Il était une fois en France tome 5- Le petit juge de Melun (Vendredi chronique)

Il-etait-une-fois-en-France-tome-5

Série: Il était une fois en France
Tome: 5
Titre: Le petit juge de Melun
Scénariste: Fabien Nury
Dessinateur: Sylvain Vallée
Coloriste: Delf
Editeur: Glénat
Date de publication: Octobre 2011

 

Septembre 1946. La guerre est finie, la France a retrouvé ses droits. Mais il reste encore à faire, pour ceux qui ont perdu des êtres chers pendant la période sombre et trouble qui vient de s’achever. Mme Scaffa est de ceux-là. Son fils Robert était un résistant, elle en est convaincue. Mais pour l’instant, l’Histoire retient qu’il était un traître. Cette réputation, ce sont deux résistants notoires qui lui ont collé: Bourguignon et Spass, alias Joanovici. Mme Scaffa a donc trouvé un juge à Melun, à qui elle souhaite confier l’affaire. Il n’a pas conscience, en acceptant, de l’ennemi qu’il vient de se créer, et de la puissance des armes dont il dispose face à lui. Le petit ferrailleur est encore supérieur au Juge.

On se rapproche petit à petit du tome 1, une boucle est en train de se boucler, et je gage qu’il ne reste plus beaucoup d’albums pour terminer cette série.
Le voici donc jeune, le « petit juge de Melun », dont on faisait la rencontre dans les premières pages du premier tome. Un homme exemplaire, sans doute. Un fidèle serviteur de la Justice, évidemment. On aimerait avoir là notre héros face à Joanovici dont la conscience ne semble pas avoir de problème. Mais pourtant, face à cet homme qui corrompt toujours autant ce qu’il touche, le juge ne va pas tenir. N’espérez pas un chevalier blanc, il n’est qu’un homme. Et comme un homme, il tombera. Et comme toujours autour de « Spass », ce sont les innocents qui vont tomber. C’est un tome vraiment très fort en émotion. Il traduit tout ce que la vie peut avoir de gris, de complexe. Je ne vois qu’un seul bémol à cet album, elle concerne la fin de Joanovici. Je ne comprends pas pourquoi il finit par être lâché, alors même que des évènements tragiques s’avèreraient pouvoir jouer en sa faveur. Fabien Nury n’explique pas, et je trouve que ça manque.
Toujours rien à redire au travail de Sylvain Vallée. Toujours cette capacité fantastique à mettre en scène les « gueules », toujours cette absence de défaut dans le trait.

Peut-être un des meilleurs albums publié jusque là dans la série. La fin approche, et j’ai hâte de savoir comment Nury entend la conclure. Je suis juste convaincu que le bien ne triomphera pas. Mais peut-être pas plus le mal.

 

Il-etait-une-fois-en-France-tome-5_-plancheLogo top bd17.5/20

Une réflexion sur “Il était une fois en France tome 5- Le petit juge de Melun (Vendredi chronique)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s