Hitler (La BD du Mercredi)

Hitler

Titre: Hitler
Auteur: Shigeru Mizuki
Editeur VF: Editions Cornélius
Editeur VO: Mizuki Productions
Date de publication VF: Septembre 2011
Date de publication VO: 1972

Une biographie d’Adolphe Hitler en version manga, laissez-moi vous dire que je ne me suis pas fait prier. Ma grande passion pour la seconde guerre mondiale ne pouvait décemment pas passer outre cette bonne idée apparente. L’idée est ambitieuse, mais le livre épais, ce qui laisse présager que l’auteur a pu prendre son temps. Car après tout, la tâche est rude.

En 1908, à Linz, en Autriche, vit un artiste génial, selon lui, mais incapable de rentrer à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne. Cet Adolphe Hitler a tout du raté. Mauvais artiste, il devient sans domicile fixe, vit dans des foyers, se nourrit péniblement en vendant de mauvaises reproductions de la capitale Austro-hongroise. Pourtant, cet homme va connaître un destin unique. Pétrit par l’intime conviction de son potentiel, Adolphe Hitler ressortira transformé par la Première Guerre Mondiale, convaincu que la défaite était évitable. Après la guerre, vivant à Munich, il est payé pour infiltrer un petit parti politique, le parti ouvrier allemand, que Hitler va parvenir à contrôler et qui deviendra plus tard le tristement parti National Socialiste Allemand, le parti Nazi.

On peut attendre d’une bonne biographie le petit détail que vous ne connaissez pas, la petite information qui vous fait dire que vous ne maîtrisez pas encore votre sujet, et de ce point de vue là, le travail de Shigeru Mizuki marque des points. Notamment sur la jeunesse d’Hitler, il est très intéressant de voir à quel point cet homme était descendu bas, et à quel point il est monté haut. Mizuki met en avant les faiblesses du personnage tout au long de son récit et l’on apprend entre autre qu’il entretenait une relation discutable avec sa nièce, qu’il faillit tomber dans la folie à la mort de celle-ci, ou qu’il fût extrêmement malade à partir de l’été 1944, ce qui limita extrêmement ses capacités dans la dernière ligne droite du conflit.
Mais je ne puis qualifier cet album de grande réussite, car il souffre d’un défaut majeur, à mon sens, il occulte totalement ou presque la question de l’extermination des juifs. Shigeru Mizuki semble fasciné par le stratège, le guerrier, mais ne parle presque pas de l’antisémitisme d’Hitler, mis à part dans quelques évocations d’ordre général au début et à la fin du livre, et quelques éclats de folie de l’Adolphe étoile montante. Mais sur le processus d’épuration, sur la façon dont les décisions se sont prises, sur l’implication du personnage dans le traitement de la question juive, il n’y a rien. Lorsque l’on se lance dans la biographie d’un tel personnage, il est inacceptable que cette question ne soit pas abordée. Restent donc des questions, sur les raisons de cette absence. Est-ce le goût de la culture japonaise pour les grands guerriers, qui a matricé l’œuvre de Mizuki? Est-ce le signe que vu du Japon, cette question n’avait finalement que peu d’importance dans les années 70? Je ne possède pas les réponses, mais ce manquement me paraît incontournable dans l’analyse de cette oeuvre.
Pour ce qui est du dessin, je suis particulièrement déçu. L’auteur se lance dans une œuvre qui ne correspond pas du tout à son style graphique, et plutôt que d’assumer cela, et de produire un manga dans lequel le dessin aurait permis une distanciation salvatrice, il alterne sans cesse entre ce style humoristique et les reproductions ou intégrations de photos pour tout ce qui touche aux décors ou à certaines grandes scènes très connues (la capitulation française de Rethondes par exemple, ou l’incendie du Reichstag). Pour ma part, je n’apprécie pas le procédé, que je trouve fainéant. Lorsque l’on se lance dans un travail aussi exigeant que ne l’est une biographie d’un des pires hommes du XXe siècle, on se doit d’assumer une certaine forme de rigueur que je ne retrouve pas dans ce dessin.

