Blast tome 3- La tête la première (La BD du Mercredi)

Blast-tome-3

Série: Blast
Tome: 3
Titre: La tête la première
Auteur: Manu Larcenet
Editeur: Dargaud
Date de publication: Octobre 2012

Blast est le Grand Œuvre de Manu Larcenet. Sans doute son chef d’œuvre, la réalisation la plus personnelle, la plus réfléchie. Je suis tout simplement impressionné par ce qu’il livre, tant par le fond que par les expérimentations graphiques qu’il mène. Lorsque le troisième tome est sorti, je l’aui bien évidemment acheté sans attendre. Il y a des bijoux, comme ça, que je ne saurai lire en bibliothèque. Il me le fallait.

Polza Mancini entame la dernière ligne droite de sa garde à vue. Sous peu, il sera présenté devant le juge et le procès qui s’en suivra le condamnera immanquablement. Les flics qui l’ont traqué sont maintenant les seuls à pouvoir l’écouter. Car eux, veulent à tout prix savoir ce qui l’a amené à tuer Carole. Polza va donc raconter, ce qui lui est arrivé après l’épisode du pont. La poursuite de son errance, les nouveaux Blast, l’internement en hôpital psychiatrique. Et puis la rencontre avec Carole. Une femme qu’il a aimée.

Ce tome trois est parfaitement à la hauteur du deuxième, que j’avais adoré. Larcenet continue son parcours en errance, physique et psychique. On retrouve les grands thèmes chers à Polza, l’harmonie avec la nature, la difficulté de la vie d’errant avec ses rencontres violentes. J’avais beaucoup parlé de cela dans ma chronique du tome précédent, je ne reviendrai donc pas dessus cette fois-ci. L’essentiel est de constater la constance de l’auteur et la cohérence de son écrit. Ce que je mettrai plus en avant, cette fois-ci, c’est le regard que Larcenet porte sur la folie et sur le soin. Mancini est comme toujours un formidable témoin. Il va mal, c’est l’évidence même. Il se retrouve obligé de passer par l’hôpital, de faire face au psychiatre. Et l’auteur met en avant un point fondamental, le désir d’être soigné. On peut abrutir de médicaments une personne, l’anesthésier littéralement. Je travail au quotidien avec des jeunes qui supportent des traitements qui mettraient K.O. un cheval, et je vois quels effets ont ces thérapeutiques. Mancini est l’illustration de ce refus du soin. Ce qui est une posture déroutante et presque insupportable pour un médecin. Quasi incompréhensible. Comment peut-on ne pas vouloir aller mieux? C’est le cas de Mancini qui s’enfonce et se complaît dans son mal-être. Sommes-nous dans une forme de maladie mentale? Ou comme aime à le laisser entendre Manu Larcenet, dans une sorte de liberté qui nous serait totalement incompréhensible? Pour ma part, je mise sur un syndrome dépressif profond qui mènerait le personnage à l’auto-destruction, à jouir de son mal-être. Du moins est-ce ce que je peux voir dans mon expérience professionnelle. Mais libre à chacun de faire son choix, l’auteur le permet, sans doute à dessein.
D’un point de vue purement scénaristique, ce troisième volet fait avancer tranquillement l’intrigue, mais sûrement. Larcenet choisit de ne pas développer la fin de l’histoire liée à Saint Jacky (peut-être dans le quatrième?) et de se concentrer sur fil conducteur de l’intrigue, ce qui justifie l’arrestation et les confessions de Polza, la mort de la dite Carole, que nous rencontrons cette fois-ci. Et comme pour tout le reste de sa série, il est évident que Larcenet va nous proposer une intrigue en nuances de gris, quelque chose de dérangeant mais surtout porteur d’interrogations. Mancini aime visiblement Carole et semble en meilleur état mental lors de cette rencontre. Je sens un peu venir la question de l’euthanasie et donc d’un premier meurtre, mais pour Carole, je suis plus circonspect. Overdose, vu que Mancini déclare qu’elle aurait voulu connaître le Blast? Ce qui est certain, c’est qu’en peu de cases, la personnalité de Carole interroge déjà. Elle sera sans doute au cœur de l’album suivant.

Avec Blast, impossible de passer sous silence ou de traiter par dessus la jambe la question du dessin. Larcenet démontre avec cette série ce que doit être pour moi une grande bande dessinée: une maîtrise totale du propos, du dessin, et leur parfaite mise en synergie. En chaque case, on sent à la fois la réflexion et la spontanéité de l’artiste. Ses choix de mise en scène sont des évidences, semblent naturels et pourtant il est évident qu’illustrer une telle histoire a du demander un travail poussé pour le dessin. Son travail en noir et blanc est toujours aussi impressionnant. Le jeu des ombres, la netteté de la scène, nous en disent autant sur l’histoire que les phylactères. De ce point de vue là, on sent une belle harmonie sur les trois albums. J’aime aussi les croisements artistiques qu’il propose: avec la peinture, pour l’œuvre macabres du cantonnier, ou avec le collage comme dans les ateliers art-thérapie. Larcenet associe trois techniques graphiques (peut-être même quatre si l’on adjoint aussi les dessins d’enfants toujours présents) en une forme de fusion graphique qui sublime les capacités de la bande dessinée. Pour ma part, j’adhère pleinement.

