finesse au personnage, tant on sent que ses réactions ne sont pas naturelles. Je n’aime pas non plus le fait de planter Spirou et Fantasio à Paris. D’accord, Tome et Janry les avaient emmenés à New York, mais cette ville garde un certain caractère imaginaire, pour nous autres français. Paris, ça me semble un cadre inadapté pour ces personnages, qui évoluent principalement dans des endroits qui n’existent pas en réalité.
A Munuera je ne ferai pas de reproches. Son style est un peu étonnant, sur ces personnages, mais il faut bien lui reconnaître une certaine légitimité graphique à intervenir sur cette série. Il faut juste s’habituer à ce changement d’auteur sur la série mère. Mais le dynamisme, l’humour, sont bien présents dans le trait de l’espagnol. Exactement ce qu’il faut à Spirou et Fantasio.

Après lecture, je ne suis pas du tout convaincu par cet album. Jean-David Morvan a essayé de proposer sa vision des aventures de Spirou et Fantasio, mais l’essai n’est pas encore transformé. Il va lui falloir encore un peu de temps pour maîtriser les codes de la série, et pour faire preuve de la bonne originalité. Je pense qu’il mérite sa chance.

 Spirou-et-Fantasio-tome-47_-planchetopbd_201315/20

Une réflexion sur “Spirou et Fantasio tome 47- Paris sous Seine (Semaine JD Morvan)

  1. PG Luneau 30/12/2012 04:14

    Dommage, ces faiblesses! Le thème me fait beaucoup envie, moi, et le dessin aussi. C’est un des albums plus récents que je n’ai encore jamais lus et que j’ai bien hâte d’entomer!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s