La nuit du lièvre (Semaine USA)

La-nuit-du-lievre

Titre: La nuit du Lièvre
Scénariste: Georges Van Linthout
Dessinateur: Yves Leclercq
Editeur: Delcourt
Collection: Encrage
Date de publication: Avril 2001

 

J’essaye de m’ouvrir au roman graphique, vous devez le savoir. Enfin, ce que j’appelle moi roman graphique, à savoir des one-shots dépassant le célèbre 46 pages CC. Une histoire avec un début et une fin. J’ai donc emprunté celui-ci un peu par hasard, séduit par le dessin d’Yves Leclercq et par son thème. Qui finalement, convient fort bien à la semaine à thème de ce mois.

Dans les années 50, les Etats-Unis connurent encore le retour de soldats chez eux après une guerre. Ceux mobilisés en Corée. A Hatsburg, petite ville paumée et uniquement mue par sa mine et l’usine d’outils qui va avec, ce sont trois jeunes gens qui rentrent. Zouzou le mécano, Elvis Patte-folle le blessé de guerre et Liberty « Freed » Jackson le noir. Ils n’ont pas tous des plans, sur quoi faire après ce retour. Zouzou répare, Elvis se consacre à sa fiancée sans pouvoir trouver de boulot à cause de sa jambe folle, et Reed n’avait rien. Alors ils utilisent les talents de boxeurs de ce dernier, histoire de se faire un peu de blé. Et pendant ce temps, leurs familles vivent. Bo, le frère de Zouzou, Zet, celui de la fiancée d’Elvis… Tout ce petit monde qui vit sans savoir ce qui va leur arriver sous peu. La guerre n’a pas prélevé son tribu, la paix pourrait bien le faire à sa place.

Très intéressant, cet album, car il décrit bien cette petite communauté perdue des Etats-Unis des années 50. Retour de guerre, usines pas encore en crise, mafia, bandes de jeunes… C’est une vraie tranche de vie, tragique, qui nous est proposée, avec Bo comme guide de tout cela. L’album démarre sur un évènement violent, puis repart en arrière pour compter le retour des héros et leur galère pour trouver de l’argent. Bo, lui, regarde ça de loin et l’on suit sa propre vie, celle d’un jeune pas méchant mais toujours un peu agressif. Celle d’un jeune du coin, qui s’adapte comme il peut à cet univers. Ce personnage est un narrateur intéressant, au sens qu’il ne sait pas tout ce qui se passe pour son frère et ses amis. Il les croise, nous les montre de loin, puis le scénariste revient sur le trio en délaissant un peu Bo. Le seul reproche que je ferai à cette narration, c’est certains repères temporels pas évidents. Il faut faire attention à suivre les changements de périodes. Mais sinon, c’est une histoire qu’on prend plaisir à suivre jusqu’au bout.
Yves Leclerq est un bon dessinateur, au sens qu’il m’a donné envie d’aller lire son album. Il a un dessin un peu stylisé, qui n’aurait pas dépareillé sur un titre humoristique, avec des tronches très expressives, et un dessin tout en simplicité. Mais qui dit simplicité ne veut pas dire pauvreté, Leclercq garnissant ses planches de moult détails qui nous font bien pénétrer la région qui sert de décor à l’intrigue.

C’est donc une découverte plaisante, avec des personnages simples mais que l’on apprécie de suivre. Une bonne tranche de vie à l’américaine, dans toute sa splendeur (ou sa déchéance).

La-nuit-du-lievre_-plancheLogo top bd16/20

2 réflexions sur “La nuit du lièvre (Semaine USA)

  1. PG Luneau Il y a 1 an

    Bof! Peut-être après mes 1700 albums en attente de lecture!… Mais tu t’en doutais sûrement déjà!! ;^)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s