Je n’aimerai pas être dans la tête de Manu Larcenet, quand je vois ce qu’il est capable de produire de noirceur, de folie, tant à travers son histoire que son dessin. Attention, ce ne sera pas un album facile à lire. Mais il livre de manière évidente une prestation d’un très grand niveau. J’espère que la sortie du prochain tome, normalement le dernier, lui permettra de clôturer un chef d’œuvre qui lui donnera accès à la reconnaissance de ses pairs et au Grand Prix à Angoulême. Il serait inadmissible que son travail ne soit pas reconnu à sa juste et grande valeur par la profession.

Blast-tome-3_-plancheLogo BD Mango orangetopbd_201318/20

21 réflexions sur “Blast tome 3- La tête la première (La BD du Mercredi)

  1. jerome 05/12/2012 11:50

    Je suis comme Valérie, j’attends la fin pour tout lire d’un coup, même si je risque de rester sonné un long moment après une telle lecture.

  2. Yaneck Chareyre 05/12/2012 13:39

    C’est le risque. A tout lire d’un coup, vous allez plonger la tête dans un tunnel de merde, et vosu allez devori rester en apnée longtemps… ^^

  3. lasardine 05/12/2012 12:13

    il est dans ma PAL, il me tarde de le lire, mais j’attends le bon moment, c’est une lecture éprouvante!

  4. Lunch 05/12/2012 13:47

    Je me suis relu les 3 de suite cette semaine, c’est éprouvant mais pas désagréable. Surtout que c’est quand même super beau graphiquement et très bien conçu narrativement.

    Tu es sûr que c’est en 4 tomes ? Tu es le second à me dire ça… mais comme on m’a aussi parlé de conclusion dans ce tome 3 (ce qui est faux) et que Larcenet avait parlé (à la sortie du T1) de 5
    volumes…

  5. Yaneck Chareyre 05/12/2012 14:10

    Je n’y mettrai pas ma main à couper, mais il me semble que Larcenet avait finalement opté pour 4. Mais je peux me tromper…. Tu me files le doute.

  6. Midola 05/12/2012 14:08

    J’hésite à lire le troisième tome tout de suite (car j’ai toujours du mal à me replonger dans l’histoire et je n’ai pas forcément le temps de tout relire) ou attendre que les cinq tomes soient
    sortis… Dilemme !

  7. Noukette 05/12/2012 14:56

    Je suis bien d’acord avec toi, c’est du grand art…! Rarement lu un truc d’une telle intensité…!

  8. Yaneck Chareyre 06/12/2012 11:20

    Je trouve très dommage qu’il ne soit pas dans le top bd des blogueurs, mais il a pris quelques notes moyennes…

  9. Véronique D 05/12/2012 18:34

    j’attends qu’il arrive à la médiathèque… J’avais acheté le tome 2, mais ma bibliothèque (enfin, mes bibliothèques) débordent… Bonne soirée!

  10. Mango 06/12/2012 06:08

    Après le 1, j’éprouve pas mal de réticence à lire la suite mais là, il faut dire que tu le défends bien. Je vais reconsidérer ma position! 🙂

  11. Yaneck Chareyre 06/12/2012 11:19

    C’est une oeuvre pas facile d’accès, c’est sûr, je le reconnais. Mais elle est d’une telle profondeur, qu’elle vaut le coup qu’on fasse un effort pour l’appréhender. Le malaise sera là, comme
    pour tous ceux qui ont lu (c’est bon signe pour les lecteurs, ça prouve qu’ils sont à peu près sains d’esprit ^^), mais le fond, le fond…

  12. Fan de BD 06/12/2012 09:04

    Moi j’adore Larcenet bien avant qu’il ai le prix d’Angouleme pour Combat Ordinaire. Je retrouve dans BLAST l’ambiance de ces premiers albums chez Les Reveurs ( dallas cowboy, Presque…)

    Je l’ai dans la partie ‘A lire’ de ma bibliotheque

  13. Eric the Tiger 08/12/2012 08:58

    J’ai terminé de le lire hier soir. Cet album est dans la lignée des deux opus précédents. Il offre une lecture intense qui ne peut pas laisser indifférent. Une vraie expérience. Il ne reste plus
    qu’à attendre le prochain épisode. Au plaisir de te relire…

  14. Sara 12/12/2012 14:34

    Il sera bien sûr prochainement sur mon blog. J’adore cette série et apparemment, ce tome ne devrait pas me décevoir.

  15. Ta chronique est d’une justesse incroyable. Tu as ressortis d’une très belle façon tout le ressenti que l’on peut avoir en le lisant et essayer d’expliquer ce que Larcenet fait vivre à son personnage !
    Vivement la suite !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s