Intéressante à lire, mais décevante, cette biographie n’est pas dénuée de qualités, mais souffre de trop grands défauts pour que ceux-ci soient passés sous silence. Il en reste une impression négative qui ne correspond pas à l’intérêt global que j’ai eu pour cette lecture, mais qui exprime ce que je considère comme une exigence normale vis à vis d’un personnage anormal.
Belle idée, Mizuki-san, mais vous n’avez pas su aller au bout de celle-ci.

Hitler_-plancheLogo BD Mango orangetopbd_201315/20

20 réflexions sur “Hitler (La BD du Mercredi)

  1. Yaneck Chareyre 12/12/2012 10:05

    LES oeuvres? Non. Cette oeuvre? Peut-être un peu, c’est pas faux. Je n’ai pas voulu être trop méchant avec elle. Elle mériterait peut-être un point de moins, je te l’accorde. Je ne peux pas
    mettre une note trop basse, l’exercice de style voulu place cet album assez haut dans la hiérarchie de la bande dessinée…

  2. Yaneck Chareyre 12/12/2012 21:18

    Forcément, c’est un sujet intéressant… Après, tu verras toi-même comment tu ressens l’ouvrage.

  3. Noukette 12/12/2012 15:08

    J’avoue que le fait que l’auteur semble fasciné par Hitler et ne parle presque pas de son antisémitisme me dérange profondément…

  4. Yaneck Chareyre 12/12/2012 21:47

    Encore une fois, je pense qu’il faut interroger le regard qu’a eu chaque pays sur ce conflit. Pour nous, c’est central, nous sommes une civilisation d’origine judéo-chrétienne, des français sont
    morts, des gens proches de nous. Mais les japonais n’ont pas été blessés comme nous l’avons été. Après, est-ce l’explication pour ce titre là, je ne le sais. Ca peut aussi être du simple
    négationnisme, je ne connais pas les rapports à l’Histoire de cet auteur.

  5. jerome 12/12/2012 16:26

    Je suis dans le 1er tome de la biographie de ce mangaka depuis des semaines et je n’avance pas d’un pouce. Du coup cet album là me tente très moyennement.

  6. Yaneck Chareyre 12/12/2012 21:51

    Si tu as un exposé à faire, ça peut être un bon choix, ça fait du débat vu le manque, que contient cet album.

  7. Kikine 12/12/2012 19:49

    L’idée de base est intéressante et le format manga est original pour une telles histoire.

    En étant consciente des bémols que tu évoques, je devrai quand même apprécier cette lecture. Je note pour m’en faire un avis lorsque le temps viendra

  8. Stripbystrip 16/12/2012 11:21

    Ce « Hitler » de Mizuki Shigeru est assez particulier. J’en ais apprécié la lecture, mais il faut se remettre dans le contexte. Mizuki a fait la guerre dans le Pacifique. A ce sujet je vous
    conseille de lire « Opération mort », livre dans lequel il explique ses années de guerre qu’il a vécu et surtout donne son regard sur le conflit vu du Pacifique.

  9. Yaneck Chareyre 16/12/2012 22:36

    A ton avis, c’est quoi ce contexte que j’oublierai de prendre en compte?

    En tous cas, ce bouquin sur la guerre du pacifique, ça me branche vachement. Je ne suis pas fan des Lettres d’Iwo Jima pour rien… ^^

  10. 🙂 16/12/2012 20:12

    Je partage tout à fait cette analyse et ces impressions ! Je l’ai lu la semaine dernière, après NonnonBa et le premier volume de l’autobiographie de Mizuki qui sont de loin bien bien meilleurs.
    Je ne sais si tu les as lus, mais tu sera sans doute moins déçu.

  11. Yaneck Chareyre 16/12/2012 22:33

    J’ai essayé Non Non Ba par le passé, sans accrocher du tout. Ca mériterait que je le retente… Pour son autobiographie, ça, par contre, j’avoue que je l’ai ratée.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s