Olympe de Gouges (La bd du mercredi)

Olympe-de-Gouge

Titre: Olympe de Gouges
Scénariste: Jean-Louis Bocquet
Dessinatrice: Catel Muller
Editeur: Casterman
Collection: Ecritures
Date de publication: Février 2012

Il m’aura fallu patienter près de trois mois pour que ma réservation à la bibliothèque finisse par arriver. Soit que les gens ont prit leur temps pour lire ce livre, soit que nous étions nombreux à vouloir le lire. En tous cas, dès que cet album est arrivé dans le réseau, je me suis jeté dessus. Un thème fort, des auteurs que j’avais mine de rien apprécié sur Kiki de Montparnasse (même si le personnage, lui, me plaisait un peu moins), je ne voulais pas passer à côté. Enfin, la lecture a été possible.

Olympe de Gouges est une femme révolutionnaire. Parce qu’elle l’a faite, la Révolution Française, qu’elle y a contribué. Mais aussi parce que sa déclaration des droits de la femme et des citoyennes restera en France une idée inappliquée jusqu’à la moitié du XXe siècle. Il n’est même pas certain que ses attentes soient parfaitement comblées aujourd’hui. Mais pourtant, Marie Gouze, de son vrai patronyme, a eu un destin tragique. Voici son histoire, à cette bâtarde devenue femme de boucher, femme de lettres, citoyenne.

Brillant, je ne vois pas quoi dire d’autre. Cette biographie est passionnante et sa mise en image par Catel Muller donne un véritable plaisir de lecture. Le personnage est fantastique, évidemment. Avec un matériau de base tel que celui-ci, difficile de se rater. Imaginez donc, que cette femme a pu gagner une formidable liberté d’expression, à l’époque où les femmes n’étaient rien d’autre que les adjoints des hommes. Elle écrivait des pièces de théâtres avant-gardistes et engagées, elle publiait sa prose sur les murs de Paris pendant la révolution de 1789. Une main est bien de trop pour compter le nombre de femmes qui purent en faire autant à cette époque. Le plus intéressant, à mon avis, dans ce que nous montre à voir Jean-Louis Bocquet, c’est la réflexion que l’on doit porter sur l’exercice même de la Révolution. On voit qu’Olympe, toute patriote et révolutionnaire qu’elle ait été, souffrira des affres de la Terreur. Est-il possible qu’une révolution légitime, répondant à un idéal des plus nobles, puisse advenir sans ces démonstrations de paranoïa. Les Jacobins prétendent lutter pour la République et la démocratie, mais ils passent à la guillotine tous ceux qui osent s’exprimer pour un régime fédéral ou pour une monarchie constitutionnelle. Olympe de Gouges, qui proposa qu’on laisse le peuple se déterminer entre les trois choix possible, deviendra immédiatement une ennemie du peuple, une traîtresse. Certes, elle était contre le fait que l’on coupe la tête au Roi. Mais la République était-elle donc si peu sûre d’elle pour éradiquer même ceux qui ne pensaient pas à se battre contre elle? Son exemple interroge l’avenir, et je comprends que cette figure soit mise en avant dans les différents partis politiques de gauche. C’est une figure du féminisme, de la Révolution. Elle n’était point parfaite, mais comme il n’est pas de sauveur suprême…
Et je vous le disais, le plaisir intellectuel de la lecture est renforcé par le plaisir visuel. Le style de Catel, à mi chemin entre réalisme et exagération, s’avère particulièrement expressif, et d’une grande richesse. Les lieux, les robes, les tenues, sont extrêmement bien travaillés. Son utilisation du noir et blanc crée un effet proche de la gravure, qui renforce le sentiment de se trouver prit au milieu des évènements de l’époque. Il y a quelque chose d’indéfinissable, dans ce dessin, qui le rend attirant et accueillant.

La collection Ecritures compte donc encore un magnifique titre. Casterman y propose un travail toujours impressionnant, sérieux et dynamique. C’est une excellente collection. Jetez vous sur ce pavé de plus de 400 pages, il se lit avec une fluidité étonnante. Rajoutez à cela les notices biographiques, la chronologie et la bibliographie qui sont proposées, et vous aurez là un ouvrage indispensable à toute bonne bibliothèque.

Olympe-de-Gouge_-plancheLogo BD Mango orangetopbd_201318/20

7 réflexions sur “Olympe de Gouges (La bd du mercredi)

  1. Cristie 07/11/2012 10:19

    C’est tout à fait le genre d’histoire qui peut me séduire et j’aime beaucoup la planche que tu montres pourtant je ne raffole pas du noir et blanc !!

  2. Noukette 07/11/2012 14:12

    Je suis ravie de lire ton avis sur ce pavé qui me tente énormément depuis sa sortie ! Ca ne peut que me plaire !!

  3. Yaneck Chareyre 08/11/2012 22:35

    Oui, et je suis étonné de lire aussi peu de commentaires, je pensais que l’album aurait plus de succès que ça dans la bd du mercredi. Féminin, mais pas féministe, ce regroupement? ^^

  4. Caro 30/11/2012 21:27

    grrrr… Encore un album que j’ai à la maison, mais que je n’ai pas encore pris le temps de lire… et je sais qu’il me faudra plusieurs heures, vu l’épaisseur de la chose ! Cet album-là, on l’a
    acheté pour les auteurs (qu’on avait appréciés avec Kiki de Montparnasse), mais aussi et surtout pour le sujet (souvenir de la fac et d’une prof féministe dont Olympe devait être le 2ème prénom)
    et le sérieux de la réalisation (les notices biographiques en fin d’album)… Bref, ça me donne encore plus de regrets de ne pas l’avoir encore lu !!

  5. PG Luneau 02/12/2012 08:13

    Moi qui connais très peu cette période de votre histoire, j’avoue que cet album semble pouvoir servir de bonne introduction. Le dessin m’apparaît intéressant, en effet, de même que la forte
    personnalité de l’héroïne. Il ne me resterait plus qu’à ne pas trop me perdre dans les méandres de votre histoire!